Les opérateurs désirant produire ou importer le gel hydro-alcoolique invités à retirer une pré-autorisation    Registre de commerce: 11.427 nouveaux inscrits en mars    Barça : Bartomeu obtient la démission de six membres de la direction    Barça : Messi réagit à la rumeur qui l'envoie à l'Inter Milan    Ouargla/Covid-19 : initiative d'un groupe de jeunes au profit de la polyclinique de Sidi-Khouiled    Coronavirus à Chlef : un médecin volontaire pour soigner les paysans dans les zones reculées    Tlemcen : Belkhir Nesrine, une infirmière face au coronavirus    Coronavirus: l'agenda culturel chamboulé en Algérie    OPEP + : Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour dont 200 000 barils pour l'Algérie    Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Suspension de la rotation des Casques bleus    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Les marchés pétroliers entre doute et optimisme    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    La FIFA contre les championnats à blanc    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    L'Armée détaille son plan de bataille    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après la menace d'action armèe exprimèe par Washington: L'Amérique latine soutient Caracas
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 08 - 2017

Caracas n'est pas seul face à Washington. Les principaux pays d'Amérique du Sud ont refusé avec fermeté la possibilité d'une action militaire au Venezuela, évoquée par le président américain.

Le président colombien, Juan Manuel Santos, pourtant farouche critique du pouvoir de Nicolas Maduro, a demandé au vice-président américain, Mike Pence, en tournée dans plusieurs pays d'Amérique latine, d'abandonner l'option militaire. «Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, y compris une possible option militaire si nécessaire», avertissait le chef de l'Etat américain depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, alors que les tensions entre les deux Etats s'exacerbent à la suite de l'installation d'une Assemblée constituante dans le pays, après des mois de manifestations sanglantes où 125 personnes ont trouvé la mort. Le gouvernement de Nicolas Maduro a aussitôt réagi, accusant à son tour les Etats-Unis de vouloir déstabiliser la région dans un «acte de folie». Le gouvernement de la Colombie fut le premier des pays voisins du Venezuela à exprimer sa réprobation. Le ministère des Affaires étrangères a fait valoir dans un communiqué que la Colombie «rejette les mesures militaires» dans le cadre d'une intervention internationale au Venezuela, dont le «respect pour la souveraineté» doit guider les négociations afin de trouver une solution pacifique à la crise. Le ministre des Affaires étrangères mexicain, Luis Videgaray, très critique du pouvoir vénézuélien ces derniers mois, a soutenu que «la crise au Venezuela ne se résoudra pas à travers l'action militaire», ajoutant que le Mexique refuse «l'usage ou les menaces» de violence. Son homologue péruvien a rappelé, pour sa part, que l'accord de Lima, signé par onze pays sud-américains et par le Canada le 8 août, est le cadre légitime pour «défendre le dernier organe démocratique en place au Venezuela, l'Assemblée nationale librement élue», rejetant par ailleurs toute action armée. Après avoir suspendu le Venezuela, constatant une «rupture de l'ordre démocratique» dans le pays dirigé par Nicolas Maduro, le Mercosur - bloc régional économique fondé par l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay et le Paraguay - a fait savoir que les «seuls instruments valides» pour y rétablir la démocratie sont «le dialogue et la diplomatie», refusant d'emblée le recours à la force évoqué par Washington, écrit Le Monde. Tandis qu'il tenait des propos menaçants envers la Corée du Nord, le président américain a noté qu'il peut ordonner une action militaire contre Caracas. Le président du Venezuela a qualifié de folie les propos du président américain. «La menace téméraire du président Donald Trump vise à entraîner l'Amérique latine et les Caraïbes dans un conflit qui perturberait, de manière permanente, la stabilité, la paix et la sécurité de notre région», a noté le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza, lisant un texte au nom du président socialiste Nicolas Maduro. Le président américain, accusé dans son pays d'être un pro-russe, tente de prouver le contraire en instaurant une série de sanctions contre la Russie. L'Europe a dénoncé ces sanctions, précisant qu'elles ne respectent pas la légalité mondiale. L'Europe s'est prononcée contre les sanctions américaines contre Moscou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.