Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Latino-Américains condamnent les menaces de Trump
MALAISE APRÈS LES PROPOS DU PRESIDENT AMERICAIN CONTRE LE VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 14 - 08 - 2017

En menaçant le Venezuela d'intervention militaire, le président américain Donald Trump a ressoudé les Latino-Américains autour de Caracas
La perspective d'une nouvelle intervention militaire américaine dans la région a généré un malaise chez plusieurs pays latino-américains, même ceux qui critiquent ouvertement le gouvernement de M. Maduro.
Le Brésil, la Colombie, le Pérou, le Chili, le Mexique, l'Equateur et le Nicaragua, la Bolivie ont tous rejeté samedi la perspective d'un recours à la force. Ainsi, les pays d'Amérique latine ont fermement condamné la menace d'intervention militaire brandie par le président américain Donald Trump contre le Venezuela, selon des médias. Bien qu'il ait dénoncé récemment le «délitement de la démocratie» au Venezuela, le Pérou a rejeté toute forme de menace ou d'usage de la force non autorisé par les Nations unies et appelé les parties concernées à entamer un dialogue, selon l'agence chinoise Chine Nouvelle. «Toute menace étrangère ou intérieure de recourir à la force va à l'encontre du rétablissement d'une gouvernance démocratique au Venezuela ainsi que des principes inscrits dans la Charte des Nations unies», a déclaré samedi dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères péruvien, Ricardo Luna. La négociation est le seul moyen de rétablir la stabilité au Venezuela, a-t-il affirmé.
«La crise au Venezuela ne peut être résolue par des actions militaires, venant de l'intérieur ou de l'extérieur», a estimé sur Twitter le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray.
«Le rejet de la violence et de toute option impliquant l'usage de la force est ferme et constitue la base fondamentale de la cohabitation démocratique, au niveau domestique comme dans les relations internationales», a rappelé le ministère brésilien des Affaires étrangères dans un communiqué. «Nous réaffirmons au gouvernement et au peuple du Venezuela notre solidarité et notre amitié, condamnant au nom de la dignité et de l'orgueil souverain du peuple toutes les agressions contre ce pays», a déclaré le gouvernement du Nicaragua dans un communiqué. De même, le gouvernement équatorien «exprime sa solidarité» avec le Venezuela «et rejette toute menace contre une possible ingérence militaire sur son territoire», selon un communiqué.
Enfin, le président bolivien Evo Morales a fustigé samedi «l'intervention armée» américaine sur son compte Twitter. «Nous condamnons les velléités d'intervention armée des Etats-Unis contre le Venezuela, pays qui cherche la paix par le dialogue», a-t-il twitté. Vendredi, le président américain Donald Trump avait déclaré qu'il n'exclurait pas une «option militaire» au Venezuela. «Nous avons plusieurs options pour le Venezuela, dont une option militaire, si nécessaire», avait-il déclaré devant la presse à son club de golf du New Jersey, dans le nord-est des Etats-Unis.
Les tensions entre Washington et Caracas sont montées d'un cran à la suite de l'élection d'une Assemblée nationale constituante de 545 membres dotée des pleins pouvoirs. L'opposition de droite vénézuélienne a boycotté cette élection, car elle considérait que le scrutin visait uniquement à renforcer la domination du parti au pouvoir. Le gouvernement vénézuélien a accusé samedi le président américain Donald Trump de vouloir mettre en péril la paix et la stabilité en Amérique latine avec sa menace d'une «option militaire», qui a aussi hérissé d'autres pays de la région. Le gouvernement socialiste vénézuélien a très mal pris cette déclaration, qui rappelle de mauvais souvenirs dans la région où la dernière intervention militaire américaine date de 1989, quand les Etats-Unis avaient envahi le Panama pour déloger son président, Manuel Noriega.
«La menace téméraire du président Donald Trump vise à entraîner l'Amérique latine et les Caraïbes dans un conflit qui perturberait, de manière permanente, la stabilité, la paix et la sécurité de notre région», a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza, lisant un communiqué au nom du président Nicolas Maduro.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.