La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au coeur du procès d'un jihadiste à la CPI
DESTRUCTION DE MAUSOLEES DE TOMBOUCTOU
Publié dans L'Expression le 20 - 08 - 2016

Les mausolées de Tombouctou au Mali, partie du patrimoine de l'humanité, ont été partiellement détruits entre le 30 juin et le 11 juillet 2012 par des jihadistes
Les experts espèrent que le procès délivrera un message fort contre la destruction de biens culturels, alors que 55 sites sont officiellement classés «en danger» à travers le monde.
C'est un procès inédit qui doit s'ouvrir Lundi devant la Cour pénale inter-nationale (CPI): un jihadiste malien présumé a prévu de plaider coupable de la destruction de mausolées classés au Patrimoine mondial de l'humanité à Tombouctou. Sur cette triste liste se trouvent notamment la vallée de Bamiyan (Afghanistan), dont les bouddhas avaient été détruits en 2001 par les taliban, et la cité antique de Palmyre (Syrie), partiellement détruite et pillée par les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI). Des dunes du Sahara à celles de la mer du Nord, au pied desquelles se dresse la CPI, le Touareg Ahmad Al Faqi Al Mahdi est accusé d'avoir «dirigé intentionnellement des attaques» contre neuf des mausolées de Tombouctou et contre la porte de la mosquée Sidi Yahia entre le 30 juin et le 11 juillet 2012. Il devrait être la première personne à reconnaître sa culpabilité dans l'histoire de la Cour et est le premier accusé à répondre de crimes de guerre pour destruction de patrimoine culturel.
Cet acte est «devenu une tactique de guerre pour disséminer la peur et la haine», a écrit récemment la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, dans le magazine en ligne International Criminal Justice Today. Ces attaques ont pour but de «réduire en lambeaux le tissu même de la société», a-t-elle ajouté, soulignant qu'il est «essentiel» que ces crimes ne restent pas impunis. Ahmad Al Faqi Al Mahdi est le premier jihadiste présumé à comparaître devant la justice internationale et le premier à répondre de crimes commis pendant le conflit malien. L'accusation affirme que cet homme aux petites lunettes, né vers 1975, était un membre d'Ansar Dine, qui fait partie des groupes jihadistes liés à Al Qaîda qui ont contrôlé le nord du Mali pendant environ dix mois en 2012, avant d'être en grande partie chassés par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013. En tant que chef de la Hisbah, la brigade islamique des moeurs, il aurait ordonné et participé aux attaques contre les mausolées, détruits à coups de pioche, de houe et de burin. Le site a depuis été reconstruit mais pour la procureure Fatou Bensouda, l'enjeu des procédures «va plus loin que des pierres et des murs». Les personnages vénérés enterrés dans les mausolées valent à Tombouctou son surnom de «Cité des 333 saints» qui, selon des experts maliens de l'islam, sont considérés comme les protecteurs de la ville, susceptibles d'être sollicités pour des mariages, pour implorer la pluie ou lutter contre la disette... Ce sont ces rites, contraires à leur vision rigoriste de l'islam, que les jihadistes ont tenté d'éradiquer, avant d'en venir à la destruction des mausolées, selon l'accusation. Les attaques avaient pour cibles «la dignité et l'identité de populations entières ainsi que leurs racines religieuses et historiques», assure Fatou Bensouda. Fondée à partir du Ve siècle par des tribus touareg, tirant sa prospérité du commerce caravanier, Tombouctou est devenue un grand centre intellectuel de l'islam et a connu son apogée au XVe siècle. L'accusé veut plaider coupable car il est, assure son avocat Mohamed Aouini, «un musulman qui croit en la justice». Il veut également «demander pardon aux habitants de Tombouctou et au peuple malien». Tout en se félicitant de la tenue de ce procès pour destruction de patrimoine culturel, des ONG ont regretté l'absence d'autres chefs d'accusation, notamment pour les violences sexuelles perpétrées au cours du conflit dans le nord du Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.