Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Manchester United: Cavani officiellement prolongé    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La criminalité régresse à Annaba
LES SERVICES DE SECURITE SUR TOUS LES FRONTS
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2015

La wilaya d'Annaba semble retrouver peu à peu sa sérénité lentement mais sûrement, au vu non seulement des efforts déployés par tous les services de la sûreté de wilaya, mais aussi des moyens matériels sur lesquels cette institution sécuritaire ne lésine pas.
En effet, c'est dans cette optique qu'est redoré le blason de la wilaya d'Annaba placée pendant plus de deux décennies sur le podium des villes dangereuses de par l'insécurité, que la sûreté de wilaya, tous services confondus, la Bmpj notamment, a tenu à relever un défi et non des moindres, la lutte implacable contre les différents foyers de la criminalité sous toutes ses formes. Ainsi, soucieuses de préserver les personnes et leurs biens des actes criminels, les forces de police de la sûreté de la wilaya d'Annaba affichent un déploiement quotidien tant dans le centre-ville du chef-lieu de la commune, que dans les quartiers et zones chaudes. Une présence à laquelle la population annabie n'est pas restée indifférente. Une situation qui semble réveiller des gestes d'antan que l'on croyait perdus pour une population réputée pour sa solidarité à tous les égards. C'est dire que le N° 15 /48 mis par la Dgsn à la disposition des populations a contribué, pour beaucoup, dans des centaines d'agressions, atteintes contre les biens des personnes mais surtout informer sur les trafics de narcotrafiquants. Dans ce sens, et dans une rencontre avec le commissaire de la brigade mobile de la police judiciaire relevant de la sûreté de wilaya d'Annaba, M. Yazid Boubekri, nous apprenons que deux réseaux régionaux ont été démantelés. «Nous avons agi sur la base d'informations faisant état de l'activité douteuse d'individus qui se sont avérés, après plusieurs jours d'investigations, être des narcotrafiquants», a fait savoir notre interlocuteur. Dans ce sillage, les services de la Bmpj d'Annaba sont parvenus à démanteler, lors de deux opérations de pointe, deux réseaux de trafiquants de stupéfiants, comprimés hallucinogènes et cocaïne surtout. Composé de quatre individus, le premier réseau a été arrêté au niveau du boulevard Bouzered Hocine, en possession de 1 500 comprimés hallucinogènes. Le second réseau, quant à lui, composé de deux personnes qui ont été interpellées dans un véhicule utilitaire en plein centre-ville, avec en leur possession 50 comprimés hallucinogènes et une importantes quantité de cocaïne destinée à la commercialisation. Agés entre 25 et 45 ans, les narcotrafiquants ont fait l'objet d'interrogatoire par les éléments de la police judiciaire, avant d'être déférés, par-devant le magistrat instructeur près le tribunal d'Annaba qui a ordonné leur mise sous mandat de dépôt. Par ailleurs, évoquant le mode opératoire dans le transport des psychotropes, le commissaire de la Bmpj, Yazid Boubekri, nous révèle que «les réseaux de narcotrafiquants recourent au recrutement des personnes âgées et des handicapés pour le transport de leurs produits prohibés», a-t-il dit «D'ailleurs, luttant contre ce trafic, les éléments de la Bmpj et lors de quelques arrestations, ont arrêté des personnes âgées et des handicapés qui ont été recrutés par les réseaux de drogue pour le transport de cette dernière», a-t-il ajouté. Et d'expliquer: «A raison de 1000 DA et plus pour cacher le produit illicite ou son transport, la personne recrutée n'attire pas l'attention. Dans le cas contraire, soit au cas où, la personne est arrêtée, une fois présentée devant la justice, elle a un traitement, non pas de faveur, mais à part, notamment si elle est détentrice d'une carte de handicapé, prouvant son incapacité mentale, au risque de ne pas être inquiétée par la justice. Et ce sont là, les nouvelles innovations dans le mode opératoire des réseaux de narcotrafiquants», a bien expliqué le commissaire de la Bmpj. Sauf que, en dépit de la modernisation dans le trafic de drogue, les services de sécurité de la wilaya d'Annaba, semblent bien déterminés à aller jusqu'au bout de leur lutte contre le trafic de drogue et tous autres trafics de produits prohibés, cannabis, hallucinogènes et cocaïne. En outre, en marge de cette rencontre, le bilan des activités de ce service au cours des mois de septembre/octobre, confirme le recul de la criminalité à Annaba, comparativement à l'année écoulée. Ce constat est le fruit, d'une part, du programme rigoureux mis en place par ces services, ce qui leur a permis de porter des coups mortels dans différents foyers de narcotrafiquants et, d'autre part, du renforcement de ces services par 10 véhicules hautement équipés pour lutter contre toutes formes de criminalité. D'ailleurs, cela reflète les chiffres des opérations menées par les divers services de la sûreté de wilaya d'Annaba. Ainsi, de par leur présence distinguée, les vigiles de cette brigade ont enregistré durant le mois de septembre 575 affaires dont 436 élucidées. 75% des dossiers ont trouvé leur traitement en un temps record. Détaillés, ces crimes ont trait aux atteintes contre les biens avec 192 affaires élucidées à 45,31%. Les mêmes services ont enregistré 42 vols de portables dont 25 réglés. S'agissant des vols, deux voitures et trois motocycles ont été récupérés. Quant aux vols par effraction, il a été enregistré durant le mois écoulé 18 cas, dont 10 traités et 8 en cours. Il a été également récupéré 2 136 comprimés hallucinogènes de différentes marques, une quantité jugée insignifiante comparativement aux années précédentes, où les mêmes services saisissaient des quantités dépassant par moment les 4 000 unités. Cela explique le travail titanesque qu'effectuent les services de sécurité, notamment en matière de qualité et non de quantité.
Par contre, la cybercriminalité, cette nouvelle forme de criminalité, pour ne pas dire ce phénomène qui s'étend à toute la société, semble prendre des proportions inquiétantes, au vu du nombre d'affaires enregistrées, soit 42 depuis le début de l'année dont cinq durant le mois écoulé. Alors que lors del'exercice écoulé il a été retenu 29 affaires, ayant trait au chantage, escroquerie et incitation à travers ce réseau social. S'agissant du classique crime de sang, une nette régression est enregistrée pour cette année où il est fait état de six crimes, en comparaison avec 2014, qui constitue une année sanglante, avec 11 crimes dont deux durant le mois sacré. Toutefois, il est signalé que la régression de la criminalité dans la wilaya d'Annaba est le fruit des efforts fournis par les services de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.