Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que de ballons-sondes!
ISLATIVE : LEGISLATIVESSAMBIANCE DE PRECAMPAGNE À TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 15 - 02 - 2017

Le ciel «électoral» de Tizi Ouzou reste dégagé
Faute de vrais spécialistes en communication, ils ont souvent recours aux rumeurs relayées parfois par la presse locale.
Alors que les délais de dépôt des candidatures pour les prochaines élections législatives qui se tiennent au mois de mai prennent fin, les partis laissent le suspense planer à Tizi Ouzou.
Les partis traditionnels, comme le RCD et le FFS, semblent, cette fois, être dans les starting-blocks ainsi que leurs concurrents, le FLN, le RND et le MPA. Les islamistes, habitués à aller aux élections, dans cette wilaya, restent donc embusqués.
Le ciel «électoral» de Tizi Ouzou reste donc dégagé, n'annonçant rien à l'horizon. Cependant, ceux qui connaissent les moeurs politiques locales voient ce ciel plein de ballons-sondes.
Les partis, même restés à l'écart pour le moment, n'omettent toutefois pas d'utiliser certains canaux de communication, comme des lanceurs de ballons-sondes pour tâter le terrain sur des candidatures attendues. En effet, hormis la candidature du FLN, qui semble miser cette fois sur les hommes d'affaires, à savoir l'actuel mouhafedh Saïd Lakhdari, Mohamed Haddad, et Lakhdar Madjen, non confirmée par ailleurs par les structures du parti, les autres laissent la rumeur faire le travail. Selon des voix au fait des affaires du parti, le suspense n'est pas dû à une quelconque stratégie électorale, mais plutôt à la crainte des bousculades de candidatures qui sont déjà au nombre de 82 dont 22 sont des femmes. Au RND, le climat est également à l'observation.
Les noms changent au fur et à mesure de la température ambiante dans les structures de base et la rue.
Le dépôt des candidatures, bien que clôturé, le suspense demeure entier au sujet de celles que les instances nationales du parti de Ahmed Ouyahia vont retenir. Beaucoup de voix tablent sur Sid Ali Zemirli pour conduire la liste du RND à Tizi Ouzou en attendant la publication officielle de la liste finale. Pour le moment, le bureau de wilaya a clôturé l'opération avec 30 dossiers de candidatures. De leur côté, les partis traditionnellement ancrés dans la wilaya semblent tâter le terrain.
Aucun nom ne se distingue malgré les rumeurs qui avancent des candidatures comme celles de l'actuel président de l'APW, Mohamed Klalèche pour conduire la liste du FFS à l'APN et du fédéral Farid Bouaziz pour l'APW. Ni confirmation ni infirmation de ce côté comme du côté du RCD non plus qui ne veut miser sur aucun étalon, de crainte de le voir boiter avant la date des élections. Car pour ces deux formations, les choses se présentent autrement que pour le reste des partis.
Ayant déjà occupé le terrain de la gestion locale et celui de la représentation au niveau de l'APN, ces derniers doivent d'abord justifier le passé avant d'argumenter pour l'avenir.
Par ailleurs, les partis islamistes s'apprêtent à aller à la confrontation électorale avec la stratégie habituelle: le travail en sourdine sur le terrain.
La campagne se limite souvent à un travail de fourmi effectué par les militants de base qui arrivent à décrocher de plus en plus de voix dans cette wilaya qui a été autiste vis-à-vis du discours islamiste, mais qui ne l'est plus aujourd'hui. Du côté des candidatures des indépendants, la Drag fait état de cinq dossiers retirés. De ce côté également, le mystère demeure entier avec des ballons-sondes qui montent dans le ciel, mais aucune confirmation de la part des lanceurs.
Le dernier en date est l'éventuelle candidature de Noureddine Aït Hamouda, le fils du colonel Amirouche, qu'il ne confirme cependant pas. Enfin, le ballon-sonde des électeurs fait ressortir que le verdict des états-majors des partis est plus important que celui des urnes,pour le 4 mai prochain.
Les partis qui recèlent incontestablement des personnalités crédibles et capables de représenter l'alternative pèchent, selon les observateurs, par le caractère non professionnel de leur communication. Faute de vrais spécialistes en communication, ces derniers recourent souvent aux rumeurs relayées parfois par la presse locale qui joue au lanceur de ballons-sondes souvent au détriment des lecteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.