Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Conseil des ministres : le projet de la nouvelle loi relative à l'investissement adopté    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines au secteur de Mahbes    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    La Sonelgaz se met de la partie    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«J'ai vécu l'enfer du bus avec l'équipe d'Algérie»
Témoignage accablant du docteur Michel Gaillaud :
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 11 - 2009

Dans une interview accordée à RMC dans Luis Attaque, l'ancien médecin de l'Olympique de Marseille, Michel Gaillaud, qui se trouvait dans le bus avec l'équipe nationale au Caire, apporte un témoignage accablant qui ne laisse plus planer le moindre doute sur la culpabilité des Egyptiens entretenu par ces messieurs de la Fifa.
Michel Gaillaud, dans quel cadre étiez-vous auprès des joueurs algériens au Caire ?
J'étais intervenant extérieur pour l'Algérie. J'étais là pour m'occuper des blessés, Karim Ziani, Hassan Yebda et Madjid Bougherra et les remettre sur pied avant le match contre l'Egypte. On a essayé de les retaper… mais cela a été tellement impressionnant. Je persiste à croire que les séquelles psychologiques sur ce match n'étaient pas anodines.
Que voulez-vous dire ?
On a vécu quelque chose… On arrive à l'aéroport. Tout va pour le mieux. On fait juste un test de température pour savoir si tout le monde va bien. On commence à avancer et puis le bus ralentit. La première pierre explose la vitre de devant.
On est vite mitraillé de pierres. On commence à comprendre que du sang coule chez les joueurs. Comme le bus ralentit, certains d'entre eux voulaient presque s'en prendre au chauffeur. Finalement, on arrive à l'hôtel et là on se rend compte de l'étendue des dégâts.
Mais à son départ de l'aéroport, le bus des joueurs était-il sécurisé ?
On était assez confiant au départ. Il y avait des policiers à l'aéroport. Puis, une fois monté dans le bus, j'ai juste aperçu à l'avant une petite camionnette avec à l'intérieur 4-5 policiers. Rien derrière nous, rien sur les côtés. Cela m'a choqué.
Cela n'a pas dû être simple de remettre tout le monde sur pied. Certains joueurs avaient des plaies. Le défenseur central Rafik Halliche avait un bandage au niveau du front, ce qui n'est pas très pratique pour faire des têtes. Il y avait également de la nervosité chez les joueurs.
Certains d'entre eux ont eu du mal à digérer cet incident ?
On était traumatisé. Voici un exemple. Au début, je m'étais assis à une certaine place dans le bus. Là, un des joueurs de l'équipe, Karim Matmour, me demande de m'avancer pour se mettre derrière moi. C'est à ce moment-là que Karim Ziani nous crie :
«Attention, ils ont des pierres.» Karim Matmour baisse sa tête en avant pour voir et la première pierre passe au-dessus de lui. Samedi, ce joueur sort à la 46' minute du match.
Vous semblez très remonté.
Ce qui s'est passé était inadmissible. Après, c'est difficile de déterminer la culpabilité de chacun. Tout ce que je sais, c'est que ce n'était pas la préparation d'un match de foot.
C'était de la violence pure et simple. On a souhaité que la Fifa vienne constater les choses. Au début, selon les médias égyptiens, c'était nous qui avions saccagé le bus. Cette version a vite volé en éclats.
Le lendemain du caillassage, lorsqu'on est parti s'entraîner au stade, il y avait des gens de la Fifa avec nous. En principe, nous sommes à 15 minutes du stade. Ce jour-là, on a mis une heure et quart pour nous y rendre, en traversant le Caire, le tout sans le moindre trafic.
Il y avait la police partout et l'itinéraire qu'ils nous ont fait prendre était très long. Cela a pesé la veille d'un match, avec l'influx nerveux, la fatigue… Etait-ce un hasard ? Je ne sais pas.
Comment ont réagi les Fennecs après avoir encaissé le deuxième but égyptien en fin de match ?
Ecoutez, cette équipe est extraordinaire. Elle a une solidarité, un gros mental et j'espère qu'elle pourra le démontrer mercredi. Ils se sont battus jusqu'au bout. J'espère de tout cœur que cette équipe se qualifiera pour le Mondial 2010. Elle le mérite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.