L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accès aux archives,un enjeu au cœur de la mobilisation des historiens
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 10 - 2011

«Cause citoyenne» à multiples enjeux, le 17 octobre 1961 a été aussi une grande bataille sur le terrain des archives. Historiens connus ou jeunes chercheurs, ils sont nombreux à avoir pétitionné et milité pour l'ouverture des archives de la préfecture de police et d'autres institutions officielles.
Autant que bien des pages dramatiques de la guerre d'Algérie, la répression sanglante a été victime d'une chape de plomb singulière. Parce qu'elle avait impliqué - au travers de la préfecture de police - une institution importante du paysage préfectoral et sécuritaire français, la journée sanglante a souffert d'un dommageable embargo archivistique.
Ceci est loin d'être une surprise. Connu pour être particulièrement contraignant, l'accès aux archives en France ressemble au parcours du combattant. Délais de consultation pouvant aller jusqu'à 90 ans, régime dérogatoire, communication de documents au compte-gouttes : la loi sectorielle française - pourtant amendée à maintes reprises - en verrouille l'accès plus que sous d'autres cieux européens. Les conditions d'accès sont encore plus sévères quand il s'agit de la guerre d'Algérie.
Depuis une quinzaine d'années, les archives «algériennes» - y compris celles de la préfecture de police relatives au 17 octobre - se font plus «accueillantes». De nombreux chercheurs ont pu y accéder, dont les historiens britanniques Jim House et Neil MacMaster, les français Jean-Luc Einaudi, Emmanuel Blanchard, Sylvie Thenault et la franco-algérienne Linda Amiri (auteur d'une remarquable thèse sur la Fédération de France).
Saluée par les historiens, cette ouverture s'est traduite par la soutenance de nombreuses thèses et la publication de plusieurs livres. Autant de vecteurs de connaissance qui ont fait avancer le savoir académique et éclairé la «journée portée disparue» du 17 octobre. Mais cette indéniable avancée dans la bataille des archives ne fait pas oublier la perte accidentelle ou volontaire de nombreux documents.
Le rapport Mandelkern remis en 1997 au ministère de l'Intérieur de Jean-Pierre Chevenement avait listé nombre de documents manquants. Des «documents dont l'intérêt aurait dû imposer la conservation, mais qui ont été parfois détruits ou que la mission n'a pu retrouver».
Parmi les documents manquants, les archives de la brigade fluviale. Elles ont été détruites, selon les membres de la mission Mandelkern. Le rapport du préfet de police Maurice Papon a connu un sort similaire. «Aucun exemplaire ne semble avoir été conservé dans les archives de la préfecture de police, pas plus qu'à la direction générale de la police nationale».
Au moment des faits, L'Elysée et Matignon étaient également destinataires de ce rapport, mais la mission Mandelkern n'en a pas trouvé trace.
Autres archives (relative au 17 octobre) signalés «manquants» par la mission Mandelkern, celles du service de coordination des affaires algériennes (SCAA), du service d'assistance technique (SAT) aux Français musulmans d'Algérie (FMA), du centre d'identification de Vincennes (CIV), créé en janvier 1959 pour recevoir les FMA interpellés sur la voie publique.
L'équipe mandatée par Jean-Pierre Chevènement n'a pas également trouvé trace des archives de la direction de la réglementation du ministère de l'Intérieur. La mission fait allusion aux arrêtés ministériels prononçant des assignations à résidence ou des mesures d'éloignement à l'encontre d'Algériens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.