Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Saisie de plus de 10 quintaux de kif traité à Naâma (MDN)    Bordj Bou Arreridj: alimentation en eau potable avant l'été de 30 communes    CAN à Laâyoune occupée: appel à préserver le sport de l'instrumentalisation politique    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Ce que propose le PAD    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Ligue 1 - Mise à jour: Le PAC sur ses gardes face au CSC    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Y a-t-il un compromis entre le FLN et le FFS?
SA PROPOSITION A RECUEILLI UNE LARGE ADHESION
Publié dans L'Expression le 24 - 11 - 2014

Le parti majoritaire et le vieux parti d'opposition se concertent régulièrement pour accorder leurs violons
L'initiative du FFS a isolé le projet de la Cnltd et éclipsé le projet cher au pouvoir, à savoir la révision de la Constitution.
C'est Abderahmane Belayat, coordinateur du bureau politique du FLN et qui considère que Amar Saâdani est un indu-occupant du poste de secrétaire général du parti, qui le soupçonne: il y a un accord pour l'organisation des élections législatives anticipées entre le FLN et le FFS.
Le FFS qui a été accusé d'avoir fait un deal avec une partie du pouvoir pour participer aux législatives de 2012 et intégrer le gouvernement peut-il aller jusqu'à combiner avec le FLN pour des législatives anticipées au moment où tous ses efforts sont concentrés sur l'organisation de la conférence nationale de consensus?
Les observateurs les plus avertis doutent fortement d'une telle hypothèse. Si le FFS considère qu'une élection de l'envergure d'une présidentielle est un non-événement, comment pourra-t-il se permettre de viser des législatives anticipées? En tout cas, le plus vieux parti de l'opposition multiplie ses démarches pour l'organisation de la conférence de consensus national à laquelle pouvoir et opposition sont conviés. Il a réussi à fédérer autour de son projet tous les partis connus proches du pouvoir, isolant de fait et faisant éclipser la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (Cnltd) dont la dernière revendication concerne l'organisation d'une présidentielle anticipée.
Le parti d'Aït Ahmed a pu faire braquer les projecteurs sur lui et son initiative de consensus national, au moment où même le projet cher au pouvoir, à savoir la révision de la Constitution, semble avoir été bloqué. Certains acteurs politiques estiment que le report du projet de la révision du texte fondamental, pourtant promis pour avant fin 2014, est directement lié à la conférence de consensus national que prépare le FFS. Certains partis ont franchement affirmé leur adhésion au projet de ce dernier parti. Le FLN et le RND qui ont la majorité parlementaire ne s'opposent pas à la démarche. Il y a aussi le MPA de Amara Benyounès, le TAJ de Amar Ghoul, l'ANR de Belkacem Sahli et le PT de Louisa Hanoune sur lesquels le FFS peut compter pour réussir sa conférence. Amar Ghoul a annoncé le soutien de son parti à la démarche du FFS au détriment de celle du FLN qui veut former une alliance de soutien au président Bouteflika.
Parmi tous les syndicats rencontrés par le FFS, dont la Centrale syndicale, l'Ugta de Abdelmadjid Sidi Saïd, dans le cadre des consultations bilatérales, aucun n'a exprimé son rejet de l'initiative. En revanche, toutes ces parties qui soutiennent le FFS ont rejeté en bloc le projet de la Cnltd qui, elle, a attaqué l'initiative du FFS, estimant qu'elle est inspirée par le pouvoir.
En tout état de cause, les responsables du FFS poursuivent le travail de mobilisation autour de son projet. Avant-hier à Béjaïa où il a présidé la réunion du conseil fédéral de la wilaya, le premier secrétaire national du parti, Mohamed Nebbou, a affirmé que l'initiative de son parti est «positivement accueillie par les citoyens», évoquant des retours d'échos «favorables dans toutes les régions du pays». «Les échos sont favorables», a-t-il répété à plusieurs reprises, mettant en relief les sorties des cadres du parti dans une douzaine de wilayas, «toutes sanctionnées par des adhésions et des soutiens francs». «En tout cas, à ce stade de l'initiative, il n'y a à déplorer aucune opposition frontale», s'est-il réjoui, considérant que cet état de fait «pousse le FFS à continuer dans sa démarche, à persévérer et à réunir autour de lui le maximum d'acteurs et de citoyens, car l'enjeu en vaut la chandelle». Pour M.Nebbou, à ce stade des préambules, aucune évaluation n'en est faite, ni ne pourra être faite car elle n'interviendra qu'une fois la phase technique des rencontres entamées.
«Nous nous inscrivons dans le temps et nous veillons à réunir toutes les conditions de succès», a-t-il ajouté, précisant que son parti est ouvert à la discussion et au débat, sans tabou, ni surenchère et sans exclusion de quiconque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.