TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le montant maximum pour l'obtention d'un micro-crédit relevé pour les wilayas du sud (JO)
Emploi
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 05 - 2013

Le montant maximum pour bénéficier du dispositif du micro-crédit dans les wilayas du sud a été revu à la hausse en vertu d'un nouveau décret présidentiel publié au journal officiel no 25.
Ce nouveau texte signé fin avril par le président de la République Abdelaziz Bouteflika vient compléter celui de mars 2011 relatif au dispositif du micro-crédit de mars 2011.
Il stipule qu'outre les avantages prévus par la réglementation en vigueur les bénéficiaires des micro-crédits peuvent obtenir "un prêt non rémunéré au titre de l'achat de matières premières dont le coût ne saurait dépasser 100.000DA".
"Ce montant peut atteindre 250.000 DA dans les wilayas d'Adrar, Bechar, Tindouf, Biskra, El Oued, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Illizi et Tamanrasset", précise le texte.
Le financement des projets d'achats de matières premières dans ces wilayas se fera conformément aux dispositions de la loi de finances 2005. Un décret exécutif, publié dans le même JO, définissant le niveau d'aide accordée aux bénéficiaires du micro-crédit, précise que le niveau de cette aide est fixé à 29% du coût global de l'activité, au titre de la création d'activité, par l'acquisition de petits matériels et matières premières de démarrage de l'activité pour un montant qui ne saurait dépasser 1 million de dinars ".
Il est fixé à 100% du coût global (au titre de l'achat de matières premières), qui ne saurait dépasser 100.000 dinars, un coût qui peut atteindre 250.000 dinars, dans les wilayas du sud citées. Il est à rappeler que dans le cadre de la loi, le micro-crédit est défini comme étant un prêt accordé, à des catégories de citoyens sans revenus ou disposant de petits revenus instables et irréguliers.
Il vise l'intégration économique et sociale des citoyens ciblés à travers la création d'activités de production de biens et services ainsi que d'activités commerciales. Il est destiné à la création d'activités, y compris à domicile, par l'acquisition de petits matériels et matières premières de démarrage, et couvre également les dépenses nécessaires au lancement de l'activité.
Les bénéficiaires du micro-crédit doivent, lors de la création de leurs activités, à titre individuel, satisfaire à des conditions liées notamment l'âge, au savoir-faire et au niveau de l'apport personnel.
Par ailleurs, selon un autre décret exécutif fixant le fonctionnement du fonds d'affectation spécial "fonds de soutien au micro-crédit", il est précisé que ce fonds couvre l'octroi de ces prêts, le financement d'achat des matières premières dans les wilayas du sud sur trois ans (2012-2013-2014), la bonification des taux d'intérêts et les frais de fonctionnement de l'agence nationale de gestion du micro-crédit (ANGEM).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.