La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    COUR DE JUSTICE DE TIARET : Le nouveau procureur général installé    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les indicateurs au rouge
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 11 - 2017

Réserves de change, épuisement du FRR et déficit budgétaire...
Le Gouverneur de la Banque centrale a relevé, hier, que l'évolution défavorable de la balance des paiements extérieurs au 1er semestre 2017 a eu un effet, les réserves officielles de change.
Celles-ci se sont contractées de 7,846 mds usd, passant de 114,138 mds usd à fin décembre 2016 à 106,292 mds usd à fin juin 2017. M. Loukal considère que le niveau des réserves de change demeure encore appréciable et adéquat, notamment au regard de l'encours très faible de la dette extérieure totale (3,962 mds usd).
Cependant, avise-t-il, «compte tenu des perspectives de maintien, à moyen terme, des prix des hydrocarbures proches de leurs niveaux actuels, et du déficit encore élevé des comptes extérieurs, notamment leur principal déterminant (la balance des biens et services), des efforts supplémentaires sont requis pour réduire l'absorption et/ou augmenter l'offre domestique de biens pour assurer la viabilité, à moyen terme, de la balance des paiements et limiter l'érosion des réserves officielles de change».
Interrogé sur la tendance des cours de change du dinar, le même responsable observe qu'en moyenne semestrielle, le dinar s'est légèrement déprécié face au dollar de 1,29% au second semestre de 2016 par rapport au premier semestre 2016 et s'est légèrement apprécié de 0,61% au 1er semestre 2017 comparativement au 2ème semestre 2016. Concernant les finances publiques, il précise que les hausses des recettes hors hydrocarbures de 1.067,4 milliards de DA (+74,5%) et, dans une moindre mesure, des recettes des hydrocarbures (hausse de 238,2 milliards de DA) au 1er semestre 2017 par rapport au même semestre de 2016, conjuguée à la baisse des dépenses publiques de 223,8 milliards de DA (-5,5%) ont abouti à un déficit budgétaire de 254,5 milliards de DA (384,1 milliards de DA pour le solde global du Trésor) contre un déficit de 1.783,7 milliards de DA au 1er semestre de 2016 (1.769 milliards de DA pour le solde global du Trésor). Ainsi, la forte hausse des recettes hors hydrocarbures à juin 2017 résulte essentiellement de celle des recettes non fiscales dont les dividendes de la Banque d'Algérie versées au Trésor qui s'élèvent à 920 milliards DA. En outre, le Fonds de régulation des recettes (FRR), dont l'encours s'élevait à 740 milliards DA à fin décembre 2016, a été totalement épuisé au 1er semestre 2017. Par ailleurs, par secteur juridique, hors secteur des hydrocarbures dont les dépôts ont chuté de près de 10%, la hausse des dépôts totaux dans les banques a concerné autant les dépôts du secteur économique public hors hydrocarbures (8,28%) que les dépôts du secteur privé et ménages (3,66%). En termes de structure, les parts du secteur économique public et du secteur privé et ménages dans les dépôts à vue dans les banques (3952,5 milliards de DA) sont quasiment égales (43,8% et 43,6%). Par contre, pour les dépôts à terme dans les banques (4.578 milliards de DA), la part du secteur privé et ménages représente quasiment le triple de celle du secteur économique public (3.338,4 milliards DA contre 1.145,9 milliards DA). Selon M. Loukal, malgré la diminution des ressources des banques liée aux déficits des paiements extérieurs, les crédits à l'économie (déduits des rachats de créances non performantes) ont poursuivi leur progression au 1er semestre 2017 au rythme de 7,05% contre 6,4% au 1er semestre de 2016 et 2,2 % au second.
L'analyse de la structure des crédits par secteur juridique à fin juin 2017 montre que la part des crédits au secteur public est passée de près de 49,97% à fin 2016 à 49,21% à fin juin 2017 et celle des crédits au secteur privé est passée de 50,03% à 50,78% dont 7,04% aux ménages.
Concernant l'inflation, le gouverneur de la Banque d'Algérie constate que son rythme annuel moyen, qui s'était accéléré durant 12 mois consécutifs jusqu'à mars 2017 (7,07%), s'est légèrement ralenti au 2ème trimestre 2017 pour atteindre 6,55% à fin juin 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.