Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Grand prix Assia-Djebar du roman: 29 titres retenus par le jury    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Le RND affiche son total soutien    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Notre position est connue depuis un an"
DJABALLAH À PROPOS DE LA PROCHAINE ELECTION
Publié dans L'Expression le 15 - 02 - 2014


Le président du FJD temporise
La décision définitive, bien que déjà dévoilée, se fera officiellement à l'issue de la réunion du conseil consultatif.
Le président du Front pour la justice et le développement (FJD) a mis fin au suspense et aux spéculations concernant la probable participation de sa formation politique ou non à la prochaine échéance électorale.
Le verdict est tombé hier, lors d'une conférence de presse animée au siège du parti. «Notre formation a appelé au boycott de la prochaine élection présidentielle et avait pris cette décision depuis le 15 juillet 2013», a affirmé hier Abdallah Djaballah, le président du FJD. La décision définitive, bien que déjà dévoilée, se fera officiellement à l'issue de la réunion du conseil consultatif (madjlis echoura), la plus haute instance délibérante du parti que préside M.Djaballah, qui s'est réuni hier également.
Pour rappel, Abdallah Djaballah a conditionné son éventuelle participation au scrutin par l'institution d'une commission indépendante pour l'organisation de l'élection, or cette demande a été refusée la semaine dernière. Avec ce boycott attendu du FJD, qui a emboîté le pas au MSP, le camp islamiste risque d'être le grand absent de la prochaine échéance. C'est la première fois depuis l'élection démocratique en 1989, que les élections se déroulent en Algérie sans la mouvance islamique. Djaballah a réaffirmé qu' «ils ne veulent pas organiser des élections libres et transparentes». Selon le président du FJD, les conditions qui permettront le bon déroulement de la prochaine élection présidentielle ne sont pas réunies. Pour lui, le jeu est d'ores et déjà fermé. «La justice n'est qu'un instrument pour valider une élection qui ne reflètera pas le choix du peuple, ainsi que l'administration qui n'est pas neutre également» a-t-il indiqué, ajoutant que «Le choix et la volonté du peuple ne sont aucunement pris en considération.» Pour Djaballah, la prochaine élection sera comme toutes celles qui l'ont précédée, si ce n'est encore pire. Il estime que: «Les élections de 1990 et de 1991 sont les élections les plus transparentes de l'histoire du pays.» Abordant le sujet des récentes déclarations des hauts responsables, Djaballah a cité les propos du général à la retraite Benhadid, les jugeant: «De très haute dangerosité» et se demande: «Ne serait-il pas judicieux d'ouvrir une enquête?» Djaballah indique que ces clashs au plus haut sommet de l'Etat ne sont «payés que par le peuple».
Sur un autre volet, Djaballah a évoqué la scène politique actuelle qui se caractérise selon lui par deux camps. Lun regroupe ceux qui appellent Bouteflika à briguer un quatrième mandat et qui ne veulent que préserver leurs privilèges et profiter de la situation pour les cinq autres années. Et l'autre camp qui regroupe les opposants qui voient que les jeux sont déjà faits et ne voient pas l'intérêt de continuer sur cette mascarade.
Le président du FJD, a estimé que le système pluraliste n'existe que sur papier et que la réalité est tout autre. Il juge également que le développement du pays ne se fera qu'à travers un changement radical de la Constitution et des lois pour édifier un Etat démocratique et de droit. Djaballah estime qu'il est inacceptable qu'après 52 ans d'indépendance, l'économie du pays soit toujours tributaire des hydrocarbures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.