Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un portrait acide de l'Egypte d'aujourd'hui
TAXI, LIVRE DE KHALED AL KHAMISSI
Publié dans L'Expression le 25 - 11 - 2014

Le dernier Salon international du livre d'Alger (Sila) a été une occasion inespérée pour acheter des livres dont on a tant entendu parler et qu'on n'a, jusque-là, jamais trouvés dans les librairies.
Taxi, de l'écrivain-journaliste égyptien Khaled El Khamissi, en fait partie. Ce livre traduit dans plusieurs dizaines de langues, notamment en Europe, est un best-seller. Il a bénéficié d'une grande médiatisation et de louanges méritées un peu partout. Mais, souvent, pour ne pas dire trop souvent, les livres dont on parle trop laissent le lecteur sur sa faim. Certains laissent même à désirer mais ils sont exposés aux feux de la rampe pour des raisons qui échappent à toute raison littéraire ou talent.
C'est loin d'être le cas de Taxi de Mohamed Al Khamissi. Au début, en ouvrant ce livre, le lecteur peut penser qu'il s'agit d'un énième roman qui raconte l'Egypte ou encore d'un récit inspiré de faits réels. Ni l'un ni l'autre ne sont pourtant le genre de ce livre passionnant, qui se lit d'un trait. Il ne s'agit pas non plus d'un roman épistolaire comme Les liaisons dangereuses ou La Nouvelle Héloise de Jean-Jacques Rousseau.
Khaled El Khamissi a choisi une manière toute particulière mais guère ennuyeuse de dire l'Egypte, son Egypte, qui ressemble tant à notre Algérie et à tant d'autres pays où les situations cocasses foisonnent sans qu'aucun n'ose en revanche les dépeindre et les pointer du doigt. Les situations kafkainnes en question, on les retouve un peu partout dans le mode de vie quotidien et échappe souvent à la logique et à la raison.
C'est de ce terreau-là que Khaled El Khammissi a puisé toute son inspiration pour écrire un livre succulent dont on ne se lasse aucunement en dépit d'un style d'écriture tout à fait ordinaire et où les envolées lyriques et les métaphores sont aux abonnés absents. Mais chaque écrivain a sa propre technique pour retenir l'attention du lecteur.
Dans le livre de Khaled El Khamissi, il y a d'abord ce choix de faire dérouler toutes les scènes à l'intérieur de taxis où l'auteur ou le narrateur prend place. Et tout se passe entre les deux personnages. Au total, cinquante-huit chapitres, concis mais consistants où le lecteur aura le loisir de voir ce que tout le monde regarde sans en sentir le côté kafkaïen. L'auteur décortique avec un humour caustique plusieurs angles de la vie quotidienne de son pays durant le début des années 2000.
Lors des échanges savoureux entre les deux personnages, il y est question de situations réelles vécues au quotidien comme les phénomènes de la bureaucratie, la pauvreté et son corollaire la misère, les actes de violence gratuits, etc.. La plume mordante de Khaled El Khamissi usant d'un vocabulaire et d'une simplicité déconcertante rappelle d'autres auteurs du même pays à l'instar de Alaa El Aswany et son inénarrable Immeuble Yakoubien mais aussi l'avocat des pauvres et des paresseux Albert Cossery, un grand romancier francophone d'Egypte, qui a quitté son pays natal pour vivre dans une chambre d'hôtel à Paris jusqu'à sa mort.
A l'instar de l'auteur de Mendiants et orgueilleux, Khaled Al Khamissi se limite à narrer et à décrire cette mal-vie sans porter de jugement au sujet des situations mises sous sa loupe d'écrivain. Il a réussi un autre pari, grâce à son talent: en cinquante-huit tableaux de vie quotidienne, l'auteur ne tombe pas dans la redondance. C'est ce qui fait que le lecteur est entraîné dans ce voyage par taxi qui n'en finit pas et où l'on ne repasse pas par le même endroit. L'auteur, véritable navigateur, sait mener à bond bord son compagnon: le lecteur. Et une fois, la dernière page lue, la première envie qui se manifeste chez le lecteur c'est de lancer à l'endroit de l'auteur ou plutôt du conducteur du taxi: «Encore un tour, s'il vous plait!».
C'est dire que le désir de relire ce livre est difficile à réprimer. Khaled Al Khamissi a réussi à écrire un livre exceptionnel et agréable à lire sans pour autant en revêtir une importante dimension littéraire car, comme souligné plus haut, la fluidité du texte ne laisse pas de place aux exercices de style qui font d'un récit une oeuvre littéraire. Mais Taxi reste tout de même un livre profond en dépit du style littéraire qui lui fait défaut. C'est à ce niveau que se situe tout le génie de Khaled Al Khamissi. Le livre, traduit en langue française, est édité chez Acte Sud, en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.