Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Produits de large consommation: Les prix augmentent de 15%
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Les commerçants semblent anticiper sur la loi de finances. Les produits de large consommation ont enregistré une hausse sensible de 15% ces derniers jours.
Fruits et légumes, viandes, produits électroménagers ont enregistré une hausse subite et inopinée des prix. Le consommateur accuse les commerçants, alors que ces derniers, prétextent que les augmentations de taxes et autres imposées par la loi de finances 2016 et celles prévues dans la cadre du PLF 2017, (une augmentation de l'impôt touchant directement le citoyen, dont la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), pour se justifier.
Le texte en question a été présenté lundi dernier, par le ministre des Finances Hadji Baba Ammi, devant la commission des Finances et du Budget à l'Assemblée populaire nationale (APN). Cela n'a pas empêché les commerçants d'anticiper pour renchérir. Après avoir décidé d'augmenter la tarification des produits, au nom de la liberté des prix, imposée par l'économie de marché libre, détaillants et grossistes fixent les tarifs de leurs produits.
Des prix souvent exorbitants faisant fi du pouvoir d'achat des consommateurs. De plus, le citoyen se retrouve seul face à cette hausse faramineuse des prix, alors que les commissions de contrôle sont absentes. Le ministère du Commerce s'en défend, et renvoie la balle à la loi du marché (l'offre et la demande).
Hadj Tahar Boulanouar, président de l'Association nationale des commerçants et artisans (Anca) a admis que «les produits de large consommation ont connu une forte augmentation estimée entre 15% et 20%, dernièrement». Boulanouar a expliqué que «la dépréciation de la valeur du dinar, la perturbation de l'offre et de la demande et le manque de produits algériens sur le marché sont les facteurs alimentant ces hausses.
Le Président de l'Anca a appelé à accélérer les mesures susceptibles de contrôler le marché parallèle et la surfacturation en matière d'importations.
Dr Mustapha Zebdi, président de l'Association de protection et d'orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a révélé que «d'autres augmentations seront enregistrées au cours du dernier trimestre de l'année».
«Les prix des produits et les tarifs de transport vont augmenter» a-t-il assuré, pointant du doigt «les commerçants» qui anticipent les évènements, et relèvent les prix avant l'entrée en vigueur de la loi de Finances 2017, comme ce fut le cas l'an dernier. «Les commerçants useront de pratiques frauduleuses, allant jusqu'à stocker des produits alimentaires, pour les vendre, après adoption de cette loi de finances,à un tarif plus élevé»a-t-il expliqué.
Dr Zebdi a noté que c'est encore le citoyen qui se retrouve victime de ces pratiques en l'absence d'une volonté des ministères du Commerce et de l'Agriculture, de réguler le marché national, surtout dans le contexte actuel que connaît l'économie nationale.
Le président de l'Apoce a affirmé que les commerçants sont devenus de fin connaisseurs des lois de finances et les interprètent de manière à gagner plus d'argent. La révision de la politique de subvention du gouvernement, un meilleur ciblage des catégories nécessiteuses, une évaluation du système d'exemption fiscale et son efficacité sont préconisés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.