Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    Compétition Hack Algeria PostCovid-19: sélection de 20 porteurs de projets innovants    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le G20 en ordre dispersé
FACE À L'IMPOPULARITE DES ACCORDS COMMERCIAUX
Publié dans L'Expression le 06 - 09 - 2016

Les 20 pays qui accaparent 85% des richesses mondiales posent pour la photo de famille
Le rythme de progression du commerce mondial s'est effondré sous la barre des 3% depuis la crise financière de 2008-2009, contre plus de 7% lors des deux décennies précédentes.
Arrêt de négociations de nouveaux traités, meilleure répartition des richesses ou mesures protectionnistes en douce: les dirigeants du G20 cherchent des pistes pour répondre à la méfiance croissante de leurs concitoyens face à la mondialisation et au libre-échange. Même si la déclaration finale du sommet de Hangzhou (est de la Chine) devait réaffirmer hier une unité de façade pour soutenir le commerce international et relancer la croissance, jamais les pays du G20 n'ont adopté autant de nouvelles mesures pour restreindre les échanges de biens et services depuis sept ans. Le rythme de progression du commerce mondial s'est effondré sous la barre des 3% depuis la crise financière de 2008-2009, contre plus de 7% lors des deux décennies précédentes. La Chine, qui accueille le sommet, est d'ailleurs accusée par l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis de créer des distorsions sur le marché mondial de l'acier en l'inondant avec sa production excédentaire colossale. «Les dirigeants du G20 ont tous reconnu à Hangzhou qu'il y avait une crise de confiance, que les gens ne voient pas les bénéfices de la mondialisation», a indiqué un responsable participant au sommet sous couvert d'anonymat. Brexit oblige, les chefs d'Etat s'efforcent désormais de rassurer leurs concitoyens à l'approche d'échéances électorales importantes, notamment en France et en Allemagne l'année prochaine. Mais le regain de réticence est surtout perceptible aux Etats-Unis où le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, mais aussi sa rivale démocrate Hillary Clinton, ont d'ores et déjà exprimé leur opposition à de futurs accords commerciaux comme celui négocié actuellement avec l'UE (TTIP ou Tafta). Si le président américain Barack Obama est arrivé à Hangzhou afin de donner un coup d'accélérateur pour boucler cet accord avec Bruxelles avant son départ de la Maison Blanche en janvier, son homologue français François Hollande a plutôt exprimé son intention d'y donner un coup de frein. «La France est pour une mondialisation, mais à condition qu'elle soit régulée, qu'il y ait des principes, des normes, notamment pour l'environnement, pour le social», a affirmé M. Hollande peu après l'atterrissage de son avion à Hangzhou. Dans les jours qui ont précédé le sommet du G20, le gouvernement français a durci sa position. Le Premier ministre Manuel Valls a exigé «un coup d'arrêt clair» dans les négociations. «Rien de nouveau sous le soleil», a toutefois répliqué le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lui aussi à Hangzhou. Il a assuré que les négociation ne seraient pas interrompues et que Bruxelles conservait son mandat pour les mener, en dépit des contestations exprimées non seulement à Paris, mais aussi à Berlin. Le ministre allemand de l'Economie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, a estimé que les discussions avaient de facto échoué car les Européens ne devaient pas céder aux exigences des Etats-Unis. La chancelière conservatrice Angela Merkel continue néanmoins de défendre le projet, dans un pays qui se rendra également aux urnes en 2017. Mais face à la poussée du parti populiste AfD, qui a remporté dimanche un succès électoral important dans une région de l'ex-RDA communiste, Mme Merkel plaide désormais pour une meilleure répartition des bénéfices des échanges commerciaux. «La mondialisation n'a pas qu'une connotation positive, elle entraîne aussi des inégalités accrues entre différents groupes, différentes populations (...) La lutte contre les inégalités est un thème important pour durablement lier croissance et justice sociale», a-t-elle affirmé lors du G20.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.