Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie en mal de modèle énergétique
ENVIRONNEMENT ET ECONOMIE D'ENERGIE
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2009

Pour sauver la Terre, il faut être des écocitoyens et non des égocitoyens, a plaidé le professeur Chems Eddine Chitour.
L'Algérie souffre de graves incohérences en matière de gestion de son avenir énergétique. C'est ce qu'a confié à L'Expression le professeur Chems Eddine Chitour de l'Ecole nationale polytechnique. Ce dernier s'est en effet interrogé, en marge de la 13e Journée de l'énergie organisée, hier, à Alger: «Quel est le modèle énergétique de l'Algérie de 2030?» Il a alors expliqué qu'en dépit de la bonne volonté et des initiatives de certains acteurs clés comme Sonelgaz ou l'Aprue, les efforts demeurent incohérents et n'obéissent à aucun modèle énergétique arrêté. Selon lui, les exemples illustrant cette réalité ne manquent pas, à l'instar de la construction du million de logements ou des mille kilomètres de l'autoroute
Est-Ouest. Autant d'infrastructures auxquelles ont n'a pas réellement prévu d'intégrer dans leur réalisation des dispositifs écologiques comme le chauffage à l'énergie solaire ou l'encouragement de la consommation du GPL le long du tracé autoroutier du siècle.
M.Chems Eddine Chitour, en sa qualité de directeur du laboratoire de valorisation des énergies fossiles, à l'Ecole nationale polytechnique, a surtout livré un exposé plein d'enseignements et où il a décrit une planète Terre qui s'essouffle à cause de la démesure du monde occidental. Ce dernier a fait «accuser» à l'humanité une énorme dette écologique. C'est donc dans un langage presque alter-mondialiste que l'orateur a dénoncé la schizophrénie des pays les plus nantis, lesquels plaident pour une diminution des gaz à effet de serre tout en étant les plus pollueurs. Néanmoins, le conférencier a évoqué l'émergence d'une nouvelle conscience écologique universelle en affirmant que «l'espoir est permis avec Obama!» dont l'ère annonce la relance des énergies renouvelables. A coup de calculs scientifiques et d'études prospectives, le rapport du polytechnicien a dressé un scénario où il fait ressortir que la planète Terre verra, dans tous les cas de figure, un réchauffement climatique. Ce dernier aura pour corollaire un stress hydrique qui s'étendra du Maghreb à l'Arabie Saoudite. Seule alternative à ce tableau-catastrophe, l'économie d'énergie et des ressources hydriques, mais surtout l'avènement du nouveau concept qu'est l'écocitoyenneté, soit un choix économique et social qui garantira le développement durable car charriant de nouveaux principes, notamment une nouvelle gouvernance, un commerce équitable, l'option pour une économie verte, la responsabilité et son principe de pollueur payeur, de même que l'instauration du respect des différentes cultures du monde et où le durable passera avant l'éphémère. Ce concept inédit se voudra également un choix de société qui rompra avec le mode de consommation effrénée et où la solidarité ne sera pas un vain mot.
On rappelle que la Journée nationale de l'énergie a d'abord pris naissance à l'Ecole nationale polytechnique et a fini par s'externaliser au bout d'une vingtaine d'années. Cette même école dispose de plus de 160 enseignants qui sont tous de rang magistral. Ont participé à cette 13e Journée de l'énergie M.Nouredine Bouterfa, président-directeur général de Sonelgaz, le professeur Ghania Nezzal et Faycal Abbas, secrétaire général au ministère de l'Energie et des Mines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.