Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le pétrole divise l'Algérie
EMEUTES DANS LE SUD
Publié dans L'Expression le 26 - 02 - 2004

Cette protestation risque de faire tache d'huile dans le Grand Sud.
«Rentrez chez vous, tout le monde sera embauché Inch Allah». Cet agent de CNS voulait rassurer les jeunes Ouarglis qui ont investi les rues pour exiger un travail, mais il n'est point rassuré lui-même. «On craint le pire» nous dit-il. Ouargla, ou l'oasis du sud est plongée dans une escalade de violence depuis quelques jours. La colère longtemps couvée a fini par éclater, menaçant sérieusement le calme habituel du sud. Les revendications des jeunes témoignent du malaise qui existe au sein de cette société. Ici l'on exige «une part du trésor» qui fait vivre les 32 millions d'Algériens. «Est-ce un crime?» nous demande un jeune. Les chômeurs de la wilaya crient à la ségrégation. Pour eux, «le pouvoir est raciste». Ils n'arrivent pas à saisir les raisons qui font que les sociétés pétrolières les ont exclus des listes de recrutement. Les autorités locales crient à qui veut l'entendre qu'il s'agit là d'un malentendu.
«Personnellement j'ai instruit les sociétés pétrolières à avantager la main-d'oeuvre locale», précise le ministre de l'Energie et des Mines. Lui emboîtant le pas, le directeur de Sonatrach de Hassi Messaoud nous déclare «qu'en aucun cas, son entreprise ne favorise les gens du nord».
D'ailleurs «mon proche collaborateur est Ouargli», comme pour donner du poids à son argumentation. Pourquoi les jeunes s'en prennent-ils donc aux firmes pétrolières? Après un moment de réflexion, il réplique: «Il n'y a pas que Sonatrach à Hassi Messaoud mais plus de quarante multinationales», s'interrogeant sur les «attaques contre cette société nationale». Pour notre interlocuteur, il faudra renvoyer les 5000 employés de Sonatrach pour pouvoir satisfaire la demande locale. Autant d'arguments qui ne persuadent pas les chômeurs de Ouargla. La réalité est là «amère et injuste».
Les gisements de Hassi Messaoud, les plus importants dans le monde, «prouvent que les autorités mentent».
Comment expliquer l'existence de 6000 chômeurs dans une région pétrolière? Pourquoi la majorité des recrues viennent de l'extérieur? Les observateurs se sont pressés de donner des interprétations politiques à ces manifestations. Le ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni parle lui de «manipulation». Mais rien dans ces précisions ne répond aux doléances des citoyens.
Reléguer cette contestation à un simple prolongement de la campagne menée à partir d'Alger contre le président candidat ne ferait qu'approfondir le fossé. «Il n'y a rien de politique dans notre action, nous voulons uniquement un travail», lancent les jeunes. Les autorités locales se placent aux côtés des manifestants et stigmatisent le fait qu'uniquement 20 % du personnel activant dans les sociétés pétrolières sont de Ouargla. Les 80% autres sont des «nordistes» qui viennent d'ailleurs. Les Ouarglis se sentent lésés sur leur propre territoire. «On nous traite d'incompétents, c'est une insulte à l'égard de cette population». Ouargla réclame depuis une décennie un Institut des hydrocarbures pour pouvoir caser ses enfants dans les firmes pétrolières. Le ministre de l'Enseignement supérieur a exclu cette éventualité. «Cette opération nous coûterait très cher», nous dira M.Haraoubia. «Plus chère que les salaires des cadres de Sonatrach?», réplique un correspondant local. Effectivement non. Une autre problématique qu'on devra expliquer aux Ouarglis. Ces derniers veulent savoir aussi pourquoi il y a uniquement trois communes qui sont raccordées au réseau de gaz naturel? Comment expliquer le fait que les employés les moins compétents soient mutés dans les ville du Sud?
«Hassi Messaoud appartient à tous les Algériens. Ça ne saurait être la propriété de ses habitants», clame un nordiste. Mais cette réflexion ne règle guère l'épineuse problématique qui ressurgit ces derniers jours. Ici les «nordistes» sont piégés entre deux réalités. La colère des autochtones d'un côté et le besoin de travail de l'autre. Un fait marquant, les manifestants se sont attaqués à des commerces privés appartenant aux nordistes. C'est le cas notamment de l'hôtel An Nasser qui a ouvert ses portes ce mois-ci. «Ils nous prennent pour des conquérants venus brader leurs richesses. Mais Ouargla fait aussi partie de l'Algérie aussi». Parmi les revendications soulevées par les insurgés de Ouargla, l'on retrouve la suppression du laisser-passer pour la wilaya de Hassi Messaoud. «On a critiqué les Marocains qui nous imposent le visa, or le pouvoir nous exige à nous Algériens un visa pour entrer à Hassi Messaoud. Quelle honte!», précise un jeune. Sur ce sujet, les autorités sont intraitables. «Le laisser-passer ne sera pas supprimé tant que la menace terroriste persiste.» L'intérêt national l'exige, omettant le temps d'un argument, les slogans «du terrorisme résiduel».
La visite de Bouteflika qui a coïncidé avec l'anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures a été attendue de pied ferme par les citoyens. Ce dernier a décidé de passer sous silence cette contestation.
Les Ouarglis le lui ont bien rendu en boycottant sa visite et ce n'est pas les 6,1 milliards de dinars alloués à la ville à l'occasion de cette visite qui vont calmer les esprits des Ouarglis.
Cette protestation risque de faire tache d'huile dans le Grand Sud, dans la mesure où ce sentiment d'exclusion et de favoritisme existe à Adrar, Tamanrasset, Laghouat, etc. Quels arguments donnera Zerhouni à ces populations?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.