Signaux d'alarme    Affaire Khaled Drareni: Les précisions du ministère de la communication    Être «Président» !    Accusés d'«entraver» le programme de Tebboune: Djerad dénonce les bureaucrates    Sonelgaz: La politique de filialisation remise en cause    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    UNE DIVISION CERTIFIEE    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Le gouvernement opte pour le «wait and see»: Début d'un déconfinement sous haute surveillance    Ils évoquent une campagne malveillante: Des syndicalistes du CHU Constantine s'insurgent    Ghazaouet: Une vingtaine de «harraga» interceptés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Oran: 255 citoyens rapatriés des Etats Unis d'Amérique    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Cyclisme-stage de l'UAC pour les entraîneurs: Allab et Alloui admis avec mention    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les indicateurs au rouge
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 11 - 2017

Réserves de change, épuisement du FRR et déficit budgétaire...
Le Gouverneur de la Banque centrale a relevé, hier, que l'évolution défavorable de la balance des paiements extérieurs au 1er semestre 2017 a eu un effet, les réserves officielles de change.
Celles-ci se sont contractées de 7,846 mds usd, passant de 114,138 mds usd à fin décembre 2016 à 106,292 mds usd à fin juin 2017. M. Loukal considère que le niveau des réserves de change demeure encore appréciable et adéquat, notamment au regard de l'encours très faible de la dette extérieure totale (3,962 mds usd).
Cependant, avise-t-il, «compte tenu des perspectives de maintien, à moyen terme, des prix des hydrocarbures proches de leurs niveaux actuels, et du déficit encore élevé des comptes extérieurs, notamment leur principal déterminant (la balance des biens et services), des efforts supplémentaires sont requis pour réduire l'absorption et/ou augmenter l'offre domestique de biens pour assurer la viabilité, à moyen terme, de la balance des paiements et limiter l'érosion des réserves officielles de change».
Interrogé sur la tendance des cours de change du dinar, le même responsable observe qu'en moyenne semestrielle, le dinar s'est légèrement déprécié face au dollar de 1,29% au second semestre de 2016 par rapport au premier semestre 2016 et s'est légèrement apprécié de 0,61% au 1er semestre 2017 comparativement au 2ème semestre 2016. Concernant les finances publiques, il précise que les hausses des recettes hors hydrocarbures de 1.067,4 milliards de DA (+74,5%) et, dans une moindre mesure, des recettes des hydrocarbures (hausse de 238,2 milliards de DA) au 1er semestre 2017 par rapport au même semestre de 2016, conjuguée à la baisse des dépenses publiques de 223,8 milliards de DA (-5,5%) ont abouti à un déficit budgétaire de 254,5 milliards de DA (384,1 milliards de DA pour le solde global du Trésor) contre un déficit de 1.783,7 milliards de DA au 1er semestre de 2016 (1.769 milliards de DA pour le solde global du Trésor). Ainsi, la forte hausse des recettes hors hydrocarbures à juin 2017 résulte essentiellement de celle des recettes non fiscales dont les dividendes de la Banque d'Algérie versées au Trésor qui s'élèvent à 920 milliards DA. En outre, le Fonds de régulation des recettes (FRR), dont l'encours s'élevait à 740 milliards DA à fin décembre 2016, a été totalement épuisé au 1er semestre 2017. Par ailleurs, par secteur juridique, hors secteur des hydrocarbures dont les dépôts ont chuté de près de 10%, la hausse des dépôts totaux dans les banques a concerné autant les dépôts du secteur économique public hors hydrocarbures (8,28%) que les dépôts du secteur privé et ménages (3,66%). En termes de structure, les parts du secteur économique public et du secteur privé et ménages dans les dépôts à vue dans les banques (3952,5 milliards de DA) sont quasiment égales (43,8% et 43,6%). Par contre, pour les dépôts à terme dans les banques (4.578 milliards de DA), la part du secteur privé et ménages représente quasiment le triple de celle du secteur économique public (3.338,4 milliards DA contre 1.145,9 milliards DA). Selon M. Loukal, malgré la diminution des ressources des banques liée aux déficits des paiements extérieurs, les crédits à l'économie (déduits des rachats de créances non performantes) ont poursuivi leur progression au 1er semestre 2017 au rythme de 7,05% contre 6,4% au 1er semestre de 2016 et 2,2 % au second.
L'analyse de la structure des crédits par secteur juridique à fin juin 2017 montre que la part des crédits au secteur public est passée de près de 49,97% à fin 2016 à 49,21% à fin juin 2017 et celle des crédits au secteur privé est passée de 50,03% à 50,78% dont 7,04% aux ménages.
Concernant l'inflation, le gouverneur de la Banque d'Algérie constate que son rythme annuel moyen, qui s'était accéléré durant 12 mois consécutifs jusqu'à mars 2017 (7,07%), s'est légèrement ralenti au 2ème trimestre 2017 pour atteindre 6,55% à fin juin 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.