Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbas au pied du mur
Gestion catastrophique du dossier du médicament
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 11 - 2011

La pénurie récurrente des traitements pharmaceutiques en Algérie durant ses six derniers mois
a suscité plusieurs interrogations et soulevé l'ire de la famille de la santé publique. Les associations caritatives du secteur et les organisations syndicales se sont toutes unies pour dénoncer la mauvaise gestion du dossier.
Les mesures urgentes prises par Ahmed Ouyahia, Premier ministre, lors de la rencontre interministérielle extraordinaire, convoquée jeudi dernier, sonne, selon des sources proches du ministère de la Santé, comme un dernier avertissement à Ould Abbas, premier responsable du secteur. Ould Abbas est appelé désormais à veiller personnellement sur l'approvisionnement en médicament de la PCH et tenir informé le Premier ministre de manière régulière sur l'état des stocks.
Cette nouvelle mesure disciplinaire, selon la même source, ne serait qu'un précurseur pour son départ définitif de la tête de son département. Le ministre de la Santé ne cessait d'accuser, lors de ses sorties médiatiques, les «lobbies du médicament» d'être à l'origine de la perturbation dans l'approvisionnement des produits médicamenteux, tout en affirmant que le problème ne reposait pas sur le manque de moyens financiers. La source révèle que cette déclaration à la presse nationale a été derrière son départ éventuel du ministère.
Ahmed Ouyahia, qui a accusé directement Ould Abbas d'être responsable de la crise, a donc décidé, dans le cadre des mesures urgentes, le paiement immédiat de la dette de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), évaluée à des milliards DA, et l'ouverture de l'Agence nationale du médicament créée en 2008. Le Premier ministre a également instruit le ministre des Finances de débloquer les marchés des hôpitaux au niveau de la commission des marchés pour que ces établissements puissent honorer leurs factures auprès de la PCH estimées à 27 milliards DA.
L'agence nationale du médicament aurait été d'une grande efficacité
Contactée hier par nos soins, Mme Hamida Kettab, présidente de l'association El Amel d'aide aux malades cancéreux, a salué les mesures prises par Ahmed Ouyahia. Elle a estimé que «ces décisions permettront une bonne gestion du secteur du médicament et de pallier par la même occasion toutes les défaillances enregistrées».
Selon la même interlocutrice, «l'Agence nationale du médicament sera d'une grande efficacité, puisqu'elle a plusieurs missions à sa charge, notamment l'enregistrement et l'homologation des médicaments et des dispositifs médicaux, la délivrance des visas pour l'importation de médicaments, la détermination de leurs prix à la production et à l'importation». Cette institution autonome permettra une meilleure visibilité et un meilleur contrôle du marché.
A rappeler que la rencontre convoquée par le Premier ministre a regroupé les ministres de la Santé et des Finances, le directeur de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), M. Delih, et le P-DG du groupe Saïdal, M. Derkaoui. Ouyahia responsabilise Ould Abbas du retard dans la signature des programmes à l'importation de médicaments qui devaient être signés à la fin 2010. Il y a lieu de rappeler que la rupture des stocks au niveau de la PCH a été parmi les premiers dossiers confiés à Ould Abbas dès son installation au département de la santé.
Depuis cette date, le ministre a lancé un nouvel organigramme du secteur de la santé publique, mais qui n'a, selon notre source, «malheureusement pas donné de fruits». Il a, certes, encouragé la production nationale, mais sans laisser de période de transition aux producteurs. L'interdiction de plusieurs traitements indispensables a eu des retombées néfastes sur les malades, notamment ceux atteints de maladies chroniques et les cancéreux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.