Barça : Messi reprend l'entrainement avec le groupe    Bonnes perspectives en gaz et électricité    DIALOGUE NATIONAL : Le panel s'engage à rencontrer la société civile    «Le dialogue doit satisfaire les demandes du peuple»    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    «L'investissement est ouvert au privé»    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Guterres profondément préoccupé par la situation dans le Nord-Ouest    Jeux militaires de Russie : l'Algérie décroche la 6e place    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    Sept personnes arrêtées dans plusieurs wilayas    SAISON ESTIVALE : 17 morts par noyade à Mostaganem    PELERINAGE 2019 : 22 Algériens décédés depuis le début du Hadj    Crime odieux sur un jeune homme à El Matmar    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    "La mission du panel est de diviser le hirak"    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    La hantise des conducteurs    L'armée face à une situation sécuritaire de plus en plus préoccupante    Farès opéré avec succès    Une jeune fille fait une chute du 5e étage à Haï Essalem    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Trop de questions (2)    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Bensalah réitère son appel au dialogue    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    Tébessa, El-Tarf: De nouveau des routes coupées à cause de l'eau    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    ZLECAF : Nécessité de saisir les opportunités au profit de l'économie nationale    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une conteuse à l'image de nos grands-mères
Fatima Bakhai
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 11 - 2010

Ecrivain prolifique, Fatima Bakhai s'attelle à conter la saga algérienne des origines à nos jours. Sans prétention aucune, loin d'être laudatrice et sans verser dans la glorification de l'histoire, elle a le don de narrer telle Shahrazade qui a su garder son souffle pour sauver sa vie. Fatima a cet esprit vif qui la caractérise. Volontaire, elle fait une incursion dans l'histoire de nos ancêtres.
Toujours à la recherche d'innovation, elle ne tarit pas d'interroger la parole du terroir et de compulser les ouvrages anciens en quête de nouveautés. Se distinguant par sa volubilité et par son analyse pondérée, elle dit sans ambages sa passion de découverte, d'inventivité et de création. Dans cet entretien, c'est un écrivain enthousiasmé par l'histoire de l'humanité qui nous entraîne dans sa longue saga romancée.
Le Temps d'Algérie : De formation juriste et ayant exercé comme avocate durant 20 ans, vous faites un saut dans la littérature, pourquoi ?
Fatima Bakhai : En effet ! J'ai travaillé dans la justice pendant plus de vingt ans en qualité de magistrat puis d'avocate. Je n'avais plus rien à y découvrir, cela devenait une routine… J'aime la nouveauté, apprendre toujours. Les sciences humaines et la littérature m'ont toujours passionnée. J'ai tenté l'aventure !
- Après vos premiers romans, vous vous attelez à l'histoire de l'Algérie avec cette trilogie, pourquoi cet intérêt pour l'histoire, est-ce pour rétablir des vérités historiques ?
- Rétablir des vérités historiques ? Je n'ai pas cette prétention ! D'abord je n'en ai pas les compétences, je ne suis pas historienne ! Mais l'histoire de l'humanité me passionne dans tous ses aspects. Ce n'est que très tard que j'ai découvert l'histoire de mon propre pays. On ne me l'a pas apprise à l'école. Tous mes livres y font référence :
La Scaléra, Dounia, Un oued pour la mémoire, La femme du Caïd, Raconte-moi Oran et puis j'ai entrepris l'écriture de la trilogie Izuran. C'était passionnant ! Les Algériens, en général, ne connaissent pas leur histoire. Quelques bribes parfois. C'est frustrant ! J'ai voulu la leur raconter non de manière scientifique, académique mais romancée. C'est plus facile et plus attachant je crois. Une saga qui débute au néolithique et s'achève à la veille de la colonisation française…
Au fond, comme on me le dit parfois, je suis une «conteuse» ! Il n'y a donc aucune vérité à rétablir mais une histoire à raconter et que je raconte telle que je l'ai perçue après bien des recherches. Les historiens pourront me faire des reproches peut-être, je les accepte ! Je ne les trahis pas, je raconte des faits historiques établis mais tels que j'imagine que les ont vécus des personnages purement fictifs.
- Peut-on connaître la thématique de ce dernier roman Au pas de la Sublime Porte ?
C'est la suite d'Izuran I - Au pays des hommes libres et d'Izuran II - Les enfants d'Ayye. La saga continue. Les descendants vont vivre la période allant de la chute de Grenade au fameux coup d'éventail. La période ottomane ! Il y a tant de choses à y découvrir. C'est passionnant, en tout cas cela l'a été pour moi ! Ensuite, l'histoire est connue ! J'en parle dans mes premiers romans d'ailleurs.
- Y aura-t-il une autre suite à Izuran ?
Non, je ne crois pas. La suite ne pourrait être qu'une répétition de Dounia, de La femme du Caïd et de La Scaléra et je vous l'ai dit, j'aime la nouveauté ! (rires)
- Quel est votre avis sur la littérature algérienne, a-t-elle amorcé un nouveau tournant avec des thématiques nouvelles ?
Il semble que oui ! C'est tout à fait normal, les temps ont changé et les écrivains aussi. Je constate un regain d'intérêt pour l'histoire et surtout une nouvelle liberté de ton, mais je suis très mal placée pour juger de la littérature aujourd'hui.
Ce qui importe c'est que des hommes et des femmes de plus en plus nombreux prennent la plume et que des hommes et des femmes lisent ce qui leur est proposé ! La décantation se fera d'elle-même. Mais la littérature algérienne pour exister vraiment a besoin d'entrer à l'école. La littérature a besoin de lecteurs, et les lecteurs se forment dès l'école primaire ! Chacun a besoin de la reconnaissance de l'autre !
Entretien réalisé


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.