Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La campagne électorale s'ouvre sur fond de nouveaux attentats
PRESIDENTIELLE EN EGYPTE
Publié dans L'Expression le 04 - 05 - 2014

L'ancien chef de l'armée Abdel Fatah al-Sissi, archi-favori de la présidentielle, a promis hier «stabilité, sécurité et espoir» à l'ouverture officielle de la campagne, sur fond de violences et de répression des islamistes.
Cette campagne doit s'achever le 23 mai, et le scrutin est prévu les 26 et 27 mai, pour doter le plus peuplé des pays arabes d'un nouveau président, onze mois après l'éviction par M. Sissi du premier chef d'Etat du pays élu démocratiquement, l'islamiste Mohamed Morsi. Depuis cette destitution le 3 juillet, les Frères musulmans de M. Morsi, première force politique organisée du pays, subissent une répression impitoyable. L'unique rival de M. Sissi, Hamdeen Sabbahi, une figure de la gauche laïque qui dit incarner les idéaux de la révolte de 2011 ayant chassé le président Hosni Moubarak, était arrivé troisième à la présidentielle de 2012, remportée par M. Morsi. Lors d'un meeting hier à Assiout (sud), il a dénoncé une poursuite des «politiques menées sous Moubarak» et affirmé vouloir «changer les politiques de corruption et de tyrannie et de pauvreté». Sa campagne peine cependant à peser face aux médias publics comme privés acquis à M. Sissi, et son équipe affirme avoir été attaquée physiquement plusieurs fois. Dans tous les cas, les chances de M. Sabbahi apparaissent nulles face à M. Sissi, porté aux nues après avoir annoncé, alors qu'il était à la tête de la toute puissante armée, la destitution de M. Morsi. Il avait alors invoqué les millions d'Egyptiens descendus dans la rue pour réclamer le départ de M. Morsi, accusé d'accaparer le pouvoir au profit des Frères musulmans et de vouloir islamiser de force la société. «Je promets de travailler dur, et j'appelle chacun à assumer ses responsabilités avec moi», a lancé M. Sissi hier sur Twitter. «Par notre volonté et nos capacités, nous obtiendrons stabilité, sécurité et espoir». Dans une interview accordée plus tard à des journalistes, il a pleuré en évoquant des messages qu'il dit avoir reçu de gens pauvres, selon le site Internet du quotidien Al-Ahram. «Il a dit avoir reçu des messages de gens qui n'ont pas de quoi manger mais qui disent accepter leur sort pour lui», selon Al-Ahram. M. Sissi est vu comme celui qui saura rétablir la sécurité dans le pays, théâtre de violences meurtrières quasi quotidiennes. Vendredi encore, quatre personnes ont été tuées dans les violences, dont un policier tué par une bombe au Caire et un soldat tué par un kamikaze dans la péninsule du Sinaï. Depuis juillet, les forces de l'ordre sont la cible d'attentats qui ont fait quelque 500 morts selon le gouvernement intérimaire mis en place par l'armée. Et même si ces attaques ont été revendiquées par des mouvements jihadistes disant agir en représailles à la répression des pro-Morsi, le gouvernement les attribue aux Frères musulmans, décrétés «organisation terroriste». Quant à la répression menée contre les islamistes, elle a coûté la vie à plus de 1.400 personnes, en majorité des manifestants, et mené à la détention de plus de 15.000 autres, selon des ONG.
De plus, des tribunaux ont ces derniers mois condamné à mort des centaines d'islamistes présumés de manière expéditive, dans ce que l'ONU a dénoncé comme des «procès de masse sans précédent dans l'Histoire récente». Hier encore, un tribunal du Caire a condamné 102 pro-Morsi à 10 ans de prison pour des manifestations violentes, selon la télévision d'Etat. Par ailleurs, lors d'une audience du procès des journalistes d'Al-Jazeera, accusés de soutien aux islamistes, Peter Greste, un prévenu australien emprisonné depuis plus de quatre mois, a dénoncé une «immense injustice», le jour où est célébrée la Journée mondiale de la presse. Outre les islamistes, le pouvoir intérimaire s'en est pris aussi aux militants de la contestation libérale et laïque, inquiets d'un retour en force des militaires au sommet de l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.