Communauté universitaire et avocats dans la rue à Béjaïa    «Sans aucune ambition politique, notre objectif est de servir notre pays»    Confusion devant le bureau du président de l'APN    Une croissance de +9,1% du nombre de passagers aériens en Avril    Smail Chergui dénonce une guerre par procuration en Libye    Bientôt une assemblée des actionnaires pour dénouer la crise    Real : Vers une prolongation de Nacho    Un parti marocain de gauche solidaire    Un jeune palestinien blessé par les forces israélienne    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 71 dollars le baril    La contrebande de psychotropes bat son plein    Le ministre du Tourisme donne ses instructions    Le FLN tente de restaurer son image    Libérer Issad Rebrab et mettre fin à l'insécurité juridique    Tout savoir sur les nouvelles finitions du Volkswagen Caddy    Les Soudanais préparent la désobéissance civile    L'Iran reprend un stock d'uranium faiblement enrichi    La facture en évolution continue    Les souscripteurs organisent une marche de protestation à Jijel    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Fin de saison pour Demane    "Bien sûr que je veux jouer la Coupe d'Afrique"    Vers le dénouement de la crise    L'ECA persiste et soutient les «principes de la réforme»    Le ministère promet un bac sécurisé    Concombre en persillade    800 interventions depuis janvier dernier à Jijel    Un danger pour la santé publique    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Saisie de pièces archéologiques romaines    Classée prochainement monument historique national    «De nombreux lobbies infiltrés au sein des institutions du pays»    La mobilisation des étudiants se poursuit : Jusqu'au bout !    USTHB : Iftar collectif au profit des étudiants    «Non à la mascarade électorale du 4 juillet 2019»    Ghardaïa : Plus de 4800 oiseaux d'eau nicheurs recensés    Accusé de mauvaise gestion : Le DJS de Bouira limogé    Al Qods occupée : Riyad, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux saints    10 demandes d'investissement déposées    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    Les démocrates, furieux contre Trump, débattent d'une destitution    Dans ma tête un rond-point !    Zakat El Fitr fixée cette année à 120 DA    Le premier bilan de Haftar    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils étaient plus de 15 000 à exiger le changement du système
Maroc
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 03 - 2011

Plusieurs milliers de personnes sont sorties, dimanche, pour manifester à Rabat, Casablanca et dans plusieurs villes du Maroc comme Fès, Al Hoceima, El Jadida, Agadir ou encore Nador, pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale. Ils étaient plus de 15 000 à sortir dans les rues des villes, pour la deuxième fois, pour exiger le «changement du système politique».
Banderoles et pancartes ont été brandies par les manifestants à Rabat et à Casablanca qui réclamaient le «départ du gouvernement». Certaines d'entre elles portaient des portraits des autorités politiques marocaines indésirables. Les manifestants scandaient aussi : «Pour la liberté et la dignité du peuple marocain.» Aucun dispositif policier important n'était visible à Rabat où plus de quatre mille personnes de diverses organisations syndicales, des retraités ainsi que des diplômés chômeurs ont battu le pavé.
«Plus d'équité sociale», clamaient-ils. A Casablanca où le dispositif de sécurité s'est fait aussi discret, ils étaient plus de 5000 à manifester en scandant «non à la corruption et au clientélisme», selon des agences de presse sur place. Certains slogans réclamaient «un roi qui règne et ne gouverne pas». Des marches et rassemblements s'étaient déroulés dans d'autres villes marocaines. Cette manifestation s'est déroulée dans le calme et les protestataires se sont dispersés vers 12h30 locale.
«Le Maroc devrait commencer à tirer sérieusement les leçons de ce qui se passe par ici», a commenté un des manifestants qui ont défilé le long des remparts de la vieille ville de Rabat. «Le roi n'a pas répondu aux demandes formulées lors de la première manifestation nationale. C'est la raison pour laquelle nous sommes à nouveau ici», a-t-il précisé.
«De nombreuses femmes, le visage entièrement voilé, brandissaient des photos de membres de leur famille incarcérés lors de la répression menée après les attaques suicide de Casablanca en 2003. «Mon fils se trouve dans le couloir de la mort depuis sept ans. Ils l'ont condamné à mort parce qu'il prie. Parce qu'il est un bon musulman», a-t-elle déclaré.
Le thème de la lutte contre la corruption était largement repris dans le cortège où des manifestants tenaient dans leurs mains des balais. L'Union socialiste des forces populaires (USFP), appartenant à la coalition gouvernementale, avait annoncé samedi qu'elle entendait se joindre à la protestation.
Ces manifestations interviennent un mois après une première journée de manifestations le 20 février, à la suite d'un appel lancé sur le réseau social Facebook par de jeunes Marocains pour réclamer une nouvelle Constitution limitant les pouvoirs du roi et plus de justice sociale. Le «mouvement du 20 février», lancé dans la foulée des événements de Tunisie et d'Egypte, avait maintenu son mot d'ordre de manifestation pour ce dimanche, malgré la promesse du roi Mohammed VI d'engager de profondes réformes politiques.
Dans un discours, le 9 mars, le souverain chérifien a annoncé une série de mesures – mise en place d'une commission pour réviser la Constitution, indépendance de la justice, séparation des pouvoirs et renforcement des pouvoirs du Premier ministre – semblant entamer une évolution vers une monarchie parlementaire.
A un certain moment de la manifestation, à Rabat notamment, les slogans se confondaient devant le Parlement. Les revendications étaient diverses. Alors que certains soutiennent la constitutionnalisation de l'amazighité du Maroc, des manifestants islamistes réclamaient la libération de «prisonniers politiques» arrêtés suite aux attentats du 16 mai 2003 à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.