Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Bejaïa    Championnats d'Afrique de Cyclisme sur piste : trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    La mobilisation pour le changement continue    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    AADL : Distribution de 155 000 logements en février    Règlement de la crise libyenne: une participation accrue à la conférence internationale dimanche à Berlin    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Tebboune recevra, mardi, une délégation de médias    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    Manchester United: le coût d'un licenciement de Solskjaer est connu    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Protection civile d'Alger: le nombre des interventions en "léger" recul en 2019    ENIEM/difficultés financières: les discussions avec le CPE "sur la bonne voie"    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Lille: Ghoulam dans le viseur    «Les deux clubs sont dans les mêmes conditions»    Le président Tebboune multiplie les consultations    «Vous défendez la souveraineté de la Nation et assurez la stabilité du peuple»    Ils contestent le régime fiscal imposé par la LF 2020    Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement    Spike Lee président du jury 2020    Ligue 1-MC Alger: Almas, 10e président en 7 ans    Accidents de la route : 4 morts et un blessé en 24 heures    Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Les tribunaux paralysés hier    Le ministre camerounais des Sports favorable    Le Premier ministre italien aujourd'hui à Alger    égypte : quatre employés d'une agence de presse turque arrêtés    La Protection civile fait son bilan 2019    ACTUCULT    L'ONM exige l'application de la loi    APOCE: appel à la prise de mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie    UNPEF: «L'urgence est de répondre aux préoccupations des enseignants du primaire»    Le Premier ministre confirme la tenue d'élections le 8 février    La société civile s'implique    Le Conseil des ministres avancé à samedi    Ghiless Amzal anime un concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le pétrole divise l'Algérie
EMEUTES DANS LE SUD
Publié dans L'Expression le 26 - 02 - 2004

Cette protestation risque de faire tache d'huile dans le Grand Sud.
«Rentrez chez vous, tout le monde sera embauché Inch Allah». Cet agent de CNS voulait rassurer les jeunes Ouarglis qui ont investi les rues pour exiger un travail, mais il n'est point rassuré lui-même. «On craint le pire» nous dit-il. Ouargla, ou l'oasis du sud est plongée dans une escalade de violence depuis quelques jours. La colère longtemps couvée a fini par éclater, menaçant sérieusement le calme habituel du sud. Les revendications des jeunes témoignent du malaise qui existe au sein de cette société. Ici l'on exige «une part du trésor» qui fait vivre les 32 millions d'Algériens. «Est-ce un crime?» nous demande un jeune. Les chômeurs de la wilaya crient à la ségrégation. Pour eux, «le pouvoir est raciste». Ils n'arrivent pas à saisir les raisons qui font que les sociétés pétrolières les ont exclus des listes de recrutement. Les autorités locales crient à qui veut l'entendre qu'il s'agit là d'un malentendu.
«Personnellement j'ai instruit les sociétés pétrolières à avantager la main-d'oeuvre locale», précise le ministre de l'Energie et des Mines. Lui emboîtant le pas, le directeur de Sonatrach de Hassi Messaoud nous déclare «qu'en aucun cas, son entreprise ne favorise les gens du nord».
D'ailleurs «mon proche collaborateur est Ouargli», comme pour donner du poids à son argumentation. Pourquoi les jeunes s'en prennent-ils donc aux firmes pétrolières? Après un moment de réflexion, il réplique: «Il n'y a pas que Sonatrach à Hassi Messaoud mais plus de quarante multinationales», s'interrogeant sur les «attaques contre cette société nationale». Pour notre interlocuteur, il faudra renvoyer les 5000 employés de Sonatrach pour pouvoir satisfaire la demande locale. Autant d'arguments qui ne persuadent pas les chômeurs de Ouargla. La réalité est là «amère et injuste».
Les gisements de Hassi Messaoud, les plus importants dans le monde, «prouvent que les autorités mentent».
Comment expliquer l'existence de 6000 chômeurs dans une région pétrolière? Pourquoi la majorité des recrues viennent de l'extérieur? Les observateurs se sont pressés de donner des interprétations politiques à ces manifestations. Le ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni parle lui de «manipulation». Mais rien dans ces précisions ne répond aux doléances des citoyens.
Reléguer cette contestation à un simple prolongement de la campagne menée à partir d'Alger contre le président candidat ne ferait qu'approfondir le fossé. «Il n'y a rien de politique dans notre action, nous voulons uniquement un travail», lancent les jeunes. Les autorités locales se placent aux côtés des manifestants et stigmatisent le fait qu'uniquement 20 % du personnel activant dans les sociétés pétrolières sont de Ouargla. Les 80% autres sont des «nordistes» qui viennent d'ailleurs. Les Ouarglis se sentent lésés sur leur propre territoire. «On nous traite d'incompétents, c'est une insulte à l'égard de cette population». Ouargla réclame depuis une décennie un Institut des hydrocarbures pour pouvoir caser ses enfants dans les firmes pétrolières. Le ministre de l'Enseignement supérieur a exclu cette éventualité. «Cette opération nous coûterait très cher», nous dira M.Haraoubia. «Plus chère que les salaires des cadres de Sonatrach?», réplique un correspondant local. Effectivement non. Une autre problématique qu'on devra expliquer aux Ouarglis. Ces derniers veulent savoir aussi pourquoi il y a uniquement trois communes qui sont raccordées au réseau de gaz naturel? Comment expliquer le fait que les employés les moins compétents soient mutés dans les ville du Sud?
«Hassi Messaoud appartient à tous les Algériens. Ça ne saurait être la propriété de ses habitants», clame un nordiste. Mais cette réflexion ne règle guère l'épineuse problématique qui ressurgit ces derniers jours. Ici les «nordistes» sont piégés entre deux réalités. La colère des autochtones d'un côté et le besoin de travail de l'autre. Un fait marquant, les manifestants se sont attaqués à des commerces privés appartenant aux nordistes. C'est le cas notamment de l'hôtel An Nasser qui a ouvert ses portes ce mois-ci. «Ils nous prennent pour des conquérants venus brader leurs richesses. Mais Ouargla fait aussi partie de l'Algérie aussi». Parmi les revendications soulevées par les insurgés de Ouargla, l'on retrouve la suppression du laisser-passer pour la wilaya de Hassi Messaoud. «On a critiqué les Marocains qui nous imposent le visa, or le pouvoir nous exige à nous Algériens un visa pour entrer à Hassi Messaoud. Quelle honte!», précise un jeune. Sur ce sujet, les autorités sont intraitables. «Le laisser-passer ne sera pas supprimé tant que la menace terroriste persiste.» L'intérêt national l'exige, omettant le temps d'un argument, les slogans «du terrorisme résiduel».
La visite de Bouteflika qui a coïncidé avec l'anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures a été attendue de pied ferme par les citoyens. Ce dernier a décidé de passer sous silence cette contestation.
Les Ouarglis le lui ont bien rendu en boycottant sa visite et ce n'est pas les 6,1 milliards de dinars alloués à la ville à l'occasion de cette visite qui vont calmer les esprits des Ouarglis.
Cette protestation risque de faire tache d'huile dans le Grand Sud, dans la mesure où ce sentiment d'exclusion et de favoritisme existe à Adrar, Tamanrasset, Laghouat, etc. Quels arguments donnera Zerhouni à ces populations?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.