Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au coeur du procès d'un jihadiste à la CPI
DESTRUCTION DE MAUSOLEES DE TOMBOUCTOU
Publié dans L'Expression le 20 - 08 - 2016

Les mausolées de Tombouctou au Mali, partie du patrimoine de l'humanité, ont été partiellement détruits entre le 30 juin et le 11 juillet 2012 par des jihadistes
Les experts espèrent que le procès délivrera un message fort contre la destruction de biens culturels, alors que 55 sites sont officiellement classés «en danger» à travers le monde.
C'est un procès inédit qui doit s'ouvrir Lundi devant la Cour pénale inter-nationale (CPI): un jihadiste malien présumé a prévu de plaider coupable de la destruction de mausolées classés au Patrimoine mondial de l'humanité à Tombouctou. Sur cette triste liste se trouvent notamment la vallée de Bamiyan (Afghanistan), dont les bouddhas avaient été détruits en 2001 par les taliban, et la cité antique de Palmyre (Syrie), partiellement détruite et pillée par les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI). Des dunes du Sahara à celles de la mer du Nord, au pied desquelles se dresse la CPI, le Touareg Ahmad Al Faqi Al Mahdi est accusé d'avoir «dirigé intentionnellement des attaques» contre neuf des mausolées de Tombouctou et contre la porte de la mosquée Sidi Yahia entre le 30 juin et le 11 juillet 2012. Il devrait être la première personne à reconnaître sa culpabilité dans l'histoire de la Cour et est le premier accusé à répondre de crimes de guerre pour destruction de patrimoine culturel.
Cet acte est «devenu une tactique de guerre pour disséminer la peur et la haine», a écrit récemment la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, dans le magazine en ligne International Criminal Justice Today. Ces attaques ont pour but de «réduire en lambeaux le tissu même de la société», a-t-elle ajouté, soulignant qu'il est «essentiel» que ces crimes ne restent pas impunis. Ahmad Al Faqi Al Mahdi est le premier jihadiste présumé à comparaître devant la justice internationale et le premier à répondre de crimes commis pendant le conflit malien. L'accusation affirme que cet homme aux petites lunettes, né vers 1975, était un membre d'Ansar Dine, qui fait partie des groupes jihadistes liés à Al Qaîda qui ont contrôlé le nord du Mali pendant environ dix mois en 2012, avant d'être en grande partie chassés par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013. En tant que chef de la Hisbah, la brigade islamique des moeurs, il aurait ordonné et participé aux attaques contre les mausolées, détruits à coups de pioche, de houe et de burin. Le site a depuis été reconstruit mais pour la procureure Fatou Bensouda, l'enjeu des procédures «va plus loin que des pierres et des murs». Les personnages vénérés enterrés dans les mausolées valent à Tombouctou son surnom de «Cité des 333 saints» qui, selon des experts maliens de l'islam, sont considérés comme les protecteurs de la ville, susceptibles d'être sollicités pour des mariages, pour implorer la pluie ou lutter contre la disette... Ce sont ces rites, contraires à leur vision rigoriste de l'islam, que les jihadistes ont tenté d'éradiquer, avant d'en venir à la destruction des mausolées, selon l'accusation. Les attaques avaient pour cibles «la dignité et l'identité de populations entières ainsi que leurs racines religieuses et historiques», assure Fatou Bensouda. Fondée à partir du Ve siècle par des tribus touareg, tirant sa prospérité du commerce caravanier, Tombouctou est devenue un grand centre intellectuel de l'islam et a connu son apogée au XVe siècle. L'accusé veut plaider coupable car il est, assure son avocat Mohamed Aouini, «un musulman qui croit en la justice». Il veut également «demander pardon aux habitants de Tombouctou et au peuple malien». Tout en se félicitant de la tenue de ce procès pour destruction de patrimoine culturel, des ONG ont regretté l'absence d'autres chefs d'accusation, notamment pour les violences sexuelles perpétrées au cours du conflit dans le nord du Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.