Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 2500 interventions chirurgicales à cœur ouvert durant le 1er semestre 2011
Chirurgie cardiaque
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 09 - 2011

Dans le cadre des conventions passées entre la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) et les cliniques privées, 2555 patients, tous âges confondus, ont subi une intervention chirurgicale à cœur ouvert durant le 1er semestre 2011, a révélé la direction générale de la CNAS.
A ce propos, le chargé de la cellule de conventionnement de la CNAS, Dr Ghalmi Mustapha a indiqué à l'APS à la veille de la célébration de la journée mondiale du cœur coïncidant avec le 24 septembre de chaque année, que parmi les 2555 bénéficiaires d'une intervention chirurgicale cardiovasculaire, 1000 patients étaient originaires du centre du pays, 700 de l'Est, 800 de l'Ouest et 90 du Sud.
En outre, a-t-il ajouté, 350 interventions chirurgicales ont été réalisées sur des enfants présentant des malformations congénitales du cœur dont 250 au niveau d'Alger et le reste à l'Est du pays. En 2010, la CNAS avait pris en charge 6800 malades dont 590 enfants. Toutes les interventions chirurgicales ont été effectuées au niveau de 11 cliniques privées à travers le territoire national dont 06 à Alger, 02 à Sétif et Annaba, 02 à Oran et une seule clinique à Ghardaïa. Le coût global de ces interventions a atteint 1,8 milliards de dinars.
La CNAS a procédé, au cours de la dernière décennie, à la signature de conventions visant la prise en charge de 6000 personnes atteintes de pathologies cardiaques et 1500 nourrissons présentant des cardiopathies congénitales afin de mettre un terme aux souffrances des malades, résultant notamment des retards enregistrés dans les rendez-vous au niveau des hôpitaux européens et l'obtention du visa, causant ainsi la mort de certains cas. Avant la signature de ces conventions, le transfert des malades à l'étranger était la seule alternative pour sauver des vies.
Les hôpitaux publics de Mustapha Pacha, Aïn Nâadja et Constantine ainsi que les cliniques publiques spécialisées (Mohamed Abderrahmani) "ne sont pas, à eux seuls, en mesure de prendre en charge tous les patients", souligne Dr Ghalmi Mustapha.
Toutes les demandes de chirurgies cardiaques pour adultes ont été satisfaites, s'est félicité le responsable, indiquant, toutefois, que le nombre des enfants présentant des cardiopathies congénitales, qui sont en liste d'attente, demeure élevé en raison du manque de structures.
Actuellement, seules la clinique de Bousmail relevant de la Cnas et deux cliniques privées prennent en charge ce type de chirurgie. La clinique de Bousmail s'occupe, à elle seule, de 400 à 500 interventions par an alors qu'un même nombre de patients sont transférés à l'étranger pour recevoir les soins.
Dr Ghalmi a précisé que 80 % des interventions étaient supervisées par des spécialistes étrangers dans le cadre de partenariats conclus avec des cliniques algériennes relatifs à la participation de spécialistes algériens afin de tirer profit de la formation et du transfert de technologie.
Le ministère de la Santé délivre des visas d'entrée et circulation aux spécialistes étrangers sur la base des rendez-vous arrêtés par les cliniques privées. Les maladies cardiovasculaires se propagent davantage en raison de différents facteurs. Les cliniques privées prennent en charge les assurés sociaux de différents âges souffrant de maladies cardiovasculaires et les enfants présentant des cardiopathies congénitales. La Cnas s'occupe des frais des opérations, qu'elles soient effectuées en Algérie ou à l'étranger, y compris pour les enfants dont les parents ne sont pas des assurés sociaux.
La Cnas, qui veille au suivi des dossiers des patients dans des cliniques privées, a acquis une grande expérience concernant la gestion et la maîtrise de cette technique, a indiqué Dr Ghalmi, qualifiant le conventionnement avec ces cliniques de "riche expérience" ouvrant la voie à des conventionnements avec les hôpitaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.