Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le jeu politique se ferme de plus en plus"
LE PRESIDENT DU MSP VEUT RECONCILIER LE POUVOIR ET L'OPPOSITION
Publié dans L'Expression le 19 - 09 - 2013

Le président du MSP veut la présentation d'un candidat commun à la prochaine élection présidentielle.
Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) est convaincu que «le jeu politique se ferme de plus en plus» à l'approche de la prochaine élection présidentielle. Pour autant, il ne désespère pas quant à la possibilité de l'inversement de la situation à tout moment. Et il déploie tous les efforts dans ce sens même si ses initiatives ne trouvent pas trop d'écho.
«Toutes les analyses indiquent que le jeu politique est fermé en faveur d'une partie du pouvoir. Mais on doit militer pour le changement. Il y a une chance que la classe politique se rencontre autour de réformes politiques», a déclaré, hier, le président du MSP, Abderrazak Makri, lors d'une conférence de presse animée au siège de son parti à Alger. M.Makri qui a exposé le projet de sa formation, intitulé «Pacte pour les réformes politiques», lancé le 25 juin 2013 et destiné à toute la classe politique, y compris les partis du pouvoir ainsi que le pouvoir lui-même, n'a fait montre d'aucun désespoir. Pourtant, le projet n'a pas rencontré beaucoup de succès. Les partis au pouvoir l'ont carrément rejeté, les partis de l'opposition ne l'ont pas adopté et même les partis de la mouvance islamiste ne se sont pas empressés à accepter l'initiative. Le premier objectif de ce pacte consiste à présenter un candidat commun à l'élection présidentielle. «Les partis du pouvoir ont démontré qu'ils ne sont pas intéressés par le projet. Dans l'avenir, on ne va plus se concerter avec eux. On va poursuivre nos consultations avec les autres partis», a annoncé le conférencier. Il précise que dans le cadre des consultations autour de l'initiative, le MSP a rencontré des partis comme le RCD mais aussi des personnalités à l'instar d'Ali Benflis et Ahmed Benbitour. «Ali Benflis que nous avons rencontré en tant qu'éventuel candidat à la présidentielle a salué l'initiative, mais il n'a pas fait signe positif de l'accepter. Il a ses spécificités et il veut être candidat du FLN», a précisé M. Makri qui ne voulait pas livrer plus de détails sur les rencontres avec ses interlocuteurs. «Notre objectif c'est de se concerter et ce qui nous intéresse ce sont les réformes politiques et non celui qui sera au pouvoir», a-t-il précisé, affirmant que la question de la participation du MSP à l'élection présidentielle n'est pas encore à l'ordre du jour. Il ajoute que le plus important pour sa formation est «l'ouverture du champ politique et la réunion des conditions nécessaires à une élection libre et transparente». Dans ce contexte, le président du MSP a estimé que le «projet» de rallonge du mandat du Président Bouteflika de deux ans est inacceptable. Le patron du MSP a déploré les contradictions des déclarations officielles qui cassent, selon lui, la crédibilité des institutions de l'Etat. Pour M. Makri, le flou qui entoure l'organisation de la prochaine joute électorale est à l'origine de la longue attente des partis politiques qui n'annoncent toujours pas leur position. Lors de la même conférence, le président du MSP plaide pour éloigner l'institution militaire du champ politique qui doit être occupé par les civils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.