Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'enquête se poursuit
AFFAIRE DE LA MORT DE NIHAL SI MOHAND DE OUACIF
Publié dans L'Expression le 07 - 03 - 2017

Une petite fillette de cinq ans dont on ne peut retenir rien d'autre que l'innocence et le sourire.
Depuis l'annonce de la mort de Nihal Si Mohand, les investigations pour élucider l'affaire n'ont pas cessé.
Lors d'un point de presse, animé hier matin, Idir Mahmoudia, Commandant de groupement de la Gendarmerie nationale de Tizi Ouzou, a révélé que l'enquête concernant l'affaire de la petite fillette Nihal Si Mohand, qui a ébranlé la chronique en Algérie en juillet 2016, est toujours en cours. Les services de la gendarmerie, chargés de mener les investigations pouvant tirer au clair tous les dessous de cette affaire, continuent à travailler d'arrache-pied afin de dégager les circonstances détaillées de la disparition de Nihal Si Mohand. Une disparition, suivie du décès (ou assassinat?) dans des circonstances tragiques de la petite âgée d'à peine cinq ans. Concernant le même sujet, le commandant de la Gendarmerie nationale de Groupement de Tizi Ouzou a indiqué en outre que les services en question ont mobilisé l'ensemble des moyens adéquats afin de faire avancer l'enquête concernant l'affaire Nihal Si Mohand. D'après les affirmations du même responsable, qui a animé une conférence de presse dont le but est de livrer aux représentants locaux de la presse nationale et régionale le bilan annuel des activités menées par la gendarmerie, il serait toujours prématuré de conjecturer en faveur d'une quelconque piste tant que des zones d'ombre entourent toujours cette affaire malgré que près de huit mois se soient déroulés depuis. Il s'agit en effet de l'une des affaires les plus troublantes qu'ait eu à vivre la wilaya de Tizi Ouzou durant ces dernières décennies.
D'abord, par la nature même de la victime, une petite fillette de cinq ans dont on ne peut retenir rien d'autre que l'innocence et le sourire. Ensuite, par les circonstances du décès de la fillette et sa disparition pendant plusieurs jours. Le drame de Nihal Si Mohand et de sa famille, auquel a compati toute l'Algérie, a commencé en ce jour maudit du 21 juillet 2016.
La fillette qui accompagnait sa mère et des membres de la famille avait subitement disparu. Croyant que Nihal s'était juste égarée, n'habitant pas la région des Ouacifs (Nihal et sa famille habitaient à Oran), les proches avaient tenté de la retrouver en cherchant un peu partout dans les parages. Mais en vain. Ce n'est que des journées plus tard qu'il s'est avéré que l'affaire était bien plus complexe qu'on ne le croyait. Depuis l'annonce de la mort de Nihal Si Mohand, l'enquête pour élucider l'affaire n'a pas cessé. Il a été aussi procédé à un certain nombre de perquisitions aussi bien à Ouacif qu'à Oran. Jusqu'au jour d'aujourd'hui, plusieurs questions restent en suspens: Nihal a-t-elle été enlevée puis assassinée? S'est-elle égarée dans les bois, loin de la demeure de ses oncles maternels, au village Aït Ali dans la commune d'Aït Toudert? Aucune réponse n'est disponible près de huit mois après la survenue de ce drame. Pourtant, la connaissance de la vérité permettrait aux parents et à la famille de Nihal de faire leur deuil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.