Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



19 mars 1962: les accords d'Evian mettent fin à la guerre
Publié dans L'Expression le 10 - 03 - 2012

«Cessez-le-feu lundi 19 mars, midi »: l'ordre est lancé dès le lendemain de la signature des Accords d'Evian le 18 mars 1962. Après sept années et quatre mois de guerre en Algérie.
Il aura fallu des mois de négociations difficiles pour faire aboutir un processus déclenché par le général de Gaulle qui affirme dès le 16 septembre 1959 le droit des Algériens à l'autodétermination.
Outre le cessez-le-feu immédiat, les accords prévoient un référendum d'autodétermination --99,72% de «oui » le 1er juillet en Algérie, après celui qui approuve les accords d'Evian en métropole le 8 avril.
L'indépendance sera proclamée symboliquement le 5 juillet, 132 ans jour pour jour après la prise d'Alger.
Ahmed Ben Bella, premier chef d'Etat de l'Algérie indépendante, est libéré le jour même de la signature des Accords qui fixent également un cadre de coopération aux deux Etats.
Ce dimanche 18 mars 1962 à Evian, petite ville au bord du lac Léman, les représentants français et ceux du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA), qui sont logés en Suisse, se retrouvent à l'hôtel du Parc.
Louis Joxe (1901-1991), ministre d'Etat chargé des affaires algériennes, mène la délégation française.
Krim Belkacem, ancien caporal-chef de l'armée française et colonel de l'Armée de libération nationale, chef de la délégation algérienne, signe au nom du GPRA.
En exil après l'indépendance, il sera assassiné à 48 ans en 1970. Un mois avant l'ouverture de la conférence d'Evian, le 20 mai 1961, le putsch des généraux a échoué à Alger.
Les ultras de l' «Algérie française » entrés dans la clandestinité au sein de l'Organisation de l'armée secrète (OAS), multiplient les attentats en Algérie et en métropole.
Le maire d'Evian lui-même, Camille Blanc, est assassiné le 31 mars 1961.
C'est dans ce climat –«une montagne de méfiance », dira le général de Gaulle- que se déroulent les pourparlers, entamés dans le secret en juin 1960 à Melun, plusieurs fois interrompus jusqu'à la phase finale à Evian, du 7 au 18 mars 1962.
Principaux points de blocage: le sort du Sahara, où les Français exploitent le pétrole depuis 1956 et testent la bombe atomique, et le statut de la minorité européenne (10% de la population de l'Algérie).
Mais avant même leur application, les accords d'Evian sont vidés de la plus grande partie de leur substance par la politique de la terre brûlée dans laquelle se lance l'OAS.
Près d'un million de «pieds-noirs » partent pour la métropole et des milliers d'Algériens fidèles à la France sont massacrés dans leur pays.
Les accords prévoient notamment que la France conserve la base aéronavale de Mers-el-Kebir pendant quinze ans (elle sera récupérée par l'Algérie en 1968), le maintien de l'Algérie en zone franc (le dinar algérien sera créé en 1964) et l'exploitation commune des richesses pétrolières du Sahara (Alger nationalisera son pétrole et son gaz en 1971).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.