CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Gaïd Salah est l'homme de la situation»
LE CHOIX JUDICIEUX DU PRESIDENT
Publié dans L'Expression le 07 - 08 - 2004

Contrairement aux rumeurs, le nouveau chef d'état-major est plus jeune que son prédécesseur de plusieurs mois.
L'homme, qui a toujours évolué à l'ombre d'officiers très médiatisés, à l'instar de Mohamed Lamari, dont il était l'adjoint en occupant le poste de chef des forces terrestres, Ahmed Gaïd Salah, nouveau chef d'état-major, est mal connu par le grand public, mais aussi par de nombreux spécialistes des questions militaires algériennes. Ainsi, une «contre-vérité», acquise comme axiome, lui colle à la peau depuis des années. Aux yeux de tous, il serait âgé de plus de 70 ans. Or, tiennent à démentir des sources très crédibles, «Gaïd Salah est né en 1940 et n'est donc âgé que de 64 ans». Mieux, il est même plus jeune de quelques mois que son prédécesseur, le général Mohamed Lamari. Si le successeur de ce dernier se fait appeler «Ammi Ahmed», c'est surtout en souvenir de son ancien nom de guerre, mais aussi, nous dit-on, de l'affection que lui vouent l'ensemble des officiers qui ont eu à le côtoyer en travaillant sous ses ordres ou en collaboration avec lui. Partant de ce postulat de base, des analystes, qui estiment que le nouveau chef d'état-major ne serait là que pour gérer les affaires courantes pour une période transitoire de deux mois, en attendant le 1er Novembre, et un nouveau mouvement au sommet de la hiérarchie militaire. Les arguments à l'appui de cette thèse ne manquent certes pas. Le premier, c'est que si Bouteflika a résolument décidé de prendre le contrôle de l'ANP afin de la soumettre textuellement aux principes constitutionnels, il ne pouvait compter, dans cette difficile et historique tâche, que sur le seul officier qui soit capable de rassembler les rangs afin de traverser cette phase relativement difficile dans la vie d'une institution qui, depuis la naissance de l'ALN, a toujours fait de la politique. Mieux, Gaïd Salah, qui a longtemps occupé le poste stratégique de chef des forces terrestres, a fait les grandes écoles militaires, et jouit d'une bonne expérience sur le terrain, ce qui le place en pole position pour parachever le processus de professionnalisation de l'ANP. Bouteflika qui, à travers ces nominations, obéit à une démarche voulant toujours faire d'une pierre plusieurs coups, ne s'est pas contenté de désigner l'homme requis pour ce poste en cette période cruciale. En effet, Gaïd Salah fait partie des quelques hauts officiers à avoir soutenu, discrètement certes, la candidature du président, pour un second mandat.
Ainsi, les observateurs, qui savent que le désormais nouveau chef d'état-major de l'ANP ne se départira pas de sa discrétion habituelle, comme le commande du reste les lois de la République, sera au contraire un soutien et un allié précieux pour la présidence dans sa démarche portant réorganisation de tout l'édifice institutionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.