L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    PNJ: une démarche fondamentale pour la promotion de la jeunesse et des sports    Rassemblement de protestation des robes noires : Ils réclament le départ du ministre de la Justice    La révision constitutionnelle a consacré la démocratie participative et le rôle de la société civile dans la prise de décision    Premier League : Chelsea arrache un point face à WBA    Coronavirus: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Arsenal va revenir à la charge pour Aouar    Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Oran: 10 harraga interceptés    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Importation: Pas de retour aux licences    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des larmes et de l'émotion
LE 19 MAI CELEBRE À L'EX-ECOLE SARROUY À SOUSTARA (ALGER)
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2014

Il y avait beaucoup d'émotion hier, au cours de la commémoration de la Journée nationale de l'étudiant à l'ex-école Sarrouy, à Soustara, collée à la vieille médina d'Alger.
La cérémonie a été organisée par d'anciens élèves de cette école qui a été transformée par l'armée coloniale, en centre de détention et de torture. Les «anciens», comme ils aiment à s'appeler étaient là, connus ou inconnus du grand public, mais fiers d'avoir fait leurs études dans cette école, qui a vu 147 de ses élèves mourir pour la patrie.
Les retrouvailles étaient émouvantes: il y avait les Haddadj Hamid, Mustapha Larfaoui, Abderrahmane Mekhlef, Adjali ou Ali Mebtouche, président de l'Association des anciens élèves du collège Sarrouy et d'autres camarades de classe et compagnons de la lutte de Libération nationale. Transformée par les paras de Bigeard en centre de détention et de torture en 1957 lors de la bataille d'Alger, le collège Sarrouy va devenir un des symboles de la question en Algérie, commente un ancien de l'établissement.
Abderahmane Mekhlef, ancien journaliste à l'APS et auteur notamment de Un brin de menthe à l'oreille, un récit épique sur la vie trépidante de la Casbah entre 1942, au moment du débarquement américain à Alger et le début de la guerre de Libération nationale, lance, un peu à lui même: «Ourida Meddad, à 16 ans, a été défenestrée par les paras dans ce collège.» Ali Mebtouche, réplique dans un léger discours de circonstance: «Sarrouy, c'était une école du courage. Elle a fabriqué les moudjahidine de la Révolution, ici Krim Belkacem avait obtenu son certificat d'études.» Il poursuit: «La date du 19 mai doit figurer comme une des dates symboles de la Révolution», avant de préciser que «un jour, il faudrait bien qu'on écrive vraiment l'histoire du 19 mai 1956, et non pas seulement la symboliser par des films».
Car ce collège où les pires sévices, le summum de la bestialité humaine, ont été pratiqués par les tortionnaires et autres nervis du colonialisme décadent, a vu fleurir une belle jeunesse algérienne. «Il y avait les Aïssat Idir, Hoffman, Mohamed Lamari, Taleb Abderrahmane, Mustapha Haddadj, Krim Belkacem, les frères Bouchouchi ou Bellili, Ahmed Bouzrina dit H'didouche, Abane Ramdane, Mohamed Boudia, le jeune Rahal Boualem, guillotiné, Omar Yacef, Yacef Saâdi et tant d'autres martyrs de la révolution», se souvient Mekhlef. Et puis, «le collège Sarrouy a formé les grands hommes politiques de l'Algérie indépendante, comme Slimane Hoffman. Il y avait également des artistes comme les chanteurs Mohamed Lamari ou Rachid Souki, des journalistes, des sportifs, des diplomates», rappelle encore Ali Mebtouche. L'école Sarrouy a été «une véritable matrice de ceux qui allaient par la suite devenir le fer de lance de la Révolution. Il y a eu des martyrs inconnus, anonymes, des élèves morts dans leur école par la torture, des personnalités politiques de la Révolution comme Abane, Aïssat Idir ou Krim Belkacem», explique Mekhlef avec une certaine fierté de faire partie de cette génération. «Un jour, il faudrait qu'une véritable stèle commémorative portant le nom des martyrs de la Révolution, qui ont fréquenté cette école, de celui de Ourida Meddad, la courageuse moudjahida qui a bravé les sévices des tortionnaires, soit érigée afin que nul n'oublie ces braves», lance encore Ali Mebtouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.