Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Y a-t-il un compromis entre le FLN et le FFS?
SA PROPOSITION A RECUEILLI UNE LARGE ADHESION
Publié dans L'Expression le 24 - 11 - 2014

Le parti majoritaire et le vieux parti d'opposition se concertent régulièrement pour accorder leurs violons
L'initiative du FFS a isolé le projet de la Cnltd et éclipsé le projet cher au pouvoir, à savoir la révision de la Constitution.
C'est Abderahmane Belayat, coordinateur du bureau politique du FLN et qui considère que Amar Saâdani est un indu-occupant du poste de secrétaire général du parti, qui le soupçonne: il y a un accord pour l'organisation des élections législatives anticipées entre le FLN et le FFS.
Le FFS qui a été accusé d'avoir fait un deal avec une partie du pouvoir pour participer aux législatives de 2012 et intégrer le gouvernement peut-il aller jusqu'à combiner avec le FLN pour des législatives anticipées au moment où tous ses efforts sont concentrés sur l'organisation de la conférence nationale de consensus?
Les observateurs les plus avertis doutent fortement d'une telle hypothèse. Si le FFS considère qu'une élection de l'envergure d'une présidentielle est un non-événement, comment pourra-t-il se permettre de viser des législatives anticipées? En tout cas, le plus vieux parti de l'opposition multiplie ses démarches pour l'organisation de la conférence de consensus national à laquelle pouvoir et opposition sont conviés. Il a réussi à fédérer autour de son projet tous les partis connus proches du pouvoir, isolant de fait et faisant éclipser la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (Cnltd) dont la dernière revendication concerne l'organisation d'une présidentielle anticipée.
Le parti d'Aït Ahmed a pu faire braquer les projecteurs sur lui et son initiative de consensus national, au moment où même le projet cher au pouvoir, à savoir la révision de la Constitution, semble avoir été bloqué. Certains acteurs politiques estiment que le report du projet de la révision du texte fondamental, pourtant promis pour avant fin 2014, est directement lié à la conférence de consensus national que prépare le FFS. Certains partis ont franchement affirmé leur adhésion au projet de ce dernier parti. Le FLN et le RND qui ont la majorité parlementaire ne s'opposent pas à la démarche. Il y a aussi le MPA de Amara Benyounès, le TAJ de Amar Ghoul, l'ANR de Belkacem Sahli et le PT de Louisa Hanoune sur lesquels le FFS peut compter pour réussir sa conférence. Amar Ghoul a annoncé le soutien de son parti à la démarche du FFS au détriment de celle du FLN qui veut former une alliance de soutien au président Bouteflika.
Parmi tous les syndicats rencontrés par le FFS, dont la Centrale syndicale, l'Ugta de Abdelmadjid Sidi Saïd, dans le cadre des consultations bilatérales, aucun n'a exprimé son rejet de l'initiative. En revanche, toutes ces parties qui soutiennent le FFS ont rejeté en bloc le projet de la Cnltd qui, elle, a attaqué l'initiative du FFS, estimant qu'elle est inspirée par le pouvoir.
En tout état de cause, les responsables du FFS poursuivent le travail de mobilisation autour de son projet. Avant-hier à Béjaïa où il a présidé la réunion du conseil fédéral de la wilaya, le premier secrétaire national du parti, Mohamed Nebbou, a affirmé que l'initiative de son parti est «positivement accueillie par les citoyens», évoquant des retours d'échos «favorables dans toutes les régions du pays». «Les échos sont favorables», a-t-il répété à plusieurs reprises, mettant en relief les sorties des cadres du parti dans une douzaine de wilayas, «toutes sanctionnées par des adhésions et des soutiens francs». «En tout cas, à ce stade de l'initiative, il n'y a à déplorer aucune opposition frontale», s'est-il réjoui, considérant que cet état de fait «pousse le FFS à continuer dans sa démarche, à persévérer et à réunir autour de lui le maximum d'acteurs et de citoyens, car l'enjeu en vaut la chandelle». Pour M.Nebbou, à ce stade des préambules, aucune évaluation n'en est faite, ni ne pourra être faite car elle n'interviendra qu'une fois la phase technique des rencontres entamées.
«Nous nous inscrivons dans le temps et nous veillons à réunir toutes les conditions de succès», a-t-il ajouté, précisant que son parti est ouvert à la discussion et au débat, sans tabou, ni surenchère et sans exclusion de quiconque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.