La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On restaure la ville antique
TIGZIRT
Publié dans L'Expression le 10 - 01 - 2005

Les vestiges historiques de l'antique ville de Tigzirt (Iomnium), viennent de bénéficier de deux programmes de restauration.
Fortement touchés par le séisme du 21 mai 2002, les vestiges historiques de l'antique ville de Tigzirt (Iomnium), viennent de bénéficier de deux programmes de restauration à la grande satisfaction des membres de l'antenne archéologique de Tigzirt. L'enveloppe financière en question, et dont nous ignorons le montant, a été octroyée par l'Agence nationale d'archéologie et de protection des sites et monuments historiques (Anapsh) qui dépend du ministère de la Culture, et ce, au lendemain de la constatation des dégâts occasionnés par le fort séisme, dont l'épicentre se situe à un peu plus de 100 km de la région de Tigzirt. De nombreux sites sont à réhabiliter, notamment le mausolée de Taksebt qui s'est totalement effondré. La restauration requiert deux importantes phases. Il s'agit de la restauration des sites proprement dite et une autre opération de fouilles. La région recèle de véritables trésors archéologiques qui ne sont toujours pas explorés.
Cette région, témoin d'une époque lointaine, mérite beaucoup plus d'intérêt de la part des responsables concernés pour sauver ce qui reste de la ville antique qui risque de disparaître petit à petit. D'ailleurs, aujourd'hui, il ne subsiste qu'environ 20% de l'antique Iomnium. La ville de Tigzirt - village français - a été construite à l'époque coloniale sur le site archéologique lui-même, environ 80% de son territoire. Des colonnes et autres stèles sont même utilisées pour décorer les devantures des habitations et elles sont visibles jusqu'à nos jours. En somme, nous avons assisté à une dilapidation en règle de tout ce patrimoine qui est d'une richesse inestimable. Face à la dégradation continue du site antique et faute de moyens, surtout financiers, l'antenne locale d'archéologie, en collaboration avec les autorités locales, n'a réussi qu'à lancer des travaux rudimentaires consistant en le désherbage et de cycliques campagnes de sensibilisation pour sauver ce qui reste. Il est à noter que la réalisation du port de pêche a engendré la disparition pure et simple d'un autre site enfoui sous les sables de la petite plage.
Ces deux programmes de restauration, attendus avec impatience, bien qu'il soient au-dessous des aspirations des responsables, pourront au moins sauver ce qui reste des vestiges fragilisés par le temps, les caprices de la nature et l'abandon des hommes. Au-delà des opérations de réhabilitation, les concernés espèrent aussi le lancement de campagnes de fouilles. De nombreux mystères sont à mettre à «nu» et ce que la ville cache dans ses entrailles est en mesure d'étonner plus d'un.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.