La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    COUR DE JUSTICE DE TIARET : Le nouveau procureur général installé    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbas annonce de nouvelles mesures
Pénurie de médicaments
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 12 - 2011

Le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbas, a décidé d'intervenir une fois de plus pour rassurer les Algériens sur la crise du médicament. Des promesses non tenues jusqu'à présent jouent fortement sur la crédibilité du ministre.
En effet, le premier responsable du département de la santé est intervenu jeudi dernier lors d'une réunion à laquelle ont participé les représentants des distributeurs et des importateurs de médicaments pour annoncer une série de mesures afin de pallier la pénurie des médicaments au niveau des officines et de la Pharmacie Centrale des Hôpitaux (PCH).
La plupart des pharmacies accusent un manque important de médicaments, essentiellement en matière de traitements substantiels ou ceux utilisés dans les maladies chroniques.
Au niveau d'une pharmacie du côté des Anassers, le gérant cite un nombre important de médicaments en rupture tels que : le Ditentiel à 10mg (traitement de l'hypertension artérielle), le Diamicron à 30 mg (traitement du diabète insulino-dépendant), la Digoxine en comprimés (insuffisance cardiaque). Les causes de la pénurie, selon le pharmacien, sont imputables à la mauvaise gestion du médicament, au manque de matières premières et au retard dans la validation des programmes d'importation de ces dernières.
Selon lui, la pénurie est également liée au nouveau système commercial appliqué, à savoir le crédit documentaire. Les fournisseurs du médicament sont dorénavant obligés de payer les factures relatives aux produits lors de la commande, ce qui ralentit fortement la disponibilité et l'accessibilité du traitement.
Pour pallier cela, la délivrance des programmes d'importation pour l'année 2012 qui concernent les matières premières figure parmi les mesures annoncées par le ministre.
L'autre volet de la pénurie de médicaments est celui de la PCH qui, rappelons-le, est la structure étatique qui alimente les pharmacies en médicaments injectables (anticancéreux, antibiotiques, anti-inflammatoire…). A cet effet, la deuxième mesure prise par le ministère concerne l'assainissement de la situation financière de la PCH,
«laquelle a bénéficié récemment d'un prêt bancaire de 30 milliards de DA, avec un taux de 1% pour une période de remboursement qui s'étale sur dix ans», indique M. Ould Abbas. «Avec le paiement de toutes les factures de la PCH, celle-ci aura la possibilité de réguler ses stocks et de contracter des lettres de crédit», a ajouté M. Ould Abbas.
Cette procédure permettra à la PCH d'être à l'abri des dysfonctionnements relatifs à la disponibilité des médicaments et ce, pour une durée de six mois. Selon le ministre, «la PCH sera dotée d'un nouveau statut particulier qui lui permettra de traiter avec les services hospitaliers de gré à gré et de pouvoir vendre au privé,
le but étant de faire face à toutes formes de rupture de stock de médicaments». Ainsi, le nouvel organigramme du ministère comprendra trois directions générales, dont une direction générale de la pharmacie au niveau de son ministère.
Pour leur part, les officines étaient obligées de stocker certaines catégories de médicaments et de solliciter les grossistes pour des quantités inhabituelles à cause de la perturbation de la procédure d'approvisionnement (les médicaments n'étaient disponibles sur le marché que pour une courte durée).
Parmi les médicaments dont la disponibilité a été perturbée, on peut citer certaines catégories de collyres, quelques antidépresseurs et anti-inflammatoires en pommade… Pour mettre un terme à ce manque qui paralyse toute la structure de santé, le laboratoire étatique Saidal compte répondre à 50% de la demande et du marché pour mettre un terme à la perturbation de la procédure d'approvisionnement.
Une enveloppe budgétaire allouée au ministère de la Santé
Il est aussi question, pour mettre un terme aux fluctuations du marché du médicament et à la rupture de stock, d'affecter 50% de l'enveloppe budgétaire globale allouée aux produits pharmaceutiques, qui est de 55 milliards de DA annuellement au ministère.
«La moitié de l'enveloppe reviendra au ministère pour pallier toute pénurie ou autre urgence ainsi que les programmes nationaux comme les vaccins», annonce le ministre de la Santé.
La dernière mesure porte sur l'assainissement de la situation des molécules concernées par l'activité de l'enregistrement, à savoir l'actualisation de l'arrêté portant importation et commercialisation des produits non enregistrés, la relance des comités des experts cliniciens pour molécules hors nomenclature nationale ainsi que la révision de la nomenclature des médicaments.
Cette rencontre avec le ministre et les représentants des importateurs locaux était l'occasion de mettre en place une commission nationale consultative du médicament et des produits pharmaceutiques qui regroupera tous les acteurs de la sphère médicale (ministère de la santé, importateurs, fabricants et distributeurs, représentants des ministères des Finances et du Travail. Le rôle de cette commission est de veiller sur la disponibilité des médicaments,
d'évaluer les besoins du citoyen en établissant des bases de données étatiques et de promouvoir l'industrie pharmaceutique pour être à l'abri des pénuries.
«Cette commission se réunira périodiquement, une fois par mois au moins», a indiqué le ministre, ajoutant : «la mission de la commission consiste notamment à juguler les pénuries et les spéculations par une évaluation «régulière» de la quantité de médicaments existante».
Enfin, il s'agit, selon le ministre de «lutter contre l'opacité» caractérisant le marché du médicament en procédant d'abord à l'assainissement du réseau des distributeurs. Les représentants des fabricants et importateurs des médicaments, présents à cette réunion, ont «salué» les décisions prises par le ministère, considérant que l'assainissement de leurs rangs est «nécessaire» pour un bon fonctionnement du marché du médicament.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.