PARQUET GENERAL PRES LA COUR D'ALGER : Les dossiers de 12 personnalités remis à la Cour Suprême    PRESIDENTIELLE : 2 candidatures déposées au Conseil constitutionnel    AADL 1 : Plus de 4 750 logements attribués au niveau national    ORAN : 590 surveillants de baignade pour les 34 plages autorisées    Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Téhéran dénonce la surenchère américaine    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Lâche agression d'une fonctionnaire    Le président Trump effectue une visite au Japon    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    L'activité en baisse de 85%    La liste s'allonge    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Human Rights Watch dénonce la persécution contre les musulmans: Crimes contre l'humanité perpetrés en Birmanie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 09 - 2017

La persécution contre les musulmans de la Birmanie est dénoncée par la communauté mondiale. L'organisation non gouvernementale Human Rights Watch, HRW, a qualifié les actions menées contre les musulmans de crimes contre l'humanité.

Human Rights Watch, HRW, qui a qualifié les actions menées contre les civils dans l'Etat de Rakhine de crimes contre l'humanité, exige à l'ONU d'imposer au gouvernement birman des sanctions et un embargo sur les armes, ecrit Reuters.
Pour le moment, le porte-parole du gouvernement birman n'a pas réagi à ces propos, mais les autorités birmanes avaient auparavant rejeté toutes les accusations de nettoyage ethnique dans l'Etat de Rakhine. Les informations révèlent qu'à la suite de la nouvelle vague de violence dans l'Etat de Rakhine, 440 000 musulmans rohingyas ont fui leur pays pour le Bangladesh.
Le Conseil de sécurité de l'ONU est censé aborder le cas des musulmans rohingyas lors d'une réunion devant avoir lieu dans les prochains jours.
Londres, Washington, Paris, Le Caire, le Sénégal, le Kazakhstan et la Suède ont exigé à Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, de dénoncer au sein du Conseil de sécurité les opérations militaires de l'armée birmane contre les musulmans rohingyas dans l'Etat de Rakhine.
James Ross, directeur politique et juridique de Human Rights Watch, a souligné : « L'armée birmane mène une répression pour expulser brutalement les musulmans rohingyas de l'Etat de Rakhine.
Le massacre des villageois et les incendies d'envergure qui font fuir les habitants sont des crimes contre l'humanité. ».
480.000 réfugiés rohingyas sont passés au Bangladesh depuis le 25 août pour fuir la persécution dans l'ouest de la Birmanie, ecrit l'ONU hier.
Cette estimation marque un bond notable par rapport à la dernière estimation disponible, de 436.000 réfugiés.
Cet écart «est dû, en grande partie, au comptage additionnel de 35.000 nouveaux arrivants dans deux camps de réfugiés», qui ne figuraient pas dans les calculs précédents mais se trouvaient déjà en territoire bangladais, a indiqué l'ONU. Dans cet Etat de l'ouest du pays, l'armée mène une vaste action de représailles depuis des attaques perpétrées le 25 août par des rebelles rohingyas contre des postes de police dans l'Etat Rakhine, et qui ont tué au moins douze policiers.
Depuis, notent la presse, l'armée birmane est accusée d'avoir incendié les villages rohingyas, pour se débarrasser de cette minorité considérée en Birmanie comme une menace pour l'identité bouddhiste du pays.
Les musulmans de la Birmanie sont victimes de la persécution menée par la Birmanie qui refuse même l'aide humanitaire de l'ONU qui dénonce le génocide perpetré contre les musulmans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.