Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Une élection sur fond de répression à Oran    L'Algérie franchit une nouvelle ère empreinte d'optimisme et d'espoir    Benflis se retire de la vie politique    Une boycotteuse de marque !    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Jemli sollicite une prolongation d'un mois    L'Assemblée nationale réunie en session extraordinaire    Au Stade du 5-juillet Réouverture attendue en mars    Verts d'Europe    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Une famille algérienne décimée à Montréal    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés    Flore intestinale : ces bactéries qui nous font du bien    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    ACTUCULT    Tebboune plaide pour le dialogue et s'engage à opérer une "profonde réforme" constitutionnelle    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Un camion dérape, 2 blessés    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Décès de la chanteuse du groupe Roxette    Médias: Sky perd les droits de la Ligue des champions pour l'Allemagne    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: Près de 3.000 affaires traitées en novembre    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    L'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Tunisie : " La prise de conscience autour du patrimoine historique est tardive "    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Adoption d'un projet de loi pour contrôler l'emploi    Brèves    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Produits de large consommation: Les prix augmentent de 15%
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Les commerçants semblent anticiper sur la loi de finances. Les produits de large consommation ont enregistré une hausse sensible de 15% ces derniers jours.
Fruits et légumes, viandes, produits électroménagers ont enregistré une hausse subite et inopinée des prix. Le consommateur accuse les commerçants, alors que ces derniers, prétextent que les augmentations de taxes et autres imposées par la loi de finances 2016 et celles prévues dans la cadre du PLF 2017, (une augmentation de l'impôt touchant directement le citoyen, dont la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), pour se justifier.
Le texte en question a été présenté lundi dernier, par le ministre des Finances Hadji Baba Ammi, devant la commission des Finances et du Budget à l'Assemblée populaire nationale (APN). Cela n'a pas empêché les commerçants d'anticiper pour renchérir. Après avoir décidé d'augmenter la tarification des produits, au nom de la liberté des prix, imposée par l'économie de marché libre, détaillants et grossistes fixent les tarifs de leurs produits.
Des prix souvent exorbitants faisant fi du pouvoir d'achat des consommateurs. De plus, le citoyen se retrouve seul face à cette hausse faramineuse des prix, alors que les commissions de contrôle sont absentes. Le ministère du Commerce s'en défend, et renvoie la balle à la loi du marché (l'offre et la demande).
Hadj Tahar Boulanouar, président de l'Association nationale des commerçants et artisans (Anca) a admis que «les produits de large consommation ont connu une forte augmentation estimée entre 15% et 20%, dernièrement». Boulanouar a expliqué que «la dépréciation de la valeur du dinar, la perturbation de l'offre et de la demande et le manque de produits algériens sur le marché sont les facteurs alimentant ces hausses.
Le Président de l'Anca a appelé à accélérer les mesures susceptibles de contrôler le marché parallèle et la surfacturation en matière d'importations.
Dr Mustapha Zebdi, président de l'Association de protection et d'orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a révélé que «d'autres augmentations seront enregistrées au cours du dernier trimestre de l'année».
«Les prix des produits et les tarifs de transport vont augmenter» a-t-il assuré, pointant du doigt «les commerçants» qui anticipent les évènements, et relèvent les prix avant l'entrée en vigueur de la loi de Finances 2017, comme ce fut le cas l'an dernier. «Les commerçants useront de pratiques frauduleuses, allant jusqu'à stocker des produits alimentaires, pour les vendre, après adoption de cette loi de finances,à un tarif plus élevé»a-t-il expliqué.
Dr Zebdi a noté que c'est encore le citoyen qui se retrouve victime de ces pratiques en l'absence d'une volonté des ministères du Commerce et de l'Agriculture, de réguler le marché national, surtout dans le contexte actuel que connaît l'économie nationale.
Le président de l'Apoce a affirmé que les commerçants sont devenus de fin connaisseurs des lois de finances et les interprètent de manière à gagner plus d'argent. La révision de la politique de subvention du gouvernement, un meilleur ciblage des catégories nécessiteuses, une évaluation du système d'exemption fiscale et son efficacité sont préconisés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.