Plusieurs exposés ministériels au menu    "Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul    La voie à suivre pour les autres wilayas    Les opérations de rapatriement de et vers l'Algérie se multiplient    Les critiques des inspecteurs de l'Education    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    Rush sur les plages de Palm-Beach et d'El-Djamila    Plus de 1300 infractions au confinement partiel enregistrées    Distribution de 60 000 bavettes    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Venezuela revendique le territoire
L'ESSEQUIBO REVIENT À L'ORDRE DU JOUR
Publié dans L'Expression le 20 - 02 - 2016

Un «différend frontalier» ravivé par la découverte de pétrole en off-shore A la veille de l'indépendance du Guyana, le Royaume-Uni et le Venezuela signèrent, le 17 février 1966, le Traité de Genève à l'ONU, par lequel ils ont convenu de la création d'une commission mixte chargée de trouver en quatre ans une solution au litige territorial au sujet de la région de l'Essequibo, qui les oppose et dont le Venezuela réclame la souveraineté, fondée sur ce même traité. A l'occasion du 50e anniversaire de la signature de ce traité, l'ambassade de la République bolivarienne du Venezuela à Alger a organisé jeudi dernier un colloque afin d'informer à propos de la controverse territoriale, héritée du colonialisme britannique, qui oppose ce pays à la République coopérative du Guyana au sujet de la région de l'Essequibo.
Le colloque était animé par Madame Yurlen Rondon, première secrétaire à l'ambassade qui a développé, devant un parterre d'étudiants et journalistes, les positions de son pays devant ce litige séculaire. Ce territoire, d'une superficie de 159 500 km2, a été incorporé à la République coopérative du Guyana dont il représente 62% de la superficie totale. Une autre revendication territoriale émane de l'Etat voisin du Surinam réclamant une zone au sud-est du Guyana ex-britannique qui compose environ le tiers sud-est de la région. Des procédures ont été mises en place, dans le cadre de l'accord de Genève, afin de trouver une solution par des «voies d'application pacifiques» de cette «victoire diplomatique» sur le droit (reconnu) du Venezuela sur la «Guyana Essequiba».
Le Venezuela estime que le scénario idéal, pour régler ce problème, réside dans un accord par voie «amiable, pratique et légale» dans la stricte conformité du Traité de Genève de 1966. Vinrent récemment, au grand dam de Caracas, les appétences des grands trusts pétroliers, Exxon Mobil, en l'occurrence, qui n'affiche aucun scrupule quant à l'exploitation ou à l'exploration illégales de ressources pétrolières dans les eaux territoriales de l'Essequibo, un territoire en litige, ou occupé à l'instar de ceux du Sahara occidental ou de Palestine dont les richesses continuent à être lapidées illégalement par leurs occupants.
La chancelière Delcy Rodriguez a déclaré en 2015 qu'une communication, demandant le gel immédiat de ces activités, avait été envoyée à Exxon Mobil. Le Venezuela a ainsi exhorté de façon «formelle et catégorique» cette transnationale d'éviter toute incursion dans cet espace maritime. L'Essequibo recèle des «trésors» minéraux, allant du pétrole à l'or en passant par les diamants, l'aluminium ou encore le coltan, un minéral qui sert à fabriquer des pièces d'avion, de fusées, des outils de précision, mais surtout des objets de consommation très courante et des condensateurs pour les ordinateurs et les téléphones portables. Ainsi, l'ambition d'Exxon change désormais la donne dans cet espace maritime convoité. Elle a en effet entrepris des recherches exploratrices de pétrole off shore à 200 km de la côte atlantique de ce pays sur une zone de 26.800 km2.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.