Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Y a-t-il un compromis entre le FLN et le FFS?
SA PROPOSITION A RECUEILLI UNE LARGE ADHESION
Publié dans L'Expression le 24 - 11 - 2014

Le parti majoritaire et le vieux parti d'opposition se concertent régulièrement pour accorder leurs violons
L'initiative du FFS a isolé le projet de la Cnltd et éclipsé le projet cher au pouvoir, à savoir la révision de la Constitution.
C'est Abderahmane Belayat, coordinateur du bureau politique du FLN et qui considère que Amar Saâdani est un indu-occupant du poste de secrétaire général du parti, qui le soupçonne: il y a un accord pour l'organisation des élections législatives anticipées entre le FLN et le FFS.
Le FFS qui a été accusé d'avoir fait un deal avec une partie du pouvoir pour participer aux législatives de 2012 et intégrer le gouvernement peut-il aller jusqu'à combiner avec le FLN pour des législatives anticipées au moment où tous ses efforts sont concentrés sur l'organisation de la conférence nationale de consensus?
Les observateurs les plus avertis doutent fortement d'une telle hypothèse. Si le FFS considère qu'une élection de l'envergure d'une présidentielle est un non-événement, comment pourra-t-il se permettre de viser des législatives anticipées? En tout cas, le plus vieux parti de l'opposition multiplie ses démarches pour l'organisation de la conférence de consensus national à laquelle pouvoir et opposition sont conviés. Il a réussi à fédérer autour de son projet tous les partis connus proches du pouvoir, isolant de fait et faisant éclipser la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (Cnltd) dont la dernière revendication concerne l'organisation d'une présidentielle anticipée.
Le parti d'Aït Ahmed a pu faire braquer les projecteurs sur lui et son initiative de consensus national, au moment où même le projet cher au pouvoir, à savoir la révision de la Constitution, semble avoir été bloqué. Certains acteurs politiques estiment que le report du projet de la révision du texte fondamental, pourtant promis pour avant fin 2014, est directement lié à la conférence de consensus national que prépare le FFS. Certains partis ont franchement affirmé leur adhésion au projet de ce dernier parti. Le FLN et le RND qui ont la majorité parlementaire ne s'opposent pas à la démarche. Il y a aussi le MPA de Amara Benyounès, le TAJ de Amar Ghoul, l'ANR de Belkacem Sahli et le PT de Louisa Hanoune sur lesquels le FFS peut compter pour réussir sa conférence. Amar Ghoul a annoncé le soutien de son parti à la démarche du FFS au détriment de celle du FLN qui veut former une alliance de soutien au président Bouteflika.
Parmi tous les syndicats rencontrés par le FFS, dont la Centrale syndicale, l'Ugta de Abdelmadjid Sidi Saïd, dans le cadre des consultations bilatérales, aucun n'a exprimé son rejet de l'initiative. En revanche, toutes ces parties qui soutiennent le FFS ont rejeté en bloc le projet de la Cnltd qui, elle, a attaqué l'initiative du FFS, estimant qu'elle est inspirée par le pouvoir.
En tout état de cause, les responsables du FFS poursuivent le travail de mobilisation autour de son projet. Avant-hier à Béjaïa où il a présidé la réunion du conseil fédéral de la wilaya, le premier secrétaire national du parti, Mohamed Nebbou, a affirmé que l'initiative de son parti est «positivement accueillie par les citoyens», évoquant des retours d'échos «favorables dans toutes les régions du pays». «Les échos sont favorables», a-t-il répété à plusieurs reprises, mettant en relief les sorties des cadres du parti dans une douzaine de wilayas, «toutes sanctionnées par des adhésions et des soutiens francs». «En tout cas, à ce stade de l'initiative, il n'y a à déplorer aucune opposition frontale», s'est-il réjoui, considérant que cet état de fait «pousse le FFS à continuer dans sa démarche, à persévérer et à réunir autour de lui le maximum d'acteurs et de citoyens, car l'enjeu en vaut la chandelle». Pour M.Nebbou, à ce stade des préambules, aucune évaluation n'en est faite, ni ne pourra être faite car elle n'interviendra qu'une fois la phase technique des rencontres entamées.
«Nous nous inscrivons dans le temps et nous veillons à réunir toutes les conditions de succès», a-t-il ajouté, précisant que son parti est ouvert à la discussion et au débat, sans tabou, ni surenchère et sans exclusion de quiconque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.