Transavia développe son offre vers Sétif au départ de Paris Orly    Ex ministres et walis cités dans des affaires de corruption: la Cour d'Alger lève des charges et retient d'autres    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Lettre ouverte à un frère de l'Armée Nationale Populaire    Industrie pharmaceutique: appel à une production locale innovante    Rezig reçoit des experts en agriculture membres de la communauté établie au Canada    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Une expulsion et des interrogations    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Libye : retour à la case départ    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie en mal de modèle énergétique
ENVIRONNEMENT ET ECONOMIE D'ENERGIE
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2009

Pour sauver la Terre, il faut être des écocitoyens et non des égocitoyens, a plaidé le professeur Chems Eddine Chitour.
L'Algérie souffre de graves incohérences en matière de gestion de son avenir énergétique. C'est ce qu'a confié à L'Expression le professeur Chems Eddine Chitour de l'Ecole nationale polytechnique. Ce dernier s'est en effet interrogé, en marge de la 13e Journée de l'énergie organisée, hier, à Alger: «Quel est le modèle énergétique de l'Algérie de 2030?» Il a alors expliqué qu'en dépit de la bonne volonté et des initiatives de certains acteurs clés comme Sonelgaz ou l'Aprue, les efforts demeurent incohérents et n'obéissent à aucun modèle énergétique arrêté. Selon lui, les exemples illustrant cette réalité ne manquent pas, à l'instar de la construction du million de logements ou des mille kilomètres de l'autoroute
Est-Ouest. Autant d'infrastructures auxquelles ont n'a pas réellement prévu d'intégrer dans leur réalisation des dispositifs écologiques comme le chauffage à l'énergie solaire ou l'encouragement de la consommation du GPL le long du tracé autoroutier du siècle.
M.Chems Eddine Chitour, en sa qualité de directeur du laboratoire de valorisation des énergies fossiles, à l'Ecole nationale polytechnique, a surtout livré un exposé plein d'enseignements et où il a décrit une planète Terre qui s'essouffle à cause de la démesure du monde occidental. Ce dernier a fait «accuser» à l'humanité une énorme dette écologique. C'est donc dans un langage presque alter-mondialiste que l'orateur a dénoncé la schizophrénie des pays les plus nantis, lesquels plaident pour une diminution des gaz à effet de serre tout en étant les plus pollueurs. Néanmoins, le conférencier a évoqué l'émergence d'une nouvelle conscience écologique universelle en affirmant que «l'espoir est permis avec Obama!» dont l'ère annonce la relance des énergies renouvelables. A coup de calculs scientifiques et d'études prospectives, le rapport du polytechnicien a dressé un scénario où il fait ressortir que la planète Terre verra, dans tous les cas de figure, un réchauffement climatique. Ce dernier aura pour corollaire un stress hydrique qui s'étendra du Maghreb à l'Arabie Saoudite. Seule alternative à ce tableau-catastrophe, l'économie d'énergie et des ressources hydriques, mais surtout l'avènement du nouveau concept qu'est l'écocitoyenneté, soit un choix économique et social qui garantira le développement durable car charriant de nouveaux principes, notamment une nouvelle gouvernance, un commerce équitable, l'option pour une économie verte, la responsabilité et son principe de pollueur payeur, de même que l'instauration du respect des différentes cultures du monde et où le durable passera avant l'éphémère. Ce concept inédit se voudra également un choix de société qui rompra avec le mode de consommation effrénée et où la solidarité ne sera pas un vain mot.
On rappelle que la Journée nationale de l'énergie a d'abord pris naissance à l'Ecole nationale polytechnique et a fini par s'externaliser au bout d'une vingtaine d'années. Cette même école dispose de plus de 160 enseignants qui sont tous de rang magistral. Ont participé à cette 13e Journée de l'énergie M.Nouredine Bouterfa, président-directeur général de Sonelgaz, le professeur Ghania Nezzal et Faycal Abbas, secrétaire général au ministère de l'Energie et des Mines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.