TRAFIC DE FORMULAIRES DE SOUSCRIPTION : L'ANIE reconnaît des cas de fraude à Souk-Ahras    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    "Atal ne partira pas l'été prochain"    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les «Verts» face à leur destin    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    Un déficit de 4,68 mds dollars    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des larmes et de l'émotion
LE 19 MAI CELEBRE À L'EX-ECOLE SARROUY À SOUSTARA (ALGER)
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2014

Il y avait beaucoup d'émotion hier, au cours de la commémoration de la Journée nationale de l'étudiant à l'ex-école Sarrouy, à Soustara, collée à la vieille médina d'Alger.
La cérémonie a été organisée par d'anciens élèves de cette école qui a été transformée par l'armée coloniale, en centre de détention et de torture. Les «anciens», comme ils aiment à s'appeler étaient là, connus ou inconnus du grand public, mais fiers d'avoir fait leurs études dans cette école, qui a vu 147 de ses élèves mourir pour la patrie.
Les retrouvailles étaient émouvantes: il y avait les Haddadj Hamid, Mustapha Larfaoui, Abderrahmane Mekhlef, Adjali ou Ali Mebtouche, président de l'Association des anciens élèves du collège Sarrouy et d'autres camarades de classe et compagnons de la lutte de Libération nationale. Transformée par les paras de Bigeard en centre de détention et de torture en 1957 lors de la bataille d'Alger, le collège Sarrouy va devenir un des symboles de la question en Algérie, commente un ancien de l'établissement.
Abderahmane Mekhlef, ancien journaliste à l'APS et auteur notamment de Un brin de menthe à l'oreille, un récit épique sur la vie trépidante de la Casbah entre 1942, au moment du débarquement américain à Alger et le début de la guerre de Libération nationale, lance, un peu à lui même: «Ourida Meddad, à 16 ans, a été défenestrée par les paras dans ce collège.» Ali Mebtouche, réplique dans un léger discours de circonstance: «Sarrouy, c'était une école du courage. Elle a fabriqué les moudjahidine de la Révolution, ici Krim Belkacem avait obtenu son certificat d'études.» Il poursuit: «La date du 19 mai doit figurer comme une des dates symboles de la Révolution», avant de préciser que «un jour, il faudrait bien qu'on écrive vraiment l'histoire du 19 mai 1956, et non pas seulement la symboliser par des films».
Car ce collège où les pires sévices, le summum de la bestialité humaine, ont été pratiqués par les tortionnaires et autres nervis du colonialisme décadent, a vu fleurir une belle jeunesse algérienne. «Il y avait les Aïssat Idir, Hoffman, Mohamed Lamari, Taleb Abderrahmane, Mustapha Haddadj, Krim Belkacem, les frères Bouchouchi ou Bellili, Ahmed Bouzrina dit H'didouche, Abane Ramdane, Mohamed Boudia, le jeune Rahal Boualem, guillotiné, Omar Yacef, Yacef Saâdi et tant d'autres martyrs de la révolution», se souvient Mekhlef. Et puis, «le collège Sarrouy a formé les grands hommes politiques de l'Algérie indépendante, comme Slimane Hoffman. Il y avait également des artistes comme les chanteurs Mohamed Lamari ou Rachid Souki, des journalistes, des sportifs, des diplomates», rappelle encore Ali Mebtouche. L'école Sarrouy a été «une véritable matrice de ceux qui allaient par la suite devenir le fer de lance de la Révolution. Il y a eu des martyrs inconnus, anonymes, des élèves morts dans leur école par la torture, des personnalités politiques de la Révolution comme Abane, Aïssat Idir ou Krim Belkacem», explique Mekhlef avec une certaine fierté de faire partie de cette génération. «Un jour, il faudrait qu'une véritable stèle commémorative portant le nom des martyrs de la Révolution, qui ont fréquenté cette école, de celui de Ourida Meddad, la courageuse moudjahida qui a bravé les sévices des tortionnaires, soit érigée afin que nul n'oublie ces braves», lance encore Ali Mebtouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.