JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Khellili est mort
SON COEUR A LÂCHE
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2003

«La question de savoir si je dérange doit être posée à ceux qui se sentent dérangés par la vérité. Ceux qui ont tenté d'acheter mon âme.»
Une longue cavale en solo s'est achevée justement dans un aéroport parisien.
Me Khellili, que l'on surnomme le fouineur, a fini par tenir sa parole. Celle de ne rendre son âme qu'au Tout-Puissant. A l'âge de 68 ans, cet avocat hors normes, dans un pays où tout est formaté, a laissé derrière lui d'innombrables orphelins des droits de l'Homme. Des opprimés qui désormais doivent attendre pour en trouver un autre de son envergure.
Me Khellili est décédé jeudi après-midi, à son arrivée à l'aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle à Paris, en provenance d'Alger. Son épouse, qui ne l'a jamais quitté jusqu'à la dernière minute, a assisté impuissante à l'effondrement de son vieux lion sur le sol de l'aérogare à la suite d'un arrêt cardiaque. L'avocat s'est distingué, tout au long de son parcours, par la défense de nombreux opprimés et militants toutes tendances confondues. Des extrémistes démocrates aux extrémistes islamistes. En le voyant endosser sa robe noire pour les militants du RCD comme pour ceux du FIS son engagement dans la défense des droits à l'expression, à la justice, a caractérisé le juste milieu.
Cet avocat, natif d'El-Harrach, a battu tous les records dans les désignations d'office pour défendre les dossiers délicats. Ceux des causes «perdues d'avance» que certains de ses confrères fuient souvent par appréhension ou tout simplement par manque de conviction. Car le droit pour lui, c'est d'abord la conviction. Les dossiers brûlants, il en a toujours fait une affaire personnelle.
Sa stratégie est beaucoup plus gênante selon d'autres. Ses plaidoiries se fondent justement sur de sévères réquisitoires contre ce qu'il qualifiait de «pouvoir occulte». C'est peut-être pour cela que «je suis considéré comme l'avocat qui dérange», déclarait-il avec un air facétieux dans les colonnes de notre journal.
Les tournants, il savait en prendre. Il avait d'abord occupé des postes de haut rang à la Dgsn. Commissaire principal, il a très vite basculé de l'autre côté. Dur métier que celui de policier! Un milieu qui ne pardonne pas. Les dilemmes sont de plus en plus pesants à chaque affaire qu'on traite. C'est ainsi, d'ailleurs, qu'il s'est vu face à un dossier compromettant qui l'a poussé à choisir entre sa fonction d'officier et être militant des droits de l'Homme. Les deux sont difficiles à concilier dans une société complexe qui se cherche au prix des larmes et du sang. «L'injustice m'a poussé à prendre des positions qui m'ont coûté des persécutions que je supporte depuis plus de 28 ans, pour le reste de ma vie.» «Tout le monde sait que je défends les persécutés et que je n'ai jamais eu de problème avec les gens justes», avait-il déclaré, ajoutant: «La question de savoir si je dérange doit être posée à ceux qui se sentent dérangés par la vérité (...) Ceux qui ont voulu acheter mon âme». Après avoir été séquestré à cause d'un dossier compromettant où étaient impliqués plusieurs nababs du pouvoir occulte, il avait décidé de quitter la police et de rejoindre la Ligue des droits de l'Homme «que j'ai quittée d'ailleurs parce qu'il y avait des gens qui n'avaient rien à voir avec les droits de l'Homme». Depuis, l'homme fait cavalier seul. Vraiment seul...Tous ces dossiers sont des dossiers qui fâchent. Mais Me Khellili était aussi l'avocat des causes qui lui ont valu l'étiquette de l'avocat du diable. On l'avait traité d'intégriste, appelé avocat du diable, de tous les noms, sauf de Mahmoud Khellili. Cela s'est produit après sa défense de l'ancien numéro 2 du FIS dissous, Ali Benhadj et de militants islamistes. Des étiquettes qu'il a toujours méprisées, puisqu'il avait défendu des militants démocrates et communistes, des policiers et des militaires. Plus politique que bâtonnier, plus polémiste que pragmatique, il avait le goût immodéré pour les médias qui ont donné une autre substance à ses affaires. Car il avait toujours cru que le plus difficile en justice et en droit en Algérie est d'abord une question politique. Après le dossier du FIS, vient un autre aussi épineux: celui des disparus. Puis le dossier Bilem, Français d'origine algérienne, soupçonné de tentative d'assassinat contre le général à la retraite Abderrahim, puis celui de Chalabi, le présumé terroriste expulsé de France vers l'Algérie, Mourad Ikhlef. Avec ce dernier dossier, celui des présumés terroristes traqués par les services étrangers à travers le monde et voulant, par son biais, négocier un retour vers le pays. Bref la carrière de Khellili a toujours donné l'impression qu'elle n'était qu'à son début. Les intimidations n'ont pas fait défaut, jusqu'au jour où son fils a été kidnappé puis relâché, il y a plus d'une année, par de «faux terroristes». Encore une fois, il n'avait pas cédé. Dans son modeste bureau une bonne partie de l'histoire politico-judiciaire de l'Algérie actuelle est entassée. Il a laissé derrière lui ses filles, deux brillantes avocates qui, sans aucun doute, prendront le relais. C'est héréditaire chez les Khellili.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.