COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS refuse de rejoindre le gouvernement
DEUX POSTES LUI ONT ETE PROPOSES
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2014

Le Front des forces socialistes, FFS, ne fera pas partie du prochain gouvernement. L'annonce a été faite, hier, par Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle du parti, à l'ouverture des travaux du conseil national. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal qui voulait impliquer le maximum de partis pour former son équipe, a proposé au plus vieux parti de l'opposition d'y figurer avec deux ministres. Mais il s'est heurté au refus de la direction du parti. «L'instance présidentielle du FFS a été contactée par le Premier ministre, M.Abdelmalek Sellal, pour lui proposer d'entrer au gouvernement avec deux ministres pour appliquer le programme du président», a indiqué M.Laskri. Le FFS n'a pas trop attendu pour trancher sa réponse: un refus catégorique.
Le motif? Le FFS est sur un autre projet. «La direction nationale du FFS a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d'un Consensus national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus», a expliqué M.Laskri. Il ajoute, pour clore la motivation de ce rejet et poser une condition pour rejoindre le gouvernement, que «le FFS n'envisage pas d'entrer dans un gouvernement avant l'aboutissement de ce projet qui vise à élaborer, avec l'opposition politique, la société et le pouvoir, un programme consensuel de sortie de crise». Avec cette position et jusqu'à preuve du contraire, le FFS reste l'un des grands partis politiques qui n'a figuré dans la composition d'aucun gouvernement sous Bouteflika, depuis son installation à la tête de l'Etat en 1999. Ni le RCD ni le MSP qui se considèrent les partis de l'opposition les plus radicaux et les plus acharnés n'ont eu ce privilège. Le MSP a été partie prenante de gouvernement pendant plus de 15 ans. Il n'en est sorti, en 2012, que parce qu'il se voyait au pouvoir dans le sillage des révoltes des pays de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.
Quant au RCD, il a donné deux ministres au premier gouvernement de Bouteflika, avant de se retirer dans le sillage des événements du Printemps noir de Kabylie. Au FFS donc, le temps est à la reconstruction du consensus national. Ali Laskri a rappelé que des contacts ont été entamés avec des formations politiques, des universitaires, des personnalités indépendantes et des animateurs des organisations sociales «qui ont manifesté un intérêt pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale». L'orateur n'a pas souhaité en dire plus, ni sur l'identité des parties concernées ni sur le contenu des discussions. Il assure, en revanche, que «ces contacts ont débuté et nous les rendront publics au moment opportun». Il ne manque pas de demander aux membres du conseil national de son parti de contribuer à la préparation de la conférence nationale de consensus afin de réunir toutes les conditions de sa réussite. Ali Laskri a rappelé aussi que d'autres initiatives pour la sortie de crise ont été lancées par d'autres parties. «Certains acteurs de ces initiatives nous ont contactés, nous vous en rendrons compte en temps utile et nous discuterons ensemble des suites qu'il convient de leur donner», a-t-il lancé à l'adresse des membres du conseil national.
M.Laskri faisait allusion à la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique composée du MSP, RCD, FJD, Jil Jadid et Ennahda dont des représentants ont rencontré des responsables au sein du FFS. Alors que le FFS prépare la «conférence nationale de consensus», cette coordination prépare la «conférence nationale pour la transition démocratique». Dans son intervention, hier, Ali Laskri a estimé que «la nécessité d'une transition démocratique se fait chaque jour plus urgente». C'est dire que la convergence est de taille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.