Nahda participera avec une trentaine de listes    Installation d'un nouveau directeur de la Sûreté de wilaya    Et la prochaine étape ? Le pantalon et le caleçon aux chevilles ?    Le contrat avec Suez risque de ne pas être reconduit    Les travailleurs de l'ETRHB investissent la rue    L'Association des commerçants lance la sensibilisation    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Le derby face à l'USMA au stade du 20-Août    Ceferin fustige    JS Kabylie à Garoua pour la qualif' sous 43°    Gâteau de crêpes    Flambée des prix des fruits et légumes    Mécontentement    La grande avancée de la cause amazighe    Naïma Ababsa    Une alternative économique    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    La Badr s'ouvre au public    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Extension du tramway-Constantine: lancement des essais techniques de la 2e tranche    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Le dossier sera s'implifié    Boumala victime de son paradoxe    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Brèves    Une AGE à refaire    Brèves    Révolution dans le football européen    La Tunisie secouée par la pandémie    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retrait du nouveau Levothyrox en France: La mesure ne concerne pas l'Algérie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 10 - 2017

La vente d'une nouvelle formule du médicament contre les problèmes de thyroïde, Levothyrox a provoqué un scandale sanitaire dans le marché des médicaments français.

Des effets secondaires très pénalisants chez certains patients ont été évoqués par les patients. Les professionnels ont rassuré hier, que l'Algérie n'est pas concernée par la commercialisation de ce produit. Contacté, hier, par nos soins, Messaoud Belambri, président du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officines, a rassuré les patients de l'inexistence totale d'une nouvelle formule de Levothyrox en Algérie. «En Algérie, ce médicament n'a connu aucun changement. Il est resté sous son ancienne formule. Dans nos pharmacies il est toujours vendu sous ses différents dosages 25, 50, 75 et 100».
Selon lui, aucun pays dans le monde, à part la France, n'a demandé de changer les excipients de ce médicament. «C'est juste un changement spécifique à la demande de la France auprès du laboratoire allemand Merck. Cette nouvelle formule du Levothyrox n'a pas été acceptée par les associations des malades» a-t-il fait savoir.
Il ajoute aussi : «l'Algérie n'a jamais été concerné par cette nouvelle formule. L'ancienne molécule de Levothyrox est toujours enregistrée dans notre nomenclature nationale des médicaments. Il bénéficie toujours de son autorisation de mise sur le marché, et sa décision d'enregistrement est légalement valide». Il explique que c'est une «erreur» faite dernièrement par les autorités françaises. «Il semble que plusieurs patients français traités par cette nouvelle formule de Levothyrox ont réagi. Ils disent qu'ils ont subi des effets indésirables. Ils ont évoqué même une erreur des autorités françaises», ajoute-t-il. Suite à ces réclamations, la France a retiré cette nouvelle formule et a choisi de recourir à l'ancienne formule composée des anciens excipients
Notre interlocuteur explique ce changement dans la formule de ce médicament : Probablement, les laboratoires ont changé la formulation pour produire un médicament à moindre coût, et ce en utilisant des matières premières moins chères. Ces matières doivent être inertes par rapport à la substance active, et par rapport à l'organisme du malade a-t-il estimé.
Ajoutant encore que la formulation a peut être été changée à des fins thérapeutiques, soit par augmentation de son effet thérapeutique, ou par amélioration du rapport bénéfice risque ou autres.
Il est à rappeler que le Levothyrox ne traite pas uniquement l'hypothyroïdie, il est prescrit aussi pour traiter l'hyperthyroïdie en l'administrant à forte dose, ça agit en bloquant l'activité de la thyroïde par rétrocontrôle négatif au niveau du l'hypothalamus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.