Benflis à propos de la dernière lettre de Bouteflika.. «Un mépris insondable à l'égard du peuple»    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Chlef.. Un réseau de vol de voitures démantelé    Selon le ministère des affaires étrangères ..«Les informations attribuées à M. Lamamra sont sans fondement»    Constantine.. Opération d'attribution de 4.254 logements    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Anthar Yahia sort de sa réserve : «Je n'ai jamais été sollicité pour le MJS»    Rabah Bouarifi, ancien président de la fédération algérienne de basket-ball : «Ali Slimani n'a pas tenu ses promesses»    MINISTRE RUSSE LAVROV : La Russie rejette toute ingérence dans les affaires algériennes    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Ouyahia prépare ses valises    AEROPORT INTERNATIONAL D'ALGER : Arrestation d'une personne en possession de 9.200 euros    GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Latino-Américains condamnent les menaces de Trump
MALAISE APRÈS LES PROPOS DU PRESIDENT AMERICAIN CONTRE LE VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 14 - 08 - 2017

En menaçant le Venezuela d'intervention militaire, le président américain Donald Trump a ressoudé les Latino-Américains autour de Caracas
La perspective d'une nouvelle intervention militaire américaine dans la région a généré un malaise chez plusieurs pays latino-américains, même ceux qui critiquent ouvertement le gouvernement de M. Maduro.
Le Brésil, la Colombie, le Pérou, le Chili, le Mexique, l'Equateur et le Nicaragua, la Bolivie ont tous rejeté samedi la perspective d'un recours à la force. Ainsi, les pays d'Amérique latine ont fermement condamné la menace d'intervention militaire brandie par le président américain Donald Trump contre le Venezuela, selon des médias. Bien qu'il ait dénoncé récemment le «délitement de la démocratie» au Venezuela, le Pérou a rejeté toute forme de menace ou d'usage de la force non autorisé par les Nations unies et appelé les parties concernées à entamer un dialogue, selon l'agence chinoise Chine Nouvelle. «Toute menace étrangère ou intérieure de recourir à la force va à l'encontre du rétablissement d'une gouvernance démocratique au Venezuela ainsi que des principes inscrits dans la Charte des Nations unies», a déclaré samedi dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères péruvien, Ricardo Luna. La négociation est le seul moyen de rétablir la stabilité au Venezuela, a-t-il affirmé.
«La crise au Venezuela ne peut être résolue par des actions militaires, venant de l'intérieur ou de l'extérieur», a estimé sur Twitter le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray.
«Le rejet de la violence et de toute option impliquant l'usage de la force est ferme et constitue la base fondamentale de la cohabitation démocratique, au niveau domestique comme dans les relations internationales», a rappelé le ministère brésilien des Affaires étrangères dans un communiqué. «Nous réaffirmons au gouvernement et au peuple du Venezuela notre solidarité et notre amitié, condamnant au nom de la dignité et de l'orgueil souverain du peuple toutes les agressions contre ce pays», a déclaré le gouvernement du Nicaragua dans un communiqué. De même, le gouvernement équatorien «exprime sa solidarité» avec le Venezuela «et rejette toute menace contre une possible ingérence militaire sur son territoire», selon un communiqué.
Enfin, le président bolivien Evo Morales a fustigé samedi «l'intervention armée» américaine sur son compte Twitter. «Nous condamnons les velléités d'intervention armée des Etats-Unis contre le Venezuela, pays qui cherche la paix par le dialogue», a-t-il twitté. Vendredi, le président américain Donald Trump avait déclaré qu'il n'exclurait pas une «option militaire» au Venezuela. «Nous avons plusieurs options pour le Venezuela, dont une option militaire, si nécessaire», avait-il déclaré devant la presse à son club de golf du New Jersey, dans le nord-est des Etats-Unis.
Les tensions entre Washington et Caracas sont montées d'un cran à la suite de l'élection d'une Assemblée nationale constituante de 545 membres dotée des pleins pouvoirs. L'opposition de droite vénézuélienne a boycotté cette élection, car elle considérait que le scrutin visait uniquement à renforcer la domination du parti au pouvoir. Le gouvernement vénézuélien a accusé samedi le président américain Donald Trump de vouloir mettre en péril la paix et la stabilité en Amérique latine avec sa menace d'une «option militaire», qui a aussi hérissé d'autres pays de la région. Le gouvernement socialiste vénézuélien a très mal pris cette déclaration, qui rappelle de mauvais souvenirs dans la région où la dernière intervention militaire américaine date de 1989, quand les Etats-Unis avaient envahi le Panama pour déloger son président, Manuel Noriega.
«La menace téméraire du président Donald Trump vise à entraîner l'Amérique latine et les Caraïbes dans un conflit qui perturberait, de manière permanente, la stabilité, la paix et la sécurité de notre région», a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza, lisant un communiqué au nom du président Nicolas Maduro.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.