L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le Comité olympique est entre de bonnes mains"
MUSTAPHA BERRAF, PRESIDENT DU COA, À L'EXPRESSION
Publié dans L'Expression le 06 - 10 - 2016

Quelques semaines après les JO de Rio 2016 et toutes les polémiques qui ont marqué la scène médiatique sportive, le président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf, a accepté de nous accorder cet entretien au siège du journal pour revenir sur les différents dossiers d'actualité liés à son instance.
L'Expression: Après les derniers Jeux olympiques, le COA est l'objet de beaucoup de critiques. Peut-on parler de crise de l'olympisme algérien?
Mustapha Berraf: Pas du tout. Au COA, nous sommes très sereins. Il n'existe aucune dissension. D'ailleurs, la dernière réunion du bureau exécutif s'est déroulé dans un climat très apaisé. Et puisque vous parlez des Jeux olympiques, sachez que lors de cette réunion, le bilan de la participation algérienne a été approuvé à 100%.
Il faut que les gens sachent que le programme des athlètes algériens ne s'arrête pas aux JO. Il y a d'autres rendez-vous tout aussi importants en 2017 et 2018. A ce propos et sur proposition des membres du bureau, il a été procédé à la désignation des chefs de mission pour les Jeux méditerranéens de Tarragone 2017, à savoir Hassiba Boulmerka et pour les Jeux islamiques de Bakou 2017, en l'occurrence Nouria Benida, ainsi que Messaoud Mati chargé de diriger la délégation algérienne pour les Jeux africains de la jeunesse (Alger 2018). D'autre part, Mohamed Meridja a été désigné au poste de premier vice-président, Nouria Benida en qualité de deuxième vice-président, Nabil Sadi troisième vice-président et Rabah Bouarif quatrième vice-président. Nous avons aussi entamé la préparation des prochaines échéances. Cela pour dire que le COA n'est pas affecté par les critiques souvent infondées. Qu'en est-il du retrait de Rachid Fezouine et la démission de Amar Bouras?
Le premier cité a été tout simplement exclu du Bureau exécutif du COA suite au vote des membres de cette instance. Il y a eu 12 voix sur 13 favorables à son départ avec une abstention. J'ajoute qu'il a été exclu dans un cadre réglementaire à titre conservatoire après avoir été entendu par une commission de discipline et le Comité exécutif. Cela veut tout dire à son sujet. Quant à Bouras, il a tout simplement présenté sa démission et la respecte. C'est un monsieur qui a travaillé et qui a été loyal envers le COA et le sport algérien en général. Enfin, nous avons décidé de ne plus participer à la préparation des athlètes ni même aux sélections et la confier exclusivement aux fédérations.
Selon vous, quelles sont les raisons de ces attaques et polémiques?
Comme tout le monde le sait, 2017 est une année électorale pour le COA. Et comme certaines personnes malintentionnées ont vu que j'étais malade, ils en ont profité pour se positionner. Le problème c'est qu'ils ont versé dans l'insulte et la polémique destructrice. Il faut que ces gens-là sachent que les électeurs qui se recrutent dans le mouvement sportif connaissent bien le domaine. Ils savent que ce n'est pas par l'invective qu'on parvient à se faire respecter dans une institution aussi honorable que le COA, mais par le travail et l'abnégation.
Justement, vous sentez-vous ciblé personnellement par une campagne de dénigrement à l'approche des élections à la présidence du COA?
Non, je ne pense pas qu'on me vise à titre personnel. Quant aux élections, la voie est ouverte pour ceux qui veulent travailler. Les présidents des fédérations et les membres du COA sont d'accord pour travailler la main dans la main et loin de la confusion. Ils vont d'abord procéder à l'élection des présidents de fédérations, ensuite viendra le tour du COA. Quant à ces personnes qui veulent la tête de la pyramide du sport algérien, je leur dis que le COA est entre les mains d'hommes et femmes honorables. Maintenant, si vous voulez savoir si je suis candidat à ma propre élection, cela dépendra de mon état de santé. Pour l'heure, je me sens bien. Le scrutin aura lieu en avril 2017. On verra bien d'ici là.
Revenons aux JO de Rio. Indépendamment des polémiques qui ont émaillé cette édition, quel bilan faites-vous de la participation algérienne?
Au niveau du COA et du MJS, nous sommes solidairement responsables et nous sommes satisfaits du comportement de nos athlètes qui ont été dignes représentants de notre pays. Certes, les résultats n'ont pas été au top comme on l'avait espéré, mais dans l'ensemble, c'est encourageant. Nous avons relevé beaucoup de choses positives à l'image des huit athlètes classés dans le top 10 dans leurs disciplines respectives, les 68 athlètes qualifiés, la 62e place que nous avons obtenue et des quatre athlètes qui se sont classés cinquièmes. Après, les performances aux JO dépendent de plusieurs facteurs dont celui de l'expérience mondiale du haut niveau.
Certains athlètes ont franchi cette étape d'apprentissage tandis que d'autres ont raté leur participation. Cependant, parmi les pays arabes, nous sommes dans le top 3 des mieux classés ce qui doit servir considérablement davantage à l'avenir. Certaines personnes ont tout fait pour rendre cette participation négative par inconscience et méconnaissance du haut niveau olympique. Je veux profiter de l'occasion que vous m'offrez pour revenir sur cette polémique du budget alloué aux JO.
Le coût total de la préparation et la participation des athlètes algériens aux JO de Rio dépasse les 31 milliards après avoir actualisé les chiffres qu'on avait annoncés auparavant. Cela concerne 17 disciplines dont 13 qui ont pris part aux JO avec la préparation de 150 athlètes pour 107 opérations entre stages et compétitions préparatoires nationale et internationale. 11 milliards ont été réservés pour la préparation, 10 milliards prêtés aux fédérations, 3,5 milliards pour payer les frais de déplacement avec la compagnie nationale Air Algérie, 2,5 milliards de soutien en équipements et logistiques au Centre de préparation sportive de Souidania ainsi que son réaménagement, sans oublier le payement des salaires des entraîneurs étrangers en devises et les frais de missions à toute la délégation à Rio et les frais d'accessoires en équipements.
Tout cela est constitué de fonds de sponsoring et du Comité international olympique que nous avons remboursés une fois attribuée l'aide du MJS. Nous avons justifié ces dépenses par des factures remises à qui de droit.
Mais une fois à Alger, les accusations des athlètes Taoufik Makhloufi et Larbi Bourraâda ainsi que son coach Mahor Bacha ont concerné le chef de mission, Amar Brahmia, ainsi que le COA à propos d'une utilisation inappropriée de l'argent de l'Etat et du délaissement des athlètes. Que répondez-vous à tout cela?
Je dis que tout est clair dans l'accompagnement du COA aux fédérations pour ces JO 2016. Nous ne sommes qu'un support et ce sont les fédérations qui choisissent leurs plans de préparation avec la validation du comité de préparation des JO. Pour ce qui est de l'entraîneur de Bourraâda, depuis 1988 et a chaque Jeux olympiques, il revient à la charge et verse dans la polémique alors qu'il n'est pas propre de tout reproche.
Pour ce qui est de son athlète ainsi que Makhloufi, ce sont deux grands champions qui ont honoré le pays. Ils ont bénéficié de tous les moyens pour préparer ce rendez-vous selon le plan établi par leur fédération.
La situation de Makhloufi a été régularisée pour ce qui concerne des primes relatives à ses deux médailles. Quant à ses déclarations, je dirai qu'il faudrait mettre cela sur le dos de la frustration et qu'il a été contrarié par certaines personnes malintentionnées.
Quelle est votre réponse aux attaques contre le chef de la délégation Amar Brahmia?
J'apporte mon soutien à Brahmia par la vérité. Les étapes ont été réalisées selon les règles et les choses ont bien fonctionné dans les normes.
Quant à cette polémique sur les personnes autres que la délégation sportive qui a fait le déplacement à Rio, ces personnes-là ont payé de leurs poches et cette intention est vraiment condamnable que d'accuser les femmes des gens et de s'attaquer à leur image.
Ces actions ne sont pas à l'honneur de leurs auteurs qui ont tenté de gagner les faveurs du public par la voie de l'insulte et l'injure.
Les athlètes algériens aux Jeux paralympiques 2016 ont réussi encore une fois à honorer l'emblème national. Quel bilan faite-vous de cette participation?
Je tiens à leur rendre hommage et tout mon respect pour ces champions. Notre action a été de parrainer cette délégation dont nous sommes tous fiers et satisfaits. Ils ont encore une fois prouvé leurs valeurs et leurs talents comme à chaque participation. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a en personne ordonné au MJS de mettre à leur disposition tous les moyens à l'avenir pour réaliser d'autres performances mondiales.
Quels sont les prochains rendez-vous internationaux importants que préparent les athlètes algériens et quel sera le rôle du COA?
Pour cette année 2017, il y aura les Jeux méditerranéens de Tarragone (Espagne) du 30 juin au 9 juillet 2017, ainsi que les Jeux islamiques de Baku 2017 (Azerbaïdjan), prévus normalement au mois de mai. Ces derniers sont qualificatifs aux Jeux olympiques de la jeunesse de Buenos Aires 2018. Par la suite, ça sera le tour de la 3e édition des Jeux africains prévue en 2018 à Alger et qui constitueront un grand rendez-vous pour nos athlètes. Notre objectif sera de préparer le maximum d'athlètes pour ces échéances et viser la première place en Afrique.
Et les Jeux méditerranéens d'Oran en 2021?
Ça sera un engagement majeur pour notre pays. Les autorités locales oeuvrent pour la réussite de ce rendez-vous important. Il y a de l'enthousiasme et beaucoup de volonté de la part de toutes les instances concernées pour réussir ce challenge. Inchallah tout sera prêt bien avant 2021.
Le grand stade d'Oran devrait être réceptionné au maximum au début de l'année 2018. le comité d'organisation travaille en étroite concertation avec les services locaux et les dispositions prises ont été approuvées par le Premier ministre lui-même.
Le 10 octobre prochain, il sera question d'inaugurer le siège des JM à Oran et ensuite une réunion mixte le 2 novembre prochain entre le CIO et le Comité de préparation de ces JM pour évaluer la situation. Il sera aussi question de lancer le projet de la piscine olympique en plein centre-ville d'Oran. On a eu le terrain et les études sont terminées avec un financement mixte.
Quant au village olympique, il sera installé à la cité universitaire de Belkaid en réaménageant ses installations. Nous sommes très optimistes pour la réussite de ce grand rendez-vous pour notre pays et on compte sur la contribution de toutes les parties concernées pour atteindre l'objectif tracé.
Des clubs amateurs de basket-ball, de volley-ball et hand-ball, contestent le fameux article 6 du décret exécutif 15-74, leur interdisant de verser des indemnités à leurs joueurs. Quelle est votre position sur le sujet?
L'article 6 a été supprimé et ça sera aux fédérations de gérer leurs subventions. Quant aux clubs, ils devront continuer avec l'ancienne formule, mais ça ne pourra pas durer très longtemps. Il faudrait asseoir une politique et un plan pour recadrer la gestion des clubs en priorité.
Un mot pour conclure cet entretien?
D'abord, j'étais très heureux d'être parmi vous et je tiens à profiter de cette occasion, par le biais de votre journal, pour lancer un appel à tout le mouvement sportif pour se mettre au travail tous ensemble et aller de l'avant pour servir le sport algérien et réaliser les objectifs de chaque instance dans la transparence et la loyauté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.