Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tarawih et narguilé au pays du Cham
Ramadhan et traditions en Syrie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 08 - 2010

Au pays de Cham, l'une des plus vieilles contrées du Moyen-Orient, le mois sacré incarne une valeur spirituelle toute particulière : visites familiales, spiritualité, prières, psalmodies, veillées, chants… font le lot des activités récurrentes durant le Ramadhan. Aux frontières de la Turquie, de l'Irak, de la Jordanie et du Liban, la Syrie est un pays chargé d'histoire.
En témoigne l'une des plus vieilles mosquées de la région située à Damas. A l'heure de la prière, les mosquées sont bondées surtout le soir et durant la dernière quinzaine du mois. Psalmodies, cours religieux, prêches, tarawihs… fédèrent de plus en plus de pratiquants. Les fidèles deviennent plus généreux.
Des opérations de collecte d'aumône et de dons sont organisées à la sortie des lieux de culte. Au fur et à mesure que Ramadhan avance, hommes et femmes sont de plus en plus nombreux à se rendre aux mosquées le soir. A Damas par exemple, le recueillement pour les Tarawihs connaît un rush dans la mosquée des Oumeyades. Vieille de plus de 13 siècles,
blanche et décorée de somptueuses mosaïques, la mosquée des Omeyyades est l'un des témoignages les plus remarquables de l'art islamique. Un monument à l'architecture exceptionnelle qui, pendant des siècles, allait servir de modèle aux constructeurs de mosquées dans tout le monde arabo-musulman.
C'est dans ce lieu de culte exceptionnel que des milliers de fidèles damascènes font leurs prières durant le mois sacré. Le mois sacré est par excellence une période spirituelle, de ferveur et de piété.
Les Syriens ont un sens aigu de la famille et de l'échange exceptionnellement durant ce mois. Pour eux, ramadhan est l'un des moments forts pour resserrer les liens familiaux. Sans prévenir, les visites se font nombreuses après le f'tour et surtout durant la dernière quinzaine du mois sacré.
De jour comme de nuit, les traits du mois sacré sont perceptibles dans les principales villes syriennes. Que ce soit à Damas, à Alep, Hama ou encore Al Quneitra…, les principales villes adoptent un rythme, un ton et des couleurs particulières. Tout prête à la méditation et au recueillement, souligne un Syrien pour qui les résonances du muezzin et l'appel à la prière ont un effet particulier durant le mois sacré.
Le dîner servi en même temps que le f'tour
Au menu, fattouche est incontournable. C'est une salade garnie de petits morceaux de pain frit, des légumes émincés et frais et des herbes… La soupe au vermicelle ainsi que le plat de résistance sont incontournables.
Les mezzés, autres plats typiques syriens, occupent une place non moins importante. Ces petites entrées sont servies dans des coupelles. Le hoummos, une purée de pois chiche avec de la crème de sésame, de la coriandre fraîche et d'autres épices, reste une spécialité prisée. S'y ajoutent le moutabbal, un caviar d'aubergine avec de la crème de sésame, le baba ghanouj, autre caviar d'aubergine avec des poivrons et herbes ou encore la mouhammara, une purée toute rouge et piquante.
La particularité culinaire de Damas, qui reflète toutes les spécificités culinaires syriennes, réside dans sa tradition du farci (al mahchi) : aubergines, courgettes, pomme de terre… Le tout accompagné de riz et gâteaux à base de semoule et de fromage naturel. Pour sa part, la cuisine d'Alep est plutôt réputée pour son raffinement qu'elle aurait puisé de sa proximité avec la Turquie et la Grèce. Généralement, la cuisine syrienne a beaucoup de points en commun avec la libanaise.
On y trouve, de part et d'autre, les grillades : le kebab (brochettes de viande hachée), le chich taouk (brochettes de poulet mariné dans des épices), ainsi que plusieurs variétés de plats à base de petit-lait (leben). Le thé noir et le café turc sont servis à volonté durant le f'tour. Le café est servi dans de petites tasses et aromatisé à la cardamome.
Quant au thé, il est pour sa part très sucré et siroté à longueur de soirée. Les Syriens boivent aussi beaucoup de jus de dattes chaud. Le tout accompagné de sucreries, de gâteaux tels qu'al konafa, chaaïbate (l'équivalent des briouate) et la fameuse baqlawa. Des pâtisseries composées d'amandes, de noisettes, pistache, farine et sirop de sucre. A quelques heures du coucher du soleil, les Syriens aiment flâner dans les souks principalement à Damas et Alep :
les marchés les plus vivants et les plus colorés du Proche-Orient. Dans les ruelles de la capitale, les artisans sont à pied d'œuvre, ils deviennent plus actifs et enregistrent plus de commandes durant le mois sacré. La rue est plus animée dans les quartiers populaires le soir. Des veillées de chant spirituel y sont célébrées. L'on organise aussi des spectacles d'une rare beauté, telle que la danse des derviches-tourneurs.
Les cafés de Damas ne désemplissent pas à leur tour le soir. Jeux d'échecs, de cartes et amuse-bouches (cacahuètes, pistache, amandes…) deviennent très prisés sur les terrasses. Dans les quartiers populaires et les ruelles, les effluves des braises brûlantes et de tabac parfumé (al maâssel) animent les conversations. Jeunes et moins jeunes palabrent et savourent en tirant sur le long tuyau des narguilés. Plus qu'une distraction, un rituel incontournable à bilad Cham.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.