Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La donne proche-orientale clarifiée
L'ETAT DE PALESTINE ACCÈDE À L'ONU
Publié dans L'Expression le 01 - 12 - 2012

La communauté des nations ratifie la reconnaissance de la Palestine
Soixante-cinq ans, jour pour jour - une simple coïncidence? - après la partition de la Palestine, la communauté des nations redonne aux Palestiniens une visibilité qu'elle a quelque peu occultée durant plus de six décennies.
Symbolique l'admission de la Palestine en tant qu'Etat observateur (non-membre) de l'ONU? Voire! En effet, on est certes encore loin de la solution (définitive) du contentieux israélo-palestinien mais le nouveau statut de la Palestine clarifie la donne politique en remettant les choses à l'endroit. Désormais, Israël aura face à lui, dans le processus de paix, un Etat, la Palestine, et non plus des «Palestiniens» ballottés par tout le monde qui, au final, ne parlaient que pour eux si l'on excipe du fait que les négociations - auxquelles la communauté internationale appelle à un retour immédiat - n'ont pas avancé d'un iota en vingt ans de pourparlers. Cela tout le monde en convient dès lors qu'Israël n'a jamais fait montre d'une réelle volonté de trouver une issue (pacifique et négociée) à un contentieux qui n'a que trop duré du fait des obstacles que justement l'Etat hébreu a parsemé sur le parcours du processus de paix, comme la poursuite des constructions de colonies dans les territoires palestiniens occupés (Israël va autoriser la construction de 3000 nouveaux logements dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie, a indiqué un haut responsable israélien hier, au lendemain de l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU indiquait hier le quotidien israélien Haaretz) et la judaïsation accélérée de Jérusalem-Est occupée. Aussi, l'accession de la Palestine toute symbolique soit-elle - au regard de la très large majorité des Etats qui ont voté pour la Palestine, 138 sur 193 membre de l'ONU, seuls neuf pays ont voté contre qui, à l'exception des Etats-Unis, de la Tchéquie et du Canada, sont des micro-Etats sans pour autant enlever à leur réalité intrinsèque - équivaut surtout à la reconnaissance de fait de la Palestine par la communauté internationale (la vraie et non point celle qui s'était autoproclamée conscience du monde). Le vote du 28 novembre 2012 avalise en fait 24 ans après, la proclamation à Alger (en novembre 1988) de l'Etat de Palestine par le défunt président Yasser Arafat. Alger aura été une étape importante dans le processus de recouvrement de son identité par la Palestine. De fait, le président Mahmoud Abbas avait qualifié, jeudi, cette reconnaissance d' «acte de naissance» d'ailleurs accueilli, par une explosion de joie en Palestine réhabilitée. Cette reconnaissance clarifie la donne dès lors que le vote de l'ONU implique la reconnaissance de la Palestine dans ses frontières d'avant 1967, y compris Jérusalem-Est occupé. C'est dans ce contexte que les négociations israélo-palestiniennes doivent désormais reprendre. En effet, la résolution 3236 (XXIX) réaffirma les droits inaliénables du peuple palestinien à l'autodétermination, à l'indépendance et à la souveraineté nationale, et le droit des Palestiniens de retourner dans leurs foyers et vers leurs biens. De fait, l'ONU ne reconnaît pas l'annexion de Jérusalem-Est par Israël et a déclaré sans valeur légale les colonies en Cisjordanie. Les choses étant claires, on pouvait se demander pourquoi les pourparlers israélo-palestinien, commencé en 1992 n'ont pas, ni pu, avancer vers une issue qui assure la paix et la sécutité pour les deux peuples et les deux Etats (Palestine et Israël). Dès lors il faut chercher d'ou vient le blocage. Il serait étonnant que celui-ci vienne de la part des Palestiniens qui se complairaient dans une sorte de masochisme dans leur statut d'«apatride». Bien sûr que non! Aussi, c'est bien Israël qui feine à mort pour qu'il n'y ait pas d'évolution dans le dossier palestini en et que persite le statu quo pour permettre à l'entité sioniste d'achever l'occupation totale des territoires palestiniens (comme en témoigne la multiplication des construction de colonies et de logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées). Estimant l'accession de la Palestine à l'ONU «contre-productive», les Etats-Unis jugent que cette résolution «pose davantage d'obstacles sur le chemin de la paix». Cela ce sont les Etats-Unis qui l'affirment reprenant à leur compte les fables d'Israël. En effet, si obstacle il y a, c'est bien dans le fait de maintenir la confusion sur les tenants du contentieux, faisant ainsi croire que la solution du conflit entre la Palestine et Israël relèverait du seul vouloir de ce dernier. Ce n'est pas à Israël de dicter de ce qui serait bon pour les Palestiniens. Désormais, deux Etats seraient face à face et les négociations - si elles reprennent - se feront dans le cadre de la légalité internationale et des lois et résolutions internationales y afférentes, tout le reste n'est que fuite en avant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.