Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Venezuela revendique le territoire
L'ESSEQUIBO REVIENT À L'ORDRE DU JOUR
Publié dans L'Expression le 20 - 02 - 2016

Un «différend frontalier» ravivé par la découverte de pétrole en off-shore A la veille de l'indépendance du Guyana, le Royaume-Uni et le Venezuela signèrent, le 17 février 1966, le Traité de Genève à l'ONU, par lequel ils ont convenu de la création d'une commission mixte chargée de trouver en quatre ans une solution au litige territorial au sujet de la région de l'Essequibo, qui les oppose et dont le Venezuela réclame la souveraineté, fondée sur ce même traité. A l'occasion du 50e anniversaire de la signature de ce traité, l'ambassade de la République bolivarienne du Venezuela à Alger a organisé jeudi dernier un colloque afin d'informer à propos de la controverse territoriale, héritée du colonialisme britannique, qui oppose ce pays à la République coopérative du Guyana au sujet de la région de l'Essequibo.
Le colloque était animé par Madame Yurlen Rondon, première secrétaire à l'ambassade qui a développé, devant un parterre d'étudiants et journalistes, les positions de son pays devant ce litige séculaire. Ce territoire, d'une superficie de 159 500 km2, a été incorporé à la République coopérative du Guyana dont il représente 62% de la superficie totale. Une autre revendication territoriale émane de l'Etat voisin du Surinam réclamant une zone au sud-est du Guyana ex-britannique qui compose environ le tiers sud-est de la région. Des procédures ont été mises en place, dans le cadre de l'accord de Genève, afin de trouver une solution par des «voies d'application pacifiques» de cette «victoire diplomatique» sur le droit (reconnu) du Venezuela sur la «Guyana Essequiba».
Le Venezuela estime que le scénario idéal, pour régler ce problème, réside dans un accord par voie «amiable, pratique et légale» dans la stricte conformité du Traité de Genève de 1966. Vinrent récemment, au grand dam de Caracas, les appétences des grands trusts pétroliers, Exxon Mobil, en l'occurrence, qui n'affiche aucun scrupule quant à l'exploitation ou à l'exploration illégales de ressources pétrolières dans les eaux territoriales de l'Essequibo, un territoire en litige, ou occupé à l'instar de ceux du Sahara occidental ou de Palestine dont les richesses continuent à être lapidées illégalement par leurs occupants.
La chancelière Delcy Rodriguez a déclaré en 2015 qu'une communication, demandant le gel immédiat de ces activités, avait été envoyée à Exxon Mobil. Le Venezuela a ainsi exhorté de façon «formelle et catégorique» cette transnationale d'éviter toute incursion dans cet espace maritime. L'Essequibo recèle des «trésors» minéraux, allant du pétrole à l'or en passant par les diamants, l'aluminium ou encore le coltan, un minéral qui sert à fabriquer des pièces d'avion, de fusées, des outils de précision, mais surtout des objets de consommation très courante et des condensateurs pour les ordinateurs et les téléphones portables. Ainsi, l'ambition d'Exxon change désormais la donne dans cet espace maritime convoité. Elle a en effet entrepris des recherches exploratrices de pétrole off shore à 200 km de la côte atlantique de ce pays sur une zone de 26.800 km2.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.