Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Nous sommes marginalisés"
LES ARCHITECTES AGREES S'INSURGENT À BEJAIA
Publié dans L'Expression le 24 - 03 - 2014

Le concours d'architecture doit être débarrassé du critère du «moins-disant», qui favorise les facteurs coût et délai
«Les pouvoirs publics n'accordent aucune importance à l'oeuvre architecturale et marginalisent les architectes en faisant d'eux de simples sous-traitants des entreprises», ont indiqué les conférenciers.
Les architectes agréés de Béjaïa sont mécontents de la ligne politique que les pouvoirs publics leur ont réservée dans le développement architectural et urbanistique du pays. Ils l'ont fait savoir hier par la voix des membres du bureau de leur syndicat lors d'une conférence de presse. Situant le contexte de cette sortie publique et la création du syndicat (Syndicat national des architectes agréés algériens), Synaa, le président du bureau de Béjaïa, M.Hassen Yahiaoui dira d'emblée, que «notre syndicat est venu pour combler le vide existant au sein de l'ordre des architectes et non pour contrecarrer ce dernier».
Plus précisément «le Synaa est créé pour défendre les intérêts moraux et matériels des architectes algériens agréés», explique-t-il comme pour couper court à toute interprétations qui pourrait en découler.
Se sentant marginalisés, sous-rémunérés, les architectes se sont donc organisés pour soulever dans un premier temps quatre revendications, jugées en mesures d'améliorer la profession et lui redorer son blason. Mettant en valeur «la nécessité d'une architecture de la qualité» et partant d'un constat d' «une gestion inappropriée des projets étatiques», le conférencier ciblera directement le barème de rémunération de la mission de suivi et contrôle des travaux, qui reste à ses yeux «un gage pour la qualité architecturale». Estimant que «le volet de la maîtrise d'oeuvre est dévoyée de son objectif par une gestion de projet inappropriée» à travers notamment, «les avis d'attribution, les cahiers des charges des concours d'architecture et autres consultations», le conférencier propose l'arrêté interministériel du 4 juillet 2001, qui sert d' «échappatoire» aux maîtres de l'ouvrage pour «ne pas répondre de la responsabilité du choix qui leur incombe». A ce titre, le Synaa revendique une révision urgente de la partie variable des honoraires de maîtrise d'oeuvre. Il dénonce ce qu'il appelle «une forme de privatisation» de la commande architecturale publique «nantissant l'entreprise de réalisation» du pouvoir de faire de l'architecte «un sous-traitant», rejetant de fait la formule «étude et réalisation», telle que pratiquée dans l'offre publique.
«Les pouvoirs publics doivent appliquer la loi et mettre un terme à cette pratique», souligne, de son côté, Nacer Boutrid, membre du conseil national de Synaa.
Le concours d'architecture doit être débarrassé du critère du «moins-disant», qui favorise les facteurs coût et délai au détriment de l'oeuvre architecturale qui, estiment les conférenciers, «doit être priorisée».
Toujours dans le même contexte, les architectes revendiquent la «budgétisation» des concours afin que tout participant puisse récupérer ses dépenses mêmes s'il n'est pas retenu. Pour se faire entendre, les architectes de Béjaïa comptent interpeller les pouvoirs publics sur toutes ces questions en faisant valoir des propositions juridiques pour améliorer la législation en la matière, se constituer en partie civile pour dénoncer les entraves à la profession, dont la concurrence déloyale pour mettre de l'ordre dans la profession.
Bref, un vaste programme qui n'y est pas sans dénoter la volonté des architectes agréés pour améliorer leurs conditions d'exercice, et par voie de conséquence, la qualité du bâti et l'urbanisme en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.