Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Venezuela paralysé par un mouvement de contestation
ALORS QUE LE PRESIDENT MADURO DENONCE UN «COUP D'ETAT TERRORISTE»
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2017

La mère de toutes les manifestations au Venezuela ce week-end
La situation se tend de jour en jour au Venezuela où l'opposition s'est dit déterminée à poursuivre son bras de fer avec le président Nicolas Maduro jusqu'à la tenue d'«élections anticipées», un mouvement dénoncé comme un «coup d'Etat terroriste» par le chef de l'Etat socialiste, soutenu par l'armée.
Les anti-chavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013), qui protestent pour le départ du président Maduro, s'apprêtaient hier à organiser à la mi-journée une «marche du silence» vers les sièges de l'épiscopat vénézuélien dans tout le pays. Ils comptent poursuivre leur action «jusqu'à la tenue d'élections anticipées», disent-ils. Dans ce pays pétrolier, secoué par une grave crise économique née de la chute des cours du brut, les troubles ont éclaté le 1er avril après la décision de la Cour suprême de s'arroger les prérogatives du Parlement, déclenchant un tollé diplomatique qui l'a poussée à faire machine arrière, 48 heures plus tard. L'opposition a dénoncé «un coup d'Etat» l'amenant à relancer la mobilisation populaire à travers le pays. Vingt (20 personnes) ont été tuées depuis le début de ces violences, selon les autorités, dont une douzaine rien que dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d'émeutes, pillages et blocages de routes dans des quartiers populaires de Caracas. Plus de 600 autres ont été arrêtées, selon l'ONG Foro Penal. Les manifestations organisées ces derniers jours ont été émaillées d'affrontements entre policiers et militaires qui ont repoussé avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc les manifestants, lesquels ont répliqué avec des pierres et des cocktails Molotov, d'après les médias. L'opposition qui contrôle le Parlement, et le gouvernement s'accusent mutuellement de fomenter la violence. Jorge Rodriguez, le maire d'un district de Caracas, a notamment qualifié les dirigeants de l'opposition de «bêtes assoiffées de sang», en assurant qu'ils «voulaient brûler vifs» des enfants. En réaction à ces violences, M.Maduro, dénonce, de son côté, un «coup d'Etat terroriste» fomenté selon lui par les Etats-Unis -une accusation rejetée par Washington. Par ailleurs, le chef de l'Etat a renforcé ces derniers jours la présence policière et de l'armée qui lui a apporté son soutien «inconditionnel». «Les forces armées nationales bolivariennes (...) ratifient leur loyauté inconditionnelle envers monsieur le président», a assuré récemment le chef des armées et ministre de la Défense, Vladimir Padrino Lopez. M.Maduro est un «président véritablement chaviste que les forces armées admirent profondément», a affirmé le général Padrino Lopez, lors d'un rassemblement de milliers de membres de la milice civile, organisé en présence de M.Maduro, face au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas. Le chef des armées a, par ailleurs, accusé l'opposition de s'appuyer sur des groupes d' «extrême droite» pour mener un «programme criminel» qui inclurait «des actes terroristes, des émeutes, des pillages, du vandalisme et diverses formes de violence». En plus de ce mouvement de protestations, M. Maduro dont le mandat court jusqu'à fin 2018, fait face à une pression internationale accrue notamment des pays latino-américains. Ainsi, onze pays latino-américains ont demandé à Caracas de «garantir» le droit de protester pacifiquement, un appel qualifié «d'ingérence grossière» par le chef de l'Etat du Venezuela. Dans le même contexte, le président de Colombie Juan Manuel Santos a exprimé son inquiétude quant à la situation au Venezuela: «Nous observons avec une sérieuse inquiétude la militarisation de la société vénézuélienne. (Je lance) un appel à la sagesse», a écrit le chef d'Etat colombien sur son compte Twitter. Pour sa part, l'Union européenne (UE) a condamné les violences «très regrettables» survenues lors des manifestations et appelé à une «désescalade» pour «stopper la détérioration de la situation». Et le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres a lui aussi demandé que «tous les efforts soient faits pour réduire les tensions et empêcher les nouveaux affrontements» dans le pays qui a déjà connu, rappelle-t-on, une vague de protestations en 2014 qui avait fait, 43 morts, selon le bilan officiel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.