Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces hommes qui étouffent l'Algérie
BELKHADEM, SAÂDANI ET LES AUTRES...
Publié dans L'Expression le 30 - 03 - 2013


La maison FLN perd la tête
Le président d'honneur du FLN, M. Bouteflika, doit intervenir pour signifier la fin de la récréation.
Que cherche l'ex-secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem? Gouverner l'Algérie? Revenir à la tête du FLN? Ou peut-être les deux à la fois? A force de vendre du rêve en politique, on finit souvent par y croire surtout lorsque la boutique où l'on commerce s'appelle le FLN. Dopé jusqu'à l'overdose par ce rêve, M.Belkhadem émerge après deux mois de tractations et de transactions en sous-marin. Il remet au goût du jour un débat qui tient en haleine toute scène politique: la candidature à la présidence de la République.
Dans un entretien qu'il a accordé au journal one line TSA (Tout sur l'Algérie), M.Belkhadem n'a pas écarté l'éventualité de se porter candidat à la présidentielle de 2014. Cette sortie médiatique, relayée 24 heures plus tard par les confrères arabophones, exhale les relents d'une campagne médiatique synchronisée, ficelée par les nouveaux Spin Doctor du FLN. Ce sont Mohamed Djemaï et Baha Eddin Tliba qui composent cette aile friquée du parti. Ils ont été recrutés par Abdelaziz Belkhadem et c'est sur eux qu'il s'appuie pour constituer un lobby.
Le but apparent étant pour le moment de propulser l'ex président de l'Assemblée populaire nationale, Amar Saâdani à la tête du FLN et le reste du package viendra par la suite, c'est-à-dire appuyer la candidature de M.Belkhadem pour le rendez-vous de 2014.
C'est au terme de plusieurs conciliabules dans la belle villa de M.Saâdani sise à Moretti sur la côte ouest d'Alger que ce plan a été ficelé. Pourtant, rien qu'à l'évocation du nom de M.Saâdani comme secrétaire général du FLN, les réactions fusent au sein même du vieux parti. Nombreux, en effet, sont les militants du FLN à refuser catégoriquement la candidature de M.Saâdani au poste de secrétaire général du FLN puisqu'il a été accusé d'un grave détournement qui se chiffrerait à près de 3000 milliards.
«Pourquoi Amar Saâdani ne s'est pas exprimé sur ces graves accusations de corruption dont il fait l'objet? Pourquoi n'a-t-il pas déposé plainte pour dénonciation calomnieuse?», s'interrogent les opposants à cette candidature. Des information de plus en plus insistantes rapportent que certains membres du comité central seraient démarchés pour les inviter à désigner Amar Saâdani, comme futur SG du parti. Qui est derrière cette volonté de «bombarder», l'ex-président de l'APN à la tête du vieux parti? De quel soutien se prévalent les promoteurs de cette candidature? Certains n'hésitent pas à soupçonner l'empreinte du cercle présidentiel. Mais l'idée ne tient pas la route pour la simple raison que le nom de Saâdani est associé à un scandale de corruption, et que le Président a affirmé le 19 mars dernier, que l'Etat «n'hésitera pas à demander des comptes à toute personne coupable aux yeux de la loi, tout en veillant à recouvrer les droits spoliés».
Le plus grave dans cette démarche absurde au FLN, c'est qu'elle intervient au moment où l'opinion nationale et internationale est focalisée sur scandales, corruptions qui gangrènent le pays avec l'affaire Chakib Khelil. «Au lieu de proposer un candidat clean, on nous suggère un homme qui n'a pas encore réglé ses démêlés avec la justice. C'est la meilleure manière de faire exploser le parti», commente un membre du mouvement de redressement du FLN. Cela fait bientôt trois mois que le parti majoritaire dans toutes les institutions élues du pays, n'a pas de tête. Il ne prend plus de position par rapport aux graves événements nationaux et régionaux, il ne donne plus de cap à son groupe parlementaire et à ses militants.
Du coup, c'est l'Assemblée populaire nationale, ce sont les APC qui sont paralysées et c'est le plan quinquennal 2010-2014 pour lequel l'Etat a alloué 219 milliards d'euros qui est compromis. Cette situation de trouble arrange bien «ce quarteron» d'agitateurs qui, pour assouvir leur basses ambitions politiques, prennent en otage le destin de toute une nation. Car, entre-temps, la demande sociale se fait de plus en plus pressante, menaçante pour la stabilité du pays. Même aux pires moments du terrorisme, l'unité nationale n'a jamais été menacée comme c'est le cas actuellement avec les manifestations des jeunes au sud du pays.
N'est-il pas temps pour M.Bouteflika en sa qualité de président d'honneur du FLN de signifier la fin de la récréation au sein du vieux parti?
A un an de la présidentielle et à quelques semaines de l'annonce de la nouvelle Constitution, il est temps de mettre le holà aux démarches machiavéliques et aux ambitions personnelles qui mettent en péril l'avenir de tout un pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.