Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement devant l'ambassade de Syrie
Coordination algérienne pour le soutien de la révolution syrienne
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 08 - 2011

Une quarantaine de personnes s'était rassemblée, hier, devant le siège de l'ambassade de Syrie à Ben Aknoun (Alger), en réponse à l'appel de la Coordination algérienne pour le soutien de la révolution syrienne (CASRS).
Une heure et demie durant, les manifestants ont brandi des drapeaux, des photos et autres illustrations des massacres commis quotidiennement par le régime en Syrie et des banderoles portants des slogans hostiles au régime de Bachar El Assad. «Irhal, irhal ya Bachar» (dégage, dégage Bachar),
«La révolution syrienne est leader par son pacifisme», disaient les manifestants qui répétaient d'autres expressions dans lesquelles ils demandent la protection des civils syriens et une sortie de crise imminente. Plusieurs fondateurs de la CASRS étaient présents à ce rassemblement, dont Abdelaziz Rahabi, ancien ministre de la Communication, Loth Bonatéro,
chercheur, Abdelkrim Abidat, président de la Coordination de la protection de la jeunesse, Hadj Tahar Boulenouar, porte-parole de l'UGCCA, des avocats, des enseignants universitaires et plusieurs membres de la communauté syrienne installés en Algérie. Ce deuxième rassemblement, après celui de vendredi soir au même lieu, a été une autre occasion pour demander le départ de l'ambassadeur syrien à Alger et le retrait de l'ambassadeur algérien en Syrie.
«Nous sommes choqués par la position algérienne qui n'est pas à la hauteur de ce grand pays ayant toujours pris des positions fermes contre la violence et les crimes contre les peuples», diront les initiateurs.
«Nous interpellons les Nations unies, la Ligue arabe et autres organismes à agir vite pour arrêter le bain de sang en Syrie et permettre à la population de manifester pacifiquement. Le seul tort des Syriens est de vouloir vivre en liberté.
Ils ont eu, en contre-partie de cette revendication légitime, des chars circulant à l'intérieur des cités pour commettre des massacres à ciel ouvert et face au mutisme des nations arabes et musulmanes.
Le peuple a organisé des manifestations pacifiques et nous avons demandé des preuves matérielles pour justifier ces massacres contre des innocents. C'est le cas de tous les dictateurs qui refusent de céder face aux aspirations de leurs peuples. Ils s'attachent au pouvoir et sont prêts à utiliser tous les moyens pour maintenir le chaos».
Les membres de cette coordination indiquent que le message est adressé également aux peuples libyen, yéménite, tunisien et égyptien.
Outre les rassemblements de solidarité, la coordination appelle à la récolte et l'acheminement des aides à la population syrienne car la situation humanitaire est catastrophique vu que l'accès est interdit sur ce territoire.
Les statistiques avancées par la coordination font état de la mort de 2800 civils, 5000 disparus, 29 000 détenus, 40 000 blessés et handicapés, 113 enfants tués ou torturés en plus des 5000 soldats syriens assassinés par l'armée après leur refus de tirer sur la population désarmée.
L'armée a incendié leurs corps et les a jetés dans la mer pour effacer toute trace de ce crime, affirme Nidal Debah, avocat syrien installé en Algérie depuis quarante ans. Il affirme participer à ce rassemblement pour «exprimer le soutien et la solidarité de la société civile algérienne contre la barbarie dont sont victimes des citoyens syriens». Cet avocat interpelle «les consciences vivantes dans le monde et surtout en Algérie à faire cesser ces massacres».
Vers une réforme pacifique
On apprend, par ailleurs, la création prochaine de la coordination de soutien aux révolutions arabes. Plusieurs raisons sont évoquées pour justifier la naissance de cette organisation.
«Il n'y a pas que la Syrie qui a besoin de notre solidarité mais ce sont tous les pays qui se trouvent actuellement dans la même situation. La guerre d'Algérie fait partie des plus belles et grandes guerres au monde, nous devons préserver cette place et continuer d'être l'exemple pour les autres nations.
Ceci s'ajoute au fait que nous avons vécu une expérience rare en démocratie et liberté malgré les insuffisances existantes, ce qui fait de nous un exemple en la matière», dira Hadj Tahar Boulenouar, porte-parole de l'UGCAA.
En plus de nationalité algérienne, cette coordination sera ouverte aux représentants de la communauté arabe en Algérie et vise à renforcer les liens entre les sociétés civiles de tous les pays de la région pour mieux organiser une réforme pacifique.
A propos de notre communauté installée en Syrie, M. Boulenouar affirme qu'il n'y a pas eu de morts ni de blessés dans les opérations en cours mais évoque «le harcèlement moral et la répression exercés par les autorités syriennes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.