Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le G20 en ordre dispersé
FACE À L'IMPOPULARITE DES ACCORDS COMMERCIAUX
Publié dans L'Expression le 06 - 09 - 2016

Les 20 pays qui accaparent 85% des richesses mondiales posent pour la photo de famille
Le rythme de progression du commerce mondial s'est effondré sous la barre des 3% depuis la crise financière de 2008-2009, contre plus de 7% lors des deux décennies précédentes.
Arrêt de négociations de nouveaux traités, meilleure répartition des richesses ou mesures protectionnistes en douce: les dirigeants du G20 cherchent des pistes pour répondre à la méfiance croissante de leurs concitoyens face à la mondialisation et au libre-échange. Même si la déclaration finale du sommet de Hangzhou (est de la Chine) devait réaffirmer hier une unité de façade pour soutenir le commerce international et relancer la croissance, jamais les pays du G20 n'ont adopté autant de nouvelles mesures pour restreindre les échanges de biens et services depuis sept ans. Le rythme de progression du commerce mondial s'est effondré sous la barre des 3% depuis la crise financière de 2008-2009, contre plus de 7% lors des deux décennies précédentes. La Chine, qui accueille le sommet, est d'ailleurs accusée par l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis de créer des distorsions sur le marché mondial de l'acier en l'inondant avec sa production excédentaire colossale. «Les dirigeants du G20 ont tous reconnu à Hangzhou qu'il y avait une crise de confiance, que les gens ne voient pas les bénéfices de la mondialisation», a indiqué un responsable participant au sommet sous couvert d'anonymat. Brexit oblige, les chefs d'Etat s'efforcent désormais de rassurer leurs concitoyens à l'approche d'échéances électorales importantes, notamment en France et en Allemagne l'année prochaine. Mais le regain de réticence est surtout perceptible aux Etats-Unis où le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, mais aussi sa rivale démocrate Hillary Clinton, ont d'ores et déjà exprimé leur opposition à de futurs accords commerciaux comme celui négocié actuellement avec l'UE (TTIP ou Tafta). Si le président américain Barack Obama est arrivé à Hangzhou afin de donner un coup d'accélérateur pour boucler cet accord avec Bruxelles avant son départ de la Maison Blanche en janvier, son homologue français François Hollande a plutôt exprimé son intention d'y donner un coup de frein. «La France est pour une mondialisation, mais à condition qu'elle soit régulée, qu'il y ait des principes, des normes, notamment pour l'environnement, pour le social», a affirmé M. Hollande peu après l'atterrissage de son avion à Hangzhou. Dans les jours qui ont précédé le sommet du G20, le gouvernement français a durci sa position. Le Premier ministre Manuel Valls a exigé «un coup d'arrêt clair» dans les négociations. «Rien de nouveau sous le soleil», a toutefois répliqué le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lui aussi à Hangzhou. Il a assuré que les négociation ne seraient pas interrompues et que Bruxelles conservait son mandat pour les mener, en dépit des contestations exprimées non seulement à Paris, mais aussi à Berlin. Le ministre allemand de l'Economie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, a estimé que les discussions avaient de facto échoué car les Européens ne devaient pas céder aux exigences des Etats-Unis. La chancelière conservatrice Angela Merkel continue néanmoins de défendre le projet, dans un pays qui se rendra également aux urnes en 2017. Mais face à la poussée du parti populiste AfD, qui a remporté dimanche un succès électoral important dans une région de l'ex-RDA communiste, Mme Merkel plaide désormais pour une meilleure répartition des bénéfices des échanges commerciaux. «La mondialisation n'a pas qu'une connotation positive, elle entraîne aussi des inégalités accrues entre différents groupes, différentes populations (...) La lutte contre les inégalités est un thème important pour durablement lier croissance et justice sociale», a-t-elle affirmé lors du G20.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.