Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le jeu politique se ferme de plus en plus"
LE PRESIDENT DU MSP VEUT RECONCILIER LE POUVOIR ET L'OPPOSITION
Publié dans L'Expression le 19 - 09 - 2013

Le président du MSP veut la présentation d'un candidat commun à la prochaine élection présidentielle.
Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) est convaincu que «le jeu politique se ferme de plus en plus» à l'approche de la prochaine élection présidentielle. Pour autant, il ne désespère pas quant à la possibilité de l'inversement de la situation à tout moment. Et il déploie tous les efforts dans ce sens même si ses initiatives ne trouvent pas trop d'écho.
«Toutes les analyses indiquent que le jeu politique est fermé en faveur d'une partie du pouvoir. Mais on doit militer pour le changement. Il y a une chance que la classe politique se rencontre autour de réformes politiques», a déclaré, hier, le président du MSP, Abderrazak Makri, lors d'une conférence de presse animée au siège de son parti à Alger. M.Makri qui a exposé le projet de sa formation, intitulé «Pacte pour les réformes politiques», lancé le 25 juin 2013 et destiné à toute la classe politique, y compris les partis du pouvoir ainsi que le pouvoir lui-même, n'a fait montre d'aucun désespoir. Pourtant, le projet n'a pas rencontré beaucoup de succès. Les partis au pouvoir l'ont carrément rejeté, les partis de l'opposition ne l'ont pas adopté et même les partis de la mouvance islamiste ne se sont pas empressés à accepter l'initiative. Le premier objectif de ce pacte consiste à présenter un candidat commun à l'élection présidentielle. «Les partis du pouvoir ont démontré qu'ils ne sont pas intéressés par le projet. Dans l'avenir, on ne va plus se concerter avec eux. On va poursuivre nos consultations avec les autres partis», a annoncé le conférencier. Il précise que dans le cadre des consultations autour de l'initiative, le MSP a rencontré des partis comme le RCD mais aussi des personnalités à l'instar d'Ali Benflis et Ahmed Benbitour. «Ali Benflis que nous avons rencontré en tant qu'éventuel candidat à la présidentielle a salué l'initiative, mais il n'a pas fait signe positif de l'accepter. Il a ses spécificités et il veut être candidat du FLN», a précisé M. Makri qui ne voulait pas livrer plus de détails sur les rencontres avec ses interlocuteurs. «Notre objectif c'est de se concerter et ce qui nous intéresse ce sont les réformes politiques et non celui qui sera au pouvoir», a-t-il précisé, affirmant que la question de la participation du MSP à l'élection présidentielle n'est pas encore à l'ordre du jour. Il ajoute que le plus important pour sa formation est «l'ouverture du champ politique et la réunion des conditions nécessaires à une élection libre et transparente». Dans ce contexte, le président du MSP a estimé que le «projet» de rallonge du mandat du Président Bouteflika de deux ans est inacceptable. Le patron du MSP a déploré les contradictions des déclarations officielles qui cassent, selon lui, la crédibilité des institutions de l'Etat. Pour M. Makri, le flou qui entoure l'organisation de la prochaine joute électorale est à l'origine de la longue attente des partis politiques qui n'annoncent toujours pas leur position. Lors de la même conférence, le président du MSP plaide pour éloigner l'institution militaire du champ politique qui doit être occupé par les civils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.