Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FLN-TAJ, deux partis, une alliance
Publié dans L'Expression le 18 - 09 - 2013


Les partis FLN-RND-MSP qui formaient l'alliance présidentielle ont fait leur temps. Le MSP a procédé au renouvellement de son personnel dirigeant. Le même processus est bien engagé au FLN tandis que le RND s'y prépare activement. Cet épisode de la vie des principaux partis du pays marque plus un changement physique des acteurs politiques qu'une modification de la majorité présidentielle. En effet et mis à part le MSP qui avait manifesté son retrait de l'ancienne alliance présidentielle bien avant le passage de relais de ses responsables, la recomposition des partis de la nouvelle alliance est déjà bien avancée. Amar Saâdani, le SG du FLN et Amar Ghoul, le président du TAJ (Tajamou Amal Jazair) se sont rencontrés, lundi dernier. Les deux responsables ont, dans un communiqué commun, convenu, entre autres, de «la coordination de (leurs) positions au niveau du Parlement». Plus explicite, le SG du FLN, a rappelé, au cours de la conférence de presse conjointe avec le président du TAJ, que «toute personne qui soutient le Président Abdelaziz Bouteflika et son programme fait partie de la famille du FLN et nous saluons et soutenons sa démarche».Lui faisant écho, Amar Ghoul a insisté sur «l'engagement de son parti à oeuvrer à la concrétisation du programme du président de la République à tous les niveaux y compris au niveau de l'appareil exécutif et des assemblées élues».La deuxième alliance présidentielle est née. Si la porte est laissée ouverte, comme l'a souligné le SG du FLN, à «la concertation et la coordination avec tous les partis politiques pour la préservation de la stabilité et pour oeuvrer à la prospérité du pays», la nouvelle alliance dispose déjà d'une majorité confortable au Parlement. Nul doute que cette majorité sera rejointe par le RND après l'élection du nouveau SG. D'autres partis tels le Mouvement populaire algérien (MPA) de Amara Benyounès, le PLJ (Parti de la liberté et de la justice) dirigé par Mohamed Saïd et l'ANR de Belkacem Sahli, pourraient aussi rejoindre cette nouvelle alliance. Auquel cas, nous assisterons à une alliance présidentielle encore plus forte que la précédente. Contrairement à ceux qui ont une vision si courte pour ne voir que l'homme dans l'institution présidentielle, Saâdani et Ghoul conçoivent tout autrement leur soutien. Pour le SG du FLN, il s'agit de «soutenir le programme du Président de la République et de se mettre au service du peuple», tandis que le président du TAJ voit dans ce rassemblement le moyen de «renforcer les acquis nationaux, notamment la sécurité, la stabilité et le développement». Tous deux ont pour souci majeur l'avenir du pays dans un contexte régional défavorable au remarquable développement socio-économique qui est mené et qu'il faut impérativement consolider. Par contre, il est malheureux de constater l'énergie dépensée par une certaine opposition contre un éventuel nouveau mandat du Président Bouteflika sans mettre en avant leur candidat. Si toutefois il existe. Ceci dit, il n'y a là rien de nouveau. C'est même une rengaine qui revient. Nous avons déjà vécu le «tout sauf...». C'est-à-dire aller vers le vide. Aller vers un objectif aux conséquences désastreuses. C'est pourquoi cette nouvelle alliance ou «coordination» du FLN et du TAJ qui se met au service de l'Algérie et des Algériens est à saluer. Plus que jamais, en cette période critique que vit le monde, l'heure est au rassemblement et à la mobilisation. De toutes et de tous!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.