La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Différences
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2015

Ce qui différencie la politique d'un pays développé de celle d'un pays du Sud, c'est, bien sûr, avant tout, son sérieux et sa durée dans le temps. Quand un projet mûrement réfléchi, pensé, soupesé, discuté et soumis à l'avis des experts comme à la volonté des élus, il est mis en chantier. Comme la démocratie l'exige, il y aura toujours dans les travées de l'opposition, des voix scandalisées qui dénonceront ledit projet et qui révèleront, à l'opinion publique, les intérêts politico-financiers qui sous-tendent l'entreprise. Il y en a même qui ne manqueront pas de citer, chiffres et noms à l'appui, les heureux bénéficiaires qui récolteront les dividendes. Quoi qu'il en soit, si le projet est viable, il passera, mais s'il présente des risques, des dangers ou tout simplement s'il présente plus d'inconvénients que d'avantages, il sera vite abandonné et ses promoteurs seront vite appelés à d'autres fonctions beaucoup plus discrètes, en attendant que le fiasco de l'opération soit oublié.
C'est cela la démocratie. Elle a un prix. Récemment, à une émission radio consacrée aux dangers du tabagisme, un ancien ministre, toubib de son état, dénonçait avec véhémence la non-application des lois dans ce pays: «Les lois existent, elles sont parfaites, mais les appliquer est une autre affaire», disait-il à peu près. Il faut, au passage, applaudir le courage de ce ministre qui a mis implicitement en relief l'inanité de tous les exécutifs qui se sont succédé depuis quatre décennies. C'est bien beau de voter des lois pour protéger l'enfant mineur, la femme, la veuve, l'orphelin, le consommateur qui est aussi le payeur, le contribuable, le résident, le voyageur, l'automobiliste, le piéton, l'environnement...mais aussi, il faut que l'appareil administratif mis en place pour faire appliquer ces lois (sans exception, bien sûr et sans dérogation, bien entendu!) joue son rôle. Du chef du gouvernement jusqu'au garde champêtre, en passant par le wali et l'agent de police qui règle la circulation, tous doivent jouer pleinement leur rôle dans la défense des intérêts des citoyens et, par conséquent, dans l'intérêt de la nation. Quand dans un système, un seul de ces facteurs ferme l'oeil pour permettre à un copain, à un coquin, à un partisan d'enfreindre la loi pour se remplir les poches, c'est toute une série de clins d'oeil qui vont se succéder du sommet jusqu'à la base ou vice versa. Et c'est ainsi qu'un beau jour, la société se réveille avec une corruption qui lui gangrène le corps jusqu'au cerveau. Alors, on a beau organiser des journées contre le tabagisme, pour la protection de l'enfant, pour la célébration de la femme, ou pour planter des arbres, la réalité du terrain en dehors des grands boulevards et des zones protégées, jure avec le discours officiel. A quoi bon ravaler des façades quand l'immeuble est miné de l'intérieur? A quoi bon une journée contre le tabagisme si des enfants mineurs vendent à la porte des établissements scolaires, cigarettes, pétards et pétards. C'est cela la politique du trompe-l'oeil, tout en faux-semblants! Ce qui sépare un pays sous-développé d'un pays développé, c'est le nombre d'affaires concernant les marchés frauduleux qui atterrissent sur le bureau du juge et c'est aussi le nombre d'affaires d'enrichissements illicites qui ne trouvent pas de terrain d'atterrissage, car le terrain est miné de partout.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.