Une secousse tellurique de magnitude 3.6 enregistré à Jijel    Arsenal : Vers un retour en Liga pour Ceballos, mais pas forcément au Real    Le MSP participera au processus de réformes nationales    Des mesures pour la réalisation du plus grand nombre de silos de céréales    Révision de la Constitution: pour la consolidation et l'indépendance de la justice    Hand/CAN-2020 (demi-finale): l'Algérie battue par l'Egypte (27-30)    Futsal/CAN à Laâyoune occupée: une violation flagrante du droit international    Tizi-Ouzou: hommage et recueillement à la mémoire de Matoub Lounes    ESCROQUERIE : Mandat d'arrêt international contre le Promoteur ‘'Messaoud''    UGTA : Salim Labatcha s'engage à mettre de l'ordre    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    SURETE NATIONALE : 206 inspecteurs principaux promus    Les manifestants exigent la libération des détenus    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    DEUX HARRAGA MORTS ET 19 AUTRES PORTES DISPARUS : Les familles demandent l'intervention des autorités à Tiaret    ROSFA (TIARET) : Des protestataires défoncent un portail de la mairie    INFRACTIONS ET CONTRAVENTIONS A TISSEMSILT : 576 affaires traitées en décembre    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    Bouhired décorée par le président tunisien    Salon de l'agriculture d'Oran: des démarches pour donner une impulsion à la cuniculture    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Coupe de la Turquie: Feghouli et Galatasaray qualifiés    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les agriculteurs s'inquiètent    Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs    «L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    Ligue des champions d'Afrique : WAC - USMA, vendredi à 20h00 - A quitte ou double pour les Algériens    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils étaient plus de 15 000 à exiger le changement du système
Maroc
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 03 - 2011

Plusieurs milliers de personnes sont sorties, dimanche, pour manifester à Rabat, Casablanca et dans plusieurs villes du Maroc comme Fès, Al Hoceima, El Jadida, Agadir ou encore Nador, pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale. Ils étaient plus de 15 000 à sortir dans les rues des villes, pour la deuxième fois, pour exiger le «changement du système politique».
Banderoles et pancartes ont été brandies par les manifestants à Rabat et à Casablanca qui réclamaient le «départ du gouvernement». Certaines d'entre elles portaient des portraits des autorités politiques marocaines indésirables. Les manifestants scandaient aussi : «Pour la liberté et la dignité du peuple marocain.» Aucun dispositif policier important n'était visible à Rabat où plus de quatre mille personnes de diverses organisations syndicales, des retraités ainsi que des diplômés chômeurs ont battu le pavé.
«Plus d'équité sociale», clamaient-ils. A Casablanca où le dispositif de sécurité s'est fait aussi discret, ils étaient plus de 5000 à manifester en scandant «non à la corruption et au clientélisme», selon des agences de presse sur place. Certains slogans réclamaient «un roi qui règne et ne gouverne pas». Des marches et rassemblements s'étaient déroulés dans d'autres villes marocaines. Cette manifestation s'est déroulée dans le calme et les protestataires se sont dispersés vers 12h30 locale.
«Le Maroc devrait commencer à tirer sérieusement les leçons de ce qui se passe par ici», a commenté un des manifestants qui ont défilé le long des remparts de la vieille ville de Rabat. «Le roi n'a pas répondu aux demandes formulées lors de la première manifestation nationale. C'est la raison pour laquelle nous sommes à nouveau ici», a-t-il précisé.
«De nombreuses femmes, le visage entièrement voilé, brandissaient des photos de membres de leur famille incarcérés lors de la répression menée après les attaques suicide de Casablanca en 2003. «Mon fils se trouve dans le couloir de la mort depuis sept ans. Ils l'ont condamné à mort parce qu'il prie. Parce qu'il est un bon musulman», a-t-elle déclaré.
Le thème de la lutte contre la corruption était largement repris dans le cortège où des manifestants tenaient dans leurs mains des balais. L'Union socialiste des forces populaires (USFP), appartenant à la coalition gouvernementale, avait annoncé samedi qu'elle entendait se joindre à la protestation.
Ces manifestations interviennent un mois après une première journée de manifestations le 20 février, à la suite d'un appel lancé sur le réseau social Facebook par de jeunes Marocains pour réclamer une nouvelle Constitution limitant les pouvoirs du roi et plus de justice sociale. Le «mouvement du 20 février», lancé dans la foulée des événements de Tunisie et d'Egypte, avait maintenu son mot d'ordre de manifestation pour ce dimanche, malgré la promesse du roi Mohammed VI d'engager de profondes réformes politiques.
Dans un discours, le 9 mars, le souverain chérifien a annoncé une série de mesures – mise en place d'une commission pour réviser la Constitution, indépendance de la justice, séparation des pouvoirs et renforcement des pouvoirs du Premier ministre – semblant entamer une évolution vers une monarchie parlementaire.
A un certain moment de la manifestation, à Rabat notamment, les slogans se confondaient devant le Parlement. Les revendications étaient diverses. Alors que certains soutiennent la constitutionnalisation de l'amazighité du Maroc, des manifestants islamistes réclamaient la libération de «prisonniers politiques» arrêtés suite aux attentats du 16 mai 2003 à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.