L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour stabiliser les prix des légumes: Les grossistes appellent à éradiquer l'informel
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 08 - 2017

Constatant une flambée des prix de certains légumes de saison à la veille de l'Aïd El-Adha, le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes (FNMGFL), Mustapha Achour, estime que ce phénomène est le résultat d'une corrélation de nombreux facteurs.

Ce responsable impute, ainsi, la flambée des prix de certains légumes, notamment la courgette et la laitue, à plusieurs facteurs, notamment la faible production, la spéculation, l'absence de transparence du fait de la non-facturation et le monopole du marché parallèle, estimant, dans une déclaration à l'APS, que «la stabilité des prix de ces produits est tributaire de l'organisation de la production agricole, de la maîtrise des marchés de gros et de l'imposition rigoureuse de la facturation».
Les quantités de légumes produits cette saison ont dépassé la demande, faisant sensiblement baisser les prix en juin, ce qui a amené les agriculteurs à se débarrasser de leur production de légumes pour éviter les frais engagés dans le processus de récolte sans pouvoir les écouler, a fait savoir Mustapha Achour.
«Nous avons assisté à une véritable catastrophe : les agriculteurs se sont mis à cultiver de la laitue et de la courgette sans se soucier de la possibilité de leur commercialisation (...) Mais en raison du surplus, ils n'ont pas été en mesure d'écouler leurs récoltes, ce qui les a amenés à labourer de nouveau la terre pour cultiver d'autres légumes, entraînant la flambée du prix des légumes abandonnés, tels que la courgette qui est passé de 5 DA au mois de Ramadhan à 250 DA actuellement», a déploré l'intervenant. La raréfaction de l'eau, la baisse du niveau des barrages et les incendies enregistrés cet été sont autant de facteurs qui ont compliqué les choses, a-t-il dit, estimant que «la responsabilité incombe au ministère de l'Agriculture qui doit maîtriser les programmes agricoles, la plupart des terres agricoles relevant de l'Etat».
Selon lui, la flambée des prix des légumes à l'approche des fêtes est due à la spéculation, à l'absence de transparence et à la progression du marché parallèle. Il appartient aux ministères du Commerce et de l'Intérieur et des Collectivités locales de mettre fin à ces phénomènes, a-t-il soutenu. Les marchés de gros doivent être organisés, a insisté l'intervenant, estimant «inconcevable» que 70% de la production agricole soit vendue sur le marché parallèle. Les marchés de gros relèvent des communes et des wilayas qui se doivent de bien les gérer pour mettre fin à l'anarchie ambiante, a-t-il ajouté. S'agissant de la lutte contre la spéculation, le même responsable a affirmé que celle-ci demeurait tributaire d'une application rigoureuse de la facturation, relevant que la non-facturation entrave le suivi des prix et ne permet pas aux autorités de contrôle de mettre le doigt sur les augmentations arbitraires.
Et d'ajouter qu'«entre la période de la récolte et de la commercialisation, plusieurs spéculateurs et intermédiaires interviennent pour acheminer les produits vers les marchés parallèles. Il arrive que le même produit soit vendu deux à trois fois entre les spéculateurs avec une marge bénéficiaire pour chacun, et c'est de cette manière que le produit arrive aux marchés de gros et de détail au double prix».
Dysfonctionnement
Le comportement d'une grande partie des consommateurs qui continuent d'acheter les légumes et les autres produits agricoles au prix fort nourrit cette situation et encourage les commerçants à persister dans leurs pratiques spéculatives, déplore Achour. Le même responsable a prévu une baisse relative des prix de ces légumes après l'Aïd El Adha, précisant : «Nous prévoyons une baisse des prix avec l'arrivée des légumes cultivés dans les serres. Le prix de la courgette par exemple se stabilisera autour des 100-120 DA durant l'automne». A une question sur l'importance de l'acquisition des chambres froides, Achour a estimé que les prix des légumes ne seront pas impactés par l'acquisition de ces chambres, celles-ci étant destinées à la conservation de certains fruits et produits, outre «l'absence d'une culture de consommation des produits réfrigérés» chez les Algériens, a-t-il dit. Achour avait appelé récemment le ministère du Commerce à élaborer un code rigoureux qui oblige les producteurs locaux et les importateurs à introduire leurs produits dans les marchés de gros, soulignant la nécessité d'imposer des sanctions sévères contre toute violation de l'itinéraire du produit. Il a précisé que «les commerçants en gros sont innocents de toutes les accusations dont ils font l'objet», affirmant que ces commerçants sont en règle, paient leurs impôts et leurs cotisations à la Casnos. Il a critiqué les «pseudo-agriculteurs» ayant bénéficié de terres agricoles dans le cadre des politiques de soutien et qui ont préféré les donner en location à des prix exorbitants au lieu de les exploiter, appelant le ministère de l'Agriculture à ouvrir des enquêtes à ce propos. Le même responsable avait également critiqué les offices publics créés récemment pour réguler les marchés de légumes et de fruits, affirmant que ces derniers assistent passivement à cette anarchie qui a gagné les marchés de gros et de détail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.