Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le monde rural boude les assurances
FIÈVRE APHTEUSE
Publié dans L'Expression le 25 - 09 - 2014

Selon le P-DG de la Cnma, la faible adhésion du monde agricole et rural à l'assurance s'explique par un déficit de communication et de sensibilisation de la part des assureurs.
L'épizootie de la fièvre aphteuse qui a touché le bétail en juillet dernier, a révélé le faible taux de couverture en assurances des cheptels des éleveurs en Algérie. C'est ce qui ressort des propos du P-DG de la Caisse nationale de mutualité agricole (Cnma) Chérif Benhabilès qui vient de déclarer: «Seulement 163 éleveurs bovins ont fait des déclarations de sinistre après que leurs bétails eurent été touchés par la fièvre aphteuse précisant que les éleveurs assurés représentent entre 8 et 8,3% de l'ensemble des professionnels de la filière.»
A l'en croire, le montant des indemnisations relatives à ce sinistre s'élève à quelque 21 millions de dinars. Et le même responsable de tirer ce constat: «C'est un très faible taux par rapport aux potentialités existantes dans la branche», a-t-il observé. Autant de propos qui remettent sur la table le «problème de confiance entre les professionnels et les assureurs de manière générale». En somme, la culture de l'assurance est encore loin d'être présente dans le monde agricole et rural. Selon le même responsable, la faible adhésion du monde agricole et rural à l'assurance s'explique également par un déficit de communication et de sensibilisation de la part des assureurs mais aussi par les tarifs élevés des primes d'assurance, en particulier celles liées à la couverture contre les calamités. Pour ce deuxième facteur, M.Benhabilès a relevé que l'offre actuelle en matière de couverture contre les calamités «n'est pas adaptée aux moyens financiers, parfois limités, des agriculteurs».
Afin de remédier à cette situation, le patron de la Cnma a préconisé la mise en place par les pouvoirs publics de dispositifs économiques d'assurance contre les différents sinistres, à commencer par les cultures stratégiques (pomme de terre, tomate, céréales) et les activités d'élevage. «L'assurance doit aussi être utilisée comme un instrument de gestion des risques et un moyen pour suppléer aux dispositifs étatiques de subvention pour sécuriser le revenu de l'agriculteur et contribuer à assurer la sécurité alimentaire du pays», a-t-il insisté.M.Benhabilès recommande de transformer la Cnma en «un guichet unique dans lequel l'agriculteur pourrait trouver tous les services dont il a besoin (assurances, crédits, sécurité sociale...)».
Le P-DG de la Cnma a, par ailleurs, assuré que tous les éleveurs dont le bétail a été affecté par la fièvre aphteuse ont été indemnisés dans un délai de 20 jours maximum à compter de la date de dépôt de leurs dossiers à l'exception de certains assurés qui ont été appelés à compléter leurs dossiers. «Nous avons même procédé à des avances sur sinistres pour permettre aux éleveurs assurés de reprendre leurs activités», a-t-il fait savoir, ajoutant que «cette initiative a donné plus de crédibilité à la Cnma face à ses clients».
Dans le même sens, la valeur de l'indemnisation est définie dans le contrat d'assurance par des critères incluant, entre autres, le prix du bovin déclaré par l'assuré et en fonction du degré du sinistre. «Seul l'expert est habilité à définir la valeur de l'indemnisation», a précisé M. Benhabilès, assurant qu'aucun cas de dossier frauduleux n'a été signalé jusqu'à présent. La Cnma a réalisé une progression conséquente du chiffre d'affaires de ses branches assurances avec une hausse de 22% en 2013 par rapport à 2012. Elle détient désormais une part de 81% dans le marché des assurances agricoles avec une évolution de 15% par rapport à l'exercice précédent. La Cnma dispose actuellement d'un réseau de 66 Caisses régionales (Crma) et de 367 bureaux locaux répartis sur le territoire national, selon un bilan récent de cet établissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.