Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    Kamel Rezig s'en prend à la mafia du commerce    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    Accidents de la route: 6 morts et 40 blessés en 48 heures    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Blida: Un mort dans une collision    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réserves du professeur Chitour
TRANSITION ET MODÈLE ENERGETIQUES EN ALGERIE
Publié dans L'Expression le 17 - 04 - 2016


Un regard d'expert
«Le gouvernement n'est pas en train,du moins, pour le moment, de fournir de gros efforts pour tenir ses engagements», a fait observer le professeur.
Universitaire et libre de ses opinions, le professeur émérite à l'Ecole polytechnique Chems Eddine Chitour, n'a pas ménagé le gouvernement algérien. «Le gouvernement algérien est en train d'aborder le sujet de développement durable uniquement d'un seul oeil, et il n'y a pour l'instant que le ministère de l'Energie qui s'occupe de cette question», a-t-il déclaré hier, lors des 20es Journées nationales de l'énergie, organisées au siège de la Sonatrach à Alger.
«Le gouvernement, qui a signé des engagements récemment à l'occasion de la COP 21, n'est pas en train du moins, pour le moment, de fournir de grands efforts pour tenir ses engagements», a ajouté le professeur Chitour qui a choisi pour thème à sa conférence «Transition énergétique et développement humain durable: un Snat ambitieux pour le Sud».
Il est revenu longuement sur la nécessité d'adopter un nouveau modèle de vie en matière de consommation rationnelle des énergies afin d'assurer un avenir serein pour la planète. Ce modèle doit être respecté aussi bien par les citoyens que les gouvernements.
Selon le conférencier, pour atteindre les objectifs tracés lors de la COP 21, il faut, précise M.Chitour, l'implication de tous les secteurs à des degrés bien entendu divers. Le ministère du Commerce est appelé à arrêter l'importation des équipements énergivores.
Celui des Ressources en eau doit trouver des solutions pour l'instauration d'une politique rigoureuse de la gestion des ressources en eau.
Les ministres de l'éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle doivent former via les programmes enseignés l'écocitoyen de demain.
Le ministre des Transports doit mettre en urgence les mécanismes nécessaires pour favoriser le rail électrique. Revenant au rôle du citoyen, le professeur Chitour affirme que la société moderne de par son niveau élevé d'instruction n'a pas besoin des mesures coercitives pour appliquer, mais plutôt d'explications pédagogiques des enjeux qui risquent de se poser, indiquant au passage que les sociétés modernes n'ont pour modèle à suivre que leurs gouvernements.
De son côté, le professeur Abdelhak Lamiri a mis l'accent lors de sa communication sur la formation du facteur humain, en l'initiant très tôt dans les institutions éducatives à la discipline du management. Celle-ci sera capable par la suite, ajoute M.Lamiri, d'apprendre à l'humain comment se comporter sagement avec les ressources naturelles et luter contre le gaspillage sous toutes ses formes.
Quant aux autres conférenciers, ils se sont tous mis d'accord sur un point, à savoir interpeller le gouvernement sur la nécessité de réfléchir à la manière de trouver une autre alternative aux énergies fossilles.
Pour ces derniers, l'Algérie est un pays vierge en matière d'utilisation de beaucoup d'énergies renouvelables. Le professeur Toudert Ahmed Zaïd, de l'Ecole polytechnique, a souligné que l'Algérie peut beaucoup bénéficier en utilisant les déchets fermiers, agricoles et forestiers pour la fabrication de l'énergie.
Le développement de ces techniques de récupération a aidé beaucoup de pays, affirme le professeur, à se passer des énergies fossiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.