PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS refuse de rejoindre le gouvernement
DEUX POSTES LUI ONT ETE PROPOSES
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2014

Le Front des forces socialistes, FFS, ne fera pas partie du prochain gouvernement. L'annonce a été faite, hier, par Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle du parti, à l'ouverture des travaux du conseil national. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal qui voulait impliquer le maximum de partis pour former son équipe, a proposé au plus vieux parti de l'opposition d'y figurer avec deux ministres. Mais il s'est heurté au refus de la direction du parti. «L'instance présidentielle du FFS a été contactée par le Premier ministre, M.Abdelmalek Sellal, pour lui proposer d'entrer au gouvernement avec deux ministres pour appliquer le programme du président», a indiqué M.Laskri. Le FFS n'a pas trop attendu pour trancher sa réponse: un refus catégorique.
Le motif? Le FFS est sur un autre projet. «La direction nationale du FFS a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d'un Consensus national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus», a expliqué M.Laskri. Il ajoute, pour clore la motivation de ce rejet et poser une condition pour rejoindre le gouvernement, que «le FFS n'envisage pas d'entrer dans un gouvernement avant l'aboutissement de ce projet qui vise à élaborer, avec l'opposition politique, la société et le pouvoir, un programme consensuel de sortie de crise». Avec cette position et jusqu'à preuve du contraire, le FFS reste l'un des grands partis politiques qui n'a figuré dans la composition d'aucun gouvernement sous Bouteflika, depuis son installation à la tête de l'Etat en 1999. Ni le RCD ni le MSP qui se considèrent les partis de l'opposition les plus radicaux et les plus acharnés n'ont eu ce privilège. Le MSP a été partie prenante de gouvernement pendant plus de 15 ans. Il n'en est sorti, en 2012, que parce qu'il se voyait au pouvoir dans le sillage des révoltes des pays de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.
Quant au RCD, il a donné deux ministres au premier gouvernement de Bouteflika, avant de se retirer dans le sillage des événements du Printemps noir de Kabylie. Au FFS donc, le temps est à la reconstruction du consensus national. Ali Laskri a rappelé que des contacts ont été entamés avec des formations politiques, des universitaires, des personnalités indépendantes et des animateurs des organisations sociales «qui ont manifesté un intérêt pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale». L'orateur n'a pas souhaité en dire plus, ni sur l'identité des parties concernées ni sur le contenu des discussions. Il assure, en revanche, que «ces contacts ont débuté et nous les rendront publics au moment opportun». Il ne manque pas de demander aux membres du conseil national de son parti de contribuer à la préparation de la conférence nationale de consensus afin de réunir toutes les conditions de sa réussite. Ali Laskri a rappelé aussi que d'autres initiatives pour la sortie de crise ont été lancées par d'autres parties. «Certains acteurs de ces initiatives nous ont contactés, nous vous en rendrons compte en temps utile et nous discuterons ensemble des suites qu'il convient de leur donner», a-t-il lancé à l'adresse des membres du conseil national.
M.Laskri faisait allusion à la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique composée du MSP, RCD, FJD, Jil Jadid et Ennahda dont des représentants ont rencontré des responsables au sein du FFS. Alors que le FFS prépare la «conférence nationale de consensus», cette coordination prépare la «conférence nationale pour la transition démocratique». Dans son intervention, hier, Ali Laskri a estimé que «la nécessité d'une transition démocratique se fait chaque jour plus urgente». C'est dire que la convergence est de taille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.