Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Coup de froid diplomatique entre Moscou et Paris
LE PRESIDENT RUSSE ANNULE SA VISITE À PARIS
Publié dans L'Expression le 12 - 10 - 2016

Entre le président russe, Vladimir Poutine et le chef d'Etat français, François Hollande c'est le clash
Les tensions diplomatiques entre Paris et Moscou liées à la guerre en Syrie ont culminé hier avec l'annulation par Vladimir Poutine d'une visite prévue de longue date à Paris, en raison des conditions posées par la France.
Après plusieurs jours d'hésitations, l'Elysée a «fait savoir qu'une réunion de travail avec le président russe était possible sur la Syrie, à l'exclusion de tout autre événement pour le président de la République». Vladimir Poutine «a décidé d'annuler» son déplacement, à l'origine lié à l'inauguration d'une grande cathédrale orthodoxe, mais il reste «disposé à visiter Paris lorsque le président Hollande se sentira à l'aise» pour le voir, a déclaré à Moscou le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Au même moment, le président français disait être «prêt à tout moment à le rencontrer» pour faire avancer la paix en marge d'une réunion du Conseil de l'Europe. «Avec la Russie, le dialogue est nécessaire mais il doit être ferme et franc», a ajouté le président français devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, tout en soulignant que Paris et Moscou ont «un désaccord majeur» sur la Syrie. Ce désaccord s'est matérialisé quand la Russie a opposé son veto samedi soir aux Nations unies à une résolution française appelant à la cessation des bombardements sur Alep, et présenté un texte différent. La résolution défendue par la France appelait à la fin des raids du régime syrien et de son allié russe dans la deuxième ville de Syrie. La contre- proposition russe réclamait la cessation des hostilités, mais sans évoquer ces bombardements, qui ont fait des centaines de morts depuis le début de l'offensive contre Alep le 22 septembre. Peu avant, le président français confiait à une télévision française qu'il se «posait la question» de recevoir son homologue russe, en raison des «crimes de guerre» commis par le régime de Damas à Alep avec le soutien de l'aviation russe. «Est-ce que c'est utile? Est-ce que c'est nécessaire?», s'est interrogé le président français dans cet entretien réalisé samedi et rendu public dimanche. Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a quant à lui prévenu lundi que M. Hollande dirait des «vérités» à son homologue russe s'il se décidait à le recevoir le 19 octobre. «Si le président de la République décide que le président russe vient, ça ne sera pas pour des mondanités, ce sera pour dire des vérité», a déclaré le ministre des Affaires étrangères. Le Kremlin a finalement refusé la proposition de Paris d'une réunion de travail et la visite de M. Poutine a été annulée. Lundi matin, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov cité par l'Agence Tass assurait encore que les préparatifs se poursuivaient. Côté russe, les «états d'âme» du président français ont paru déplacés alors que «quand il y a des tensions diplomatiques il faut parler, c'est le moment où jamais», selon une source diplomatique russe. Vladimir Poutine n'exclut en revanche pas de se rendre à Berlin le 19 octobre au soir pour une réunion consacrée à la crise ukrainienne, comme l'a dit lundi soir un de ses aides, Iouri Ouchakov cité par l'Agence Tass depuis Istanbul, en marge d'une visite d'Etat. C'est la chancelière allemande Angela Merkel qui a proposé ce rendez-vous au format dit «Normandie» - rassemblant l'Allemagne, la France, la Russie et l'Ukraine - selon une source diplomatique russe. A ce stade, il n'était cependant pas sûr le que le président ukrainien y participe, selon la même source. Les récentes tensions entre Paris et Moscou risquent aussi de compliquer les choses. Prévue de longue date, la visite à Paris de M.Poutine devait lui permettre d'inaugurer un prestigieux centre spirituel et culturel orthodoxe russe, qui abrite notamment une cathédrale orthodoxe, au coeur de Paris. Le président Hollande devait également inaugurer avec lui une exposition organisée par la Fondation Vuitton sur la collection du mécène russe Sergueï Chtouchkine nationalisée après la révolution de 1917, selon des sources diplomatiques concordantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.