La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liberté et libertés
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2015

«C'est le bulletin de vote ou la balle, la liberté ou la mort, la liberté pour tous ou la liberté pour personne.» Malcom X
On peut dire qu'Internet constitue un grand progrès dans le domaine de l'expression démocratique, même si quelquefois, il y a ici et là des abus. Je m'explique: avant, les débats concernant les questions sociales et culturelles étaient menées dans des cercles spécialisés par des groupes restreints alors qu'à présent les internautes s'invitent dans les débats ou bien participent pleinement quant on leur demande leur avis. C'est à propos de la campagne menée par une association pour la francophonie et à laquelle a participé le grand linguiste français Alain Rey que le phénomène de démocratisation s'est imposé: il s'agissait pour les internautes de voter pour désigner les mots de l'année. Il y a une décennie ou plus, c'étaient les spécialistes de la presse ou bien de vigilants statisticiens qui auraient épinglé les mots occupant le plus l'esprit des citoyens, aujourd'hui c'est la Toile qui a tranché pour dire que la liberté d'expression et la laïcité sont les mots qui préoccupent le plus les Français et, au-delà, les francophones. Ces mots sont éloquents sur l'état d'esprit des citoyens d'un pays où les mots «Liberté, Egalité, Fraternité» sont inscrits au fronton de tous les édifices officiels et où la publication et la diffusion d'opinions ne sont pas soumises à des autorisations préalables. Mais voilà où le bât blesse: la liberté d'expression existe-t-elle vraiment au pays d'Hugo et de Zola? Elle existe si on en juge par le nombre impressionnant d'oeuvres écrites et filmées qui paraissent chaque année: cette liberté tranche singulièrement avec l'aridité culturelle qui sévit dans les pays du Sud. Et cette aridité n'est pas toujours liée à des questions d'ordre économique, puisque ces pays à façade démocratique peuvent en même temps, gaspiller des fortunes dans des opérations de prestige et étrangler par ailleurs celui qui dit que le ciel est gris quand il pleut des cordes. C'est que la censure n'est pas la même selon qu'on soit au Nord ou au Sud.
En France, la censure souveraine prend des gants particuliers. Ces gants s'appellent: incitation à la haine, apologie du terrorisme, négationnisme... Bien sûr, les lois qui désignent ces délits faits sur mesure pour empêcher certains damnés de la terre de dire des vérités qui rouvrent certaines cicatrices, ont été proposées par des hommes respectables et votées par des élus représentatifs... Bien sûr, ces lois ne privent de la parole qu'une certaine frange de la population: celle qui a été colonisée deux fois, une fois en Afrique et une fois en France. Mais ces lois ne partent que d'axiomes dictés par les lobbies dominants: comment peut-on parler d'incitation à la haine quand on critique un pays fondé par une colonisation féroce basée sur des principes religieux? Comment peut-on parler de terrorisme quand les armées de l'Otan s'invitent dans des pays souverains qui ne leur ont jamais fait appel? Comment peut-on parler de négationnisme quand des chiffres se rapportant à des faits historiques sont encore en débat et qu'aucune vérité historique n'est éternelle. Si les lois ne suffisent pas pour restreindre la liberté d'expression au pays de Marat et de Robespierre, il y a les milices sionistes, les milieux financiers et les partisans d'un certain ordre public pour interdire ou empêcher les spectacles de Dieudonné et les conférences d'Alain Soral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.