ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lamia Aït Amara en concert : Quand l'andalou épouse les autres musiques
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

La salle Ibn Khaldoun à Alger a vécu vendredi en soirée un spectacle exceptionnel où la musique andalouse est allée en voyage en s'accompagnant de l'oriental et de l'universel.
La chanteuse Aït Lamara a été accompagnée par l'Ensemble Khalil Baba Ahmed.
Le spectacle intitulé ‘'Evasion andalouse'' matérialise harmonieusement la rencontre entre plusieurs univers musicaux, présentant ainsi un répertoire classique algérien revisité.
Mené par le chef d'orchestre Khalil Baba Ahmed, l'ensemble musical propose une fusion atypique entre un quatuor à cordes (violon, violoncelle et contrebasse) et une cellule traditionnelle andalouse (luth, percussions, qanoun, flûte et piano). Sur cette composition musicale, la voix de Lamia Aït Amara se pose avec aisance sur plusieurs genres différents pour véhiculer l'émotion produite par ce projet en reprenant des textes majoritairement tirés de l'andalou ou du haouzi.
Outre le patrimoine algérien, la chanteuse, qui a fait ses classes dans plusieurs associations andalouses, a également gratifié son public, relativement nombreux, de textes écrits par Noureddine Saoudi ou de succès du chanteur et compositeur libanais Marcel Khalifa.
Ce spectacle dégage également une grande diversité rythmique oscillant avec beaucoup de fluidité entre des rythmes de l'andalou et ceux des compositions classiques occidentales en passant par une touche de bossa-nova.
Aussi plusieurs influences et sonorités se retrouvent harmonieusement dans ce concert comme le châabi, la musique orientale, la valse ou encore les musiques traditionnelles turques et grecques.
Chef d'orchestre et violoniste, Khalil Baba Ahmed avait déjà mené un premier projet purement instrumental à la croisée des chemins entre l'andalou et les musiques occidentales avec son groupe Jarka qui avait sorti l'album Sabil en janvier dernier. L'ensemble Khalil Baba Ahmed a également pris part à plusieurs projets d'échange et de recherches avec des orchestres et associations européennes de musique classique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.