CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réserves du professeur Chitour
TRANSITION ET MODÈLE ENERGETIQUES EN ALGERIE
Publié dans L'Expression le 17 - 04 - 2016


Un regard d'expert
«Le gouvernement n'est pas en train,du moins, pour le moment, de fournir de gros efforts pour tenir ses engagements», a fait observer le professeur.
Universitaire et libre de ses opinions, le professeur émérite à l'Ecole polytechnique Chems Eddine Chitour, n'a pas ménagé le gouvernement algérien. «Le gouvernement algérien est en train d'aborder le sujet de développement durable uniquement d'un seul oeil, et il n'y a pour l'instant que le ministère de l'Energie qui s'occupe de cette question», a-t-il déclaré hier, lors des 20es Journées nationales de l'énergie, organisées au siège de la Sonatrach à Alger.
«Le gouvernement, qui a signé des engagements récemment à l'occasion de la COP 21, n'est pas en train du moins, pour le moment, de fournir de grands efforts pour tenir ses engagements», a ajouté le professeur Chitour qui a choisi pour thème à sa conférence «Transition énergétique et développement humain durable: un Snat ambitieux pour le Sud».
Il est revenu longuement sur la nécessité d'adopter un nouveau modèle de vie en matière de consommation rationnelle des énergies afin d'assurer un avenir serein pour la planète. Ce modèle doit être respecté aussi bien par les citoyens que les gouvernements.
Selon le conférencier, pour atteindre les objectifs tracés lors de la COP 21, il faut, précise M.Chitour, l'implication de tous les secteurs à des degrés bien entendu divers. Le ministère du Commerce est appelé à arrêter l'importation des équipements énergivores.
Celui des Ressources en eau doit trouver des solutions pour l'instauration d'une politique rigoureuse de la gestion des ressources en eau.
Les ministres de l'éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle doivent former via les programmes enseignés l'écocitoyen de demain.
Le ministre des Transports doit mettre en urgence les mécanismes nécessaires pour favoriser le rail électrique. Revenant au rôle du citoyen, le professeur Chitour affirme que la société moderne de par son niveau élevé d'instruction n'a pas besoin des mesures coercitives pour appliquer, mais plutôt d'explications pédagogiques des enjeux qui risquent de se poser, indiquant au passage que les sociétés modernes n'ont pour modèle à suivre que leurs gouvernements.
De son côté, le professeur Abdelhak Lamiri a mis l'accent lors de sa communication sur la formation du facteur humain, en l'initiant très tôt dans les institutions éducatives à la discipline du management. Celle-ci sera capable par la suite, ajoute M.Lamiri, d'apprendre à l'humain comment se comporter sagement avec les ressources naturelles et luter contre le gaspillage sous toutes ses formes.
Quant aux autres conférenciers, ils se sont tous mis d'accord sur un point, à savoir interpeller le gouvernement sur la nécessité de réfléchir à la manière de trouver une autre alternative aux énergies fossilles.
Pour ces derniers, l'Algérie est un pays vierge en matière d'utilisation de beaucoup d'énergies renouvelables. Le professeur Toudert Ahmed Zaïd, de l'Ecole polytechnique, a souligné que l'Algérie peut beaucoup bénéficier en utilisant les déchets fermiers, agricoles et forestiers pour la fabrication de l'énergie.
Le développement de ces techniques de récupération a aidé beaucoup de pays, affirme le professeur, à se passer des énergies fossiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.