Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Xavier Driencourt, ambassadeur de France à Alger : «C'est votre fête »
Célébration du cinquantenaire de l'Indépendance
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 01 - 2012

« C'est votre fête. Nous ne voulons pas y être sans être invités». C'est l'ambassadeur de France à Alger, M. Xavier Driencourt qui parlait ainsi, lundi à l'occasion du lancement officiel de l'Institut français d'Algérie (IFA), une fusion des centres culturels français (CCF) et des services de coopération universitaire, éducative, linguistique et culturelle de l'ambassade de France.
M. Driencourt qui répondait à une question sur la célébration du cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie et la possibilité de la participation des services de l'ambassade à la commémoration de cette date historique, explique toutefois que s'il y a des manifestations dans ce cadre, elles restent du domaine du « discret ». Le diplomate français qui affirme que « cela fait parti aussi de l'histoire de la France »,
évoquera des initiatives « privées » avant de trancher : «C'est à vous de voir comment célébrer 2012». En revanche M. Driencourt, s'est longuement exprimé sur les raisons de la réorganisation (réforme entamée en 2009) des services (réseaux) culturels et éducatifs français.
L'objectif premier selon lui, est de donner une plus grande synergie et une harmonie dans le travail des anciens CCF. Avec l'Institut français, c'est aussi plus de visibilité et une meilleure coordination entre les différents acteurs et les centres culturels. Aussi, l'autre objectif et non des moindres est d'instaurer «une meilleure diplomatie d'influence », avec comme instrument les moyens culturels.
D'où la fusion de l'action culturelle française et les 5 centres culturels qui existent à travers le territoire national (6 si l'on compte celui de Tizi-Ouzou rattaché à Alger).
Une fusion de leur budget et de leurs moyens synonyme d'harmonisation explique M. Driencourt qui évoquera 3 pôles d'actions, à savoir la coopération universitaire et scientifique (44% de l'activité), les cours de langue (17%) et les différentes manifestations culturelles (17%).
L'enveloppe globale destinée au nouvel Institut français d'Alger pour l'année 2012 est de l'ordre de 14 millions d'euros, «ce qui classe l'Algérie au premier rang mondial», explique l'ambassadeur.
La France dispose ainsi, explique-t-il, d'instituts à travers le monde, au même titre que le Royaume-Uni (British Council) et l'Allemagne (Goethe institut) ou l'Espagne (Institut Cervantès). Selon M. Driencourt, l'IFA possède un fonds documentaire de 130.000 ouvrages dans ses médiathèques, plus de 11.000 inscrits aux cours de français et plus de 20.000 candidats aux tests et examens français chaque année, en plus de quelque 800 bénéficiaires de la mobilité enseignante et estudiantine.
Dans le même contexte, il révèlera qu'en 2011, 1.618 bourses ont été attribuées aux étudiants algériens, 4831 visas de long séjour ont été accordés pour les étudiants, alors que 270 chercheurs algériens ont séjourné en France. Le nombre de visas attribués aux algériens en 2011 est de 140.000 affirmera le diplomate français en marge de la rencontre.
Evoquant la question du jumelage, il rappellera plusieurs «partenariats » dans ce sens, qu'il considère comme « coopération décentralisée. Relancé sur ce qu'il a appelé « diplomatie d'influence », l'ambassadeur de France expliquera que l'idée à travers ce concept est surtout de mobiliser les moyens culturels. « Nous somme de bons concepteurs mais de mauvais vendeurs », reconnaît-il comparativement aux anglo-saxons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.