Le Premier ministre annonce la mise en service de la ligne ferroviaire Boughezoul-Tissemsilt à la fin de l'année 2022    Réunion du Gouvernement : feuille de route pour la mise en œuvre du programme complémentaire de développement de Tissemsilt    Coronavirus : 8 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sonatrach annonce la prorogation du délai du concours de conception d'un logo à l'occasion du 60e anniversaire de sa création    Le bombardement de Laghouat en 1852, "un génocide"    Maroc: les opposants à la normalisation n'abdiquent pas    L'Algérie élue à la vice-présidence de la 27e Session de la Conférence des Etats parties à CIAC    Poursuite à Beyrouth des travaux du Forum parlementaire sur le plan de développement durable de 2030    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    CLCPRO : plus de 2.000 techniciens formés en matière de lutte antiacridienne    Tribunal de Sidi M'hamed: 15 ans de prison ferme requis contre l'ancien ministre Arezki Berraki    Décès du moudjahid et ancien diplomate Othmane Saâdi à l'âge de 92 ans    20 ans de prison ferme requises à l'encontre de Zitout    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Intense activité diplomatique de Lamamra    Air Algérie prolonge les délais    Le calvaire des Algériens pour obtenir un visa    46e Eucoco: une occasion pour réitérer le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui    Accord signé entre l'AAPI et le Groupe STELLANTIS: une étape importante dans la concrétisation du projet FIAT en Algérie    Séisme de 3,1 degrés près de Guelma    Les aviculteurs appelés à déclarer tout décès: La grippe aviaire inquiète    CNAS Oran: Le rôle des commissions paritaires dans la sécurité et la santé au travail en débat    La politique du «zéro Covid» contestée    Assainissement de la voie publique à Medina Jedida: Les trottoirs occupés illicitement libérés    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Selon l'APOCE: 80% de l'or écoulé n'est pas conforme    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Le choléra touche des résidents d'un centre pour personnes âgées    Le Qatar annonce un contrat pour approvisionner l'Allemagne    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces marocaines à El Fersia    Une semaine pour l'entrepreneuriat    Un guichet électronique national    À qui profite la crise?    Le poumon de Bouira    Agnelli prend la porte    Le CSA cède 80% de ses actions à Mobilis    Les dessous du clash Song-Onana    Le stress hydrique inquiète les agriculteurs    Vibrant hommage à la défunte artiste Sonia    Projection de «Frantz Fanon. Une vie, un combat...»    Films à l'affiche    Une troisième journée d'espoir pour les équipes africaines    Grand retour après deux ans d'absence forcée    L'Algérie émerge    Mondial 2022 (Australie-Danemark): l'Algérien Ghorbal au sifflet    Ligue 1: CRB-CSC, un choc explosif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«J'ai vécu l'enfer du bus avec l'équipe d'Algérie»
Témoignage accablant du docteur Michel Gaillaud :
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 11 - 2009

Dans une interview accordée à RMC dans Luis Attaque, l'ancien médecin de l'Olympique de Marseille, Michel Gaillaud, qui se trouvait dans le bus avec l'équipe nationale au Caire, apporte un témoignage accablant qui ne laisse plus planer le moindre doute sur la culpabilité des Egyptiens entretenu par ces messieurs de la Fifa.
Michel Gaillaud, dans quel cadre étiez-vous auprès des joueurs algériens au Caire ?
J'étais intervenant extérieur pour l'Algérie. J'étais là pour m'occuper des blessés, Karim Ziani, Hassan Yebda et Madjid Bougherra et les remettre sur pied avant le match contre l'Egypte. On a essayé de les retaper… mais cela a été tellement impressionnant. Je persiste à croire que les séquelles psychologiques sur ce match n'étaient pas anodines.
Que voulez-vous dire ?
On a vécu quelque chose… On arrive à l'aéroport. Tout va pour le mieux. On fait juste un test de température pour savoir si tout le monde va bien. On commence à avancer et puis le bus ralentit. La première pierre explose la vitre de devant.
On est vite mitraillé de pierres. On commence à comprendre que du sang coule chez les joueurs. Comme le bus ralentit, certains d'entre eux voulaient presque s'en prendre au chauffeur. Finalement, on arrive à l'hôtel et là on se rend compte de l'étendue des dégâts.
Mais à son départ de l'aéroport, le bus des joueurs était-il sécurisé ?
On était assez confiant au départ. Il y avait des policiers à l'aéroport. Puis, une fois monté dans le bus, j'ai juste aperçu à l'avant une petite camionnette avec à l'intérieur 4-5 policiers. Rien derrière nous, rien sur les côtés. Cela m'a choqué.
Cela n'a pas dû être simple de remettre tout le monde sur pied. Certains joueurs avaient des plaies. Le défenseur central Rafik Halliche avait un bandage au niveau du front, ce qui n'est pas très pratique pour faire des têtes. Il y avait également de la nervosité chez les joueurs.
Certains d'entre eux ont eu du mal à digérer cet incident ?
On était traumatisé. Voici un exemple. Au début, je m'étais assis à une certaine place dans le bus. Là, un des joueurs de l'équipe, Karim Matmour, me demande de m'avancer pour se mettre derrière moi. C'est à ce moment-là que Karim Ziani nous crie :
«Attention, ils ont des pierres.» Karim Matmour baisse sa tête en avant pour voir et la première pierre passe au-dessus de lui. Samedi, ce joueur sort à la 46' minute du match.
Vous semblez très remonté.
Ce qui s'est passé était inadmissible. Après, c'est difficile de déterminer la culpabilité de chacun. Tout ce que je sais, c'est que ce n'était pas la préparation d'un match de foot.
C'était de la violence pure et simple. On a souhaité que la Fifa vienne constater les choses. Au début, selon les médias égyptiens, c'était nous qui avions saccagé le bus. Cette version a vite volé en éclats.
Le lendemain du caillassage, lorsqu'on est parti s'entraîner au stade, il y avait des gens de la Fifa avec nous. En principe, nous sommes à 15 minutes du stade. Ce jour-là, on a mis une heure et quart pour nous y rendre, en traversant le Caire, le tout sans le moindre trafic.
Il y avait la police partout et l'itinéraire qu'ils nous ont fait prendre était très long. Cela a pesé la veille d'un match, avec l'influx nerveux, la fatigue… Etait-ce un hasard ? Je ne sais pas.
Comment ont réagi les Fennecs après avoir encaissé le deuxième but égyptien en fin de match ?
Ecoutez, cette équipe est extraordinaire. Elle a une solidarité, un gros mental et j'espère qu'elle pourra le démontrer mercredi. Ils se sont battus jusqu'au bout. J'espère de tout cœur que cette équipe se qualifiera pour le Mondial 2010. Elle le mérite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.