Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Percée de l'armée syrienne dans le Sud
ALORS QUE LES JIHADISTES S'EMPARENT D'UNE BASE AU NORD
Publié dans L'Expression le 01 - 03 - 2015

Les forces armées syriennes appuyées par le Hezbollah ont effectué hier une percée dans le sud de la Syrie tandis que des jihadistes ont pris une base importante dans le nord du pays en guerre depuis quatre ans.
Parallèlement, le médiateur de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura était attendu hier à Damas et entend mettre en oeuvre au plus vite sa proposition de cessez-le-feu localisé à Alep, principale ville septentrionale du pays, selon son entourage. Depuis vendredi soir, à une cinquantaine de km au sud-ouest de Damas, l'armée aidée du Hezbollah libanais, des conseillers des Gardiens de la révolution iraniens et des miliciens chiites irakiens s'affronte à des factions rebelles et des jihadistes du Front al-Nosra, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (Osdh, basé en Grande Bretagne). «Les forces pro-régime ont avancé et pris trois villages et plusieurs collines dans la province de Deraa, avec le soutien de l'aviation» syrienne, a précisé l'Osdh. Les combats, qui ont fait sept morts parmi les rebelles, ont lieu dans un triangle où se rejoignent les provinces de Damas, de Qouneitra et de Deraâ. L'objectif est d'arriver jusqu'à la ligne d'armistice avec Israël sur le plateau du Golan, dont une partie est occupée par l'Etat hébreu, et de couper la route aux rebelles et au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al Qaîda, se rendant du sud vers Damas. Pour cela l'armée syrienne et le Hezbollah avancent d'est en ouest, après avoir suspendu leur offensive à cause de la neige. L'agence syrienne Sana a confirmé la prise de collines stratégiques dans le secteur. Selon des habitants, l'offensive a surpris les rebelles dont beaucoup sont morts ou ont fui. Les rebelles et al-Nosra, qui contrôlent une bande de territoire le long de la frontière jordanienne, avaient progressé dans les provinces du sud, importantes car elles sont proches de Damas, de la Jordanie et du Golan occupé par Israël.
Alors que dans le sud rebelles et al-Nosra combattent côte à côté, la situation est différente dans le nord. Près d'Alep, al-Nosra a ainsi chassé les rebelles syriens de la base militaire 46, à l'issue de combats ayant fait 29 morts dans les rangs du groupe rebelle syrien Hazem et six dans ceux d'al-Nosra, a affirmé l'Osdh. La base avait été prise en novembre 2012 par les rebelles qui en avaient chassé les troupes syriennes et y avaient saisi des missiles sol-air. Al-Nosra est formé de combattants syriens et étrangers. Hazem est considéré comme un groupe rebelle «modéré» par les Occidentaux par opposition aux jihadistes ultraradicaux. Il fut le premier groupe à recevoir, en 2014, des missiles antichars TOW de pays occidentaux. Le Front al-Nosra cherche à reprendre des localités ou camps militaires aux rebelles dans les régions d'Alep et d'Idleb (nord-ouest) et a créer un «émirat» islamique en Syrie.
Déclenché le 15 mars 2011, le conflit en Syrie oppose le régime à des déserteurs aidés par des mercenaires et des jihadistes venus pour la plupart de l'étranger. Il s'est complexifié avec les combats entre rebelles syriens et jihadistes devenus ennemis, même si tous deux continuent à combattre le régime de Damas.
Néanmoins la rapide montée en puissance en 2013 d'un des groupes jihadistes, l'organisation de l'Etat islamique (EI), qui s'est emparé de vastes régions dans le nord-est, a éclipsé la rébellion contre le régime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.